dimanche, mars 15 2015

Condamner. Une analyse des pratiques pénales

15 03 2015

condamner.jpgDestiné à devenir une référence en sociologie de l’administration de la justice pénale, cet ouvrage est construit sur le double sens du mot « condamner » : ce mot désigne bien sûr la pratique spécifique des tribunaux voués à la condamnation des auteurs d’infractions, mais aussi l’orientation de l’ensemble des activités du système pénal.
L’auteur présente des outils d’analyse des pratiques pénales, en suivant une démarche progressive, allant de la perspective la plus impersonnelle (systémique), vers une approche de sociologie morale, en passant par des ressources de la sociologie des organisations et du travail. La thèse qui justifie une telle démarche se décline de la façon suivante :
- le système pénal est loin de fonctionner « à la loi » ;
- les pratiques des agents, qu’elles respectent ou non la loi, relèvent d’un arbitrage entre les normes légales et des normes organisationnelles et professionnelles qui se concurrencent et, parfois, se contredisent ;
- il importe donc d’examiner les normes mais aussi les justifications de l’action dans les cas d’arbitrages pratiques des juges du tribunal correctionnel dont l’ethos professionnel a été empiriquement approché par l’auteur.

samedi, mars 14 2015

Critique de la raison criminologique

14 03 2015

critique_raison_criminologique.jpgSelon les pays, l’existence ou non de la criminologie comme discipline, de même que le sens qui y est donné dépendent de trajectoires historiques singulières dont il faut à chaque fois retracer les étapes et les modalités. Les batailles pour l’existence disciplinaire de la criminologie demeurent inséparables d’une promotion plus large de modes de questionnement, de catégories de pensée et de mises en récit spécifiques, c’est-à-dire d’une « raison criminologique » que ce numéro spécial de Cultures & Conflits entend interroger. Les contributions rassemblées dans ce numéro interrogent ces mises en récit en les déployant sur des terrains spécifiques. Leur format (articles, entretiens, chroniques) et l’importance de ce thème ont justifié d’en faire un numéro triple.

vendredi, mars 13 2015

Une société fragilisée par les inégalités

13 03 2015

alter_eco_2015.pngLa France est un des pays où l'on vit le mieux au monde. Depuis quarante ans, notre niveau de vie médian1 a doublé. Cet enrichissement a transformé les conditions de vie de la population. La part des logements sans confort a chuté de 39 % à 1,5 %. Le taux de pauvreté se situe parmi les plus faibles au monde. Tous les ménages ou presque possèdent un téléviseur, un lave-linge, un réfrigérateur et un téléphone portable. Plus de 80 % ont une voiture, qui leur offre une liberté individuelle importante.
Les progrès n'ont pas été que matériels. Le demi-siècle passé a été marqué par l'émancipation des femmes, en marche vers l'égalité dans le travail comme dans le couple. L'insécurité a notablement diminué sur le long terme. La part de jeunes en échec à l'école a été divisée par quatre. L'espérance de vie a gagné dix années et la France figure ainsi parmi les pays où l'on vit le plus longtemps. La famille s'est modernisée : on choisit désormais librement son partenaire dans la vie, la fécondité est bien mieux contrôlée, les relations se sont équilibrées dans le couple comme entre parents et enfants. Alors, où est le problème ?

jeudi, mars 12 2015

Le livre noir des banques

12 03 2015

livre_noir_des_banques.pngDes centaines de milliards d’euros : c’est ce qu’ont coûté les plans de sauvetage des banques françaises après le quasi-effondrement du système financier mondial en 2008, pris au piège de ses propres folies spéculatives. Indignation de l’opinion, grandes promesses de régulation : on allait voir ce qu’on allait voir pour recadrer une finance devenue « ennemie ».
Six ans plus tard, où en est-on ? Les banques sont-elles redevenues utiles à l’économie et à la société ? C’est tout le contraire ! Elles paient toujours moins d’impôts et favorisent l’évasion fiscale. Elles continuent de spéculer sur les matières premières et financent des projets très polluants. Elles détournent l’épargne d’utilité sociale ainsi que les financements abondants et gratuits reçus de la Banque centrale européenne. Nos banques coûtent très cher à la société et constituent une véritable et dangereuse bombe à retardement. Ce livre révèle le prix exorbitant, mais passé sous silence, de leurs activités. Et permet de comprendre comment la finance, et notamment les principales banques françaises, organise cette gigantesque captation de richesse, d'une ampleur inégalée.

mercredi, mars 11 2015

Le « maffesolisme », une imposture confirmée par un canular

11 03 2015

Photo_kerolic_flickr.jpgL’objectif de cet article est d’expliciter la genèse, l’élaboration et les motivations qui ont conduit à la publication, dans la revue Sociétés dirigée par le sociologue français M. Maffesoli, d’un article dénué de tout fondement empirique et de toute consistance théorique, coécrit par les auteurs de la présente note. Après avoir résumé le thème et la thèse défendue dans notre article-canular, et avoir rappelé, de manière plus générale, l’usage du canular en sciences et en sciences sociales, nous précisons notre rapport passé et présent face à l’objet visé dans notre critique, soit le « maffesolisme », entendu comme une entité académique à la fois théorique, institutionnelle et éditoriale. Nous présentons ensuite, tour à tour, le lexique, la rhétorique, l’iconographie, la vision conjecturale de l’homme et du monde, ainsi que l’épistémologie que nous avons mobilisés dans la rédaction de notre canular et qui nous ont permis de rendre ce dernier acceptable pour publication, dans une revue d’apparence académique où ces différents éléments sont la norme, quand bien même leur mise en relation s’oppose à l’éthique usuelle de l’activité scientifique.

Illustration : kerolic - flickr - licence cc

mardi, mars 10 2015

Les violences sexuelles d'adolescents : fait de société ou histoire de famille ?

10 03 2015

les_violences_sexuelles_adolescents.jpgDans les médias ainsi que dans les consultations, les adolescents auteurs de violence sexuelle sont de plus en plus nombreux. Ils viennent interroger les soignants dans leur clinique et leur pratique, à l'instar de la société qui a bien du mal à contenir l’émotion suscitée et à réagir au mieux en évitant la banalisation ou la précipitation.
À l’initiative du Centre ressource pour les intervenants auprès des auteurs de violence sexuelle (CRIAVS), cet ouvrage réunit des professionnels et des chercheurs venus d’horizons différents. Ils y abordent la problématique des adolescents abuseurs sexuels sous un angle à la fois anthropologique, historique, clinique, juridique, et ouvrent des perspectives soignantes sans simplification ni dogmatisme.
« Cet ouvrage tente de penser cette violence impensable pour leurs agresseurs et propose des pistes de réflexion concernant leur prise en charge dans l'espoir de les mettre sur le chemin de leur humanisation. Donner sens à ces conduites horribles pour que la sexualité ne soit pas une arme utilisée contre l'angoisse mais au contraire comme une forme de lien à l'autre et comme une des voies de la subjectivation. » François Marty.

lundi, mars 9 2015

Lutte contre « l’apartheid » : ni mesures chocs ni gros moyens

9 03 2015

photo_cite_LVI.pngCe devait être le troisième temps de réponse aux attentats de janvier et à la forte mobilisation citoyenne qui s’en était suivie. Après le volet police-justice et les mesures de renforcement des moyens de sécurité intérieure et de renseignement, le volet éducation avec les mesures pour la citoyenneté à l’école, Manuel Valls avait annoncé un ensemble de mesures fortes pour la politique de la ville lors d’un comité interministériel. Il avait souligné l’urgence d’agir en faveur des banlieues en stigmatisant « l’apartheid territorial, social, ethnique qui s’est imposé à notre pays », « la relégation périurbaine, les ghettos ».
Vendredi 6 mars, le premier ministre a réuni pas moins de 16 ministres et secrétaires d’État pour l’exercice. Mais le comité interministériel des villes annoncé s’est transformé en opération de communication sur « l’égalité et la citoyenneté ». Sans grands moyens financiers – un milliard sur trois ans – ni mesures chocs.

dimanche, mars 8 2015

Frontières et trafic d’armes

8 03 2015

a_armes_illegales.jpgLe trafic d’armes a ceci de particulier qu’il ne se borne pas à enrichir les trafiquants et revendeurs ou à offrir des plaisirs. Son but consiste à amplifier le niveau de puissance des acquéreurs tout en permettant des marges financières importantes aux vendeurs. L’arme en général, et par conséquent l’arme à feu en particulier, est par excellence un outil de puissance immédiate, qu’il serve pour mener un combat ou pour dissuader l’adversaire.
Le trafic d’armes n’est pas un phénomène nouveau en soi. Lorsque dans l’Antiquité, il y a plus de vingt-cinq siècles, les cités grecques se sont entendues ponctuellement avec Sparte pour combattre les Perses, des armes étaient livrées officieusement ainsi que les combattants pour les utiliser. Ces pratiques étaient faites en dehors de tout accord ou traité. De la même manière, chaque soulèvement armé d’une population ou d’un groupe, ne peut s’effectuer qu’avec la mise en place préalable de filières non officielles d’approvisionnement donc illicites. Durant la Guerre Froide, des firmes est-européennes comme Kintex avaient reçu à l’époque cette mission clandestine de fournir en armes à feu et munitions des groupes rebelles situés à l’autre bout du monde mais fidèles à Moscou.

samedi, mars 7 2015

Info continue : la double hypocrisie

7 03 2015

logo_bfm.jpgPuisqu’il est beaucoup question de postures, voici une sacrée bataille de postures : celle du CSA contre les vendeurs d’info continue. Après les attentats de janvier, le CSA a distribué à la pelle mises en garde et mises en demeure. Les dérapages constatés sont multiples : diffusion d’informations sur le dispositif policier, sur les situations des otages à l’intérieur de l’Hyper Cacher, sur un complice présumé des Kouachi (informations fausses, dans ce cas particulier), d’images choquantes d’un policier abattu, etc.
A cette salve de sanctions platoniques, le gratin de l’audiovisuel français, rassemblé dans une lettre commune ne contenant pas la moindre autocritique, répond en hurlant à la liberté de la presse menacée. Ah, ils ne sont pas contents. Ils sont atteints dans leur essence, presque dans leur honneur. C’est la Pravda. C’est l’Allemagne de l’Est. C’est la Corée du Nord. C’est vrai : que va-t-on devenir si on ne peut plus balancer en direct toutes les images qui arrivent, tous les noms qui buzzent, toutes les infos qui passent par là ?
Sabre de bois du CSA contre cris d’orfraie des journalistes : l’hypocrisie est des deux côtés.

vendredi, mars 6 2015

Violences sexuelles faites aux enfants : une urgence humanitaire

6 03 2015

eleve_sous_preau.jpgLes récentes études internationales de l’UNICEF et de l’OMS et notre enquête menée en France convergent dans le terrible constat d’une insuffisante reconnaissance et prise en charge des violences sexuelles subies par les enfants.
De toutes les violences sexuelles, celles qui touchent les enfants font partie des plus cachées. Chaque année, nous dit-on, 102 000 adultes sont victimes de viols et de tentatives de viol (86 000 femmes et 16 000 hommes) en France, mais on ne nous parle pas des victimes mineures pourtant bien plus nombreuses, estimées à 154 000 (124 000 filles et 30 000 garçons). Dans le monde, 120 millions de filles (une sur dix) ont subi des viols, et la prévalence des violences sexuelles est de 18 % pour les filles et de 7,5 % pour les garçons.

mercredi, mars 4 2015

La planète a atteint ses limites

4 03 2015

rechauffement-climatique.jpgRéchauffement climatique, érosion de la biodiversité, perte de nutriments agricoles... jusqu’à quel point l’humanité peut-elle modifier son environnement sans risquer d’importants désagréments ? C’est en cherchant à répondre à cette question qu’une équipe de chercheurs internationaux a forgé, en 2009 dans Nature, la notion de « limite planétaire ». Leurs travaux, qui font date, identifiaient les seuils-limite à ne pas franchir pour éviter que « le système-Terre ne bascule dans un état très différent de l’actuel, probablement bien moins favorable au développement des sociétés humaines ».
En janvier 2015, dans Science, la même équipe publie une mise à jour de cette étude et identifie quatre limites déjà franchies ou en cours de dépassement. Selon les chercheurs, les principales limites transgressées sont celles du changement climatique et de l’érosion de la biodiversité. Les deux autres seuils franchis relèvent de dégâts locaux : l’un tient au changement rapide d’utilisation des terres, l’autre à la perturbation des cycles de l’azote et du phosphore – deux éléments essentiels à la fertilité des sols.

Photo : changement-climatique.fr

dimanche, mars 1 2015

En dix ans, le nombre de pauvres de moins de 30 ans a augmenté de plus de 50 %

1 03 2015

graphique_insee_pauvrete.pngLe nombre de pauvres de moins de 30 ans a augmenté d'un million entre 2002 et 2012, de 1,7 à 2,7 millions, soit un hausse supérieure à 50 %. Les trois quarts des nouveaux pauvres sont des jeunes adultes ou des mineurs.
Le taux de pauvreté des jeunes adultes a progressé de 8 à 13,2 % au cours de cette période, soit 420 000 de plus, une hausse de plus de 60 %. Un phénomène lié aux difficultés croissantes d'intégration dans l'emploi : en période de montée du chômage, les derniers arrivés sont souvent les premiers licenciés ou ceux qui voient leur contrat de travail non renouvelé.
Le taux de pauvreté des moins de 18 ans est passé de 8 à 11,7 % entre 2002 et 2012, soit + 550 000 ce qui représente une progression de plus de 50 %. Ces mineurs ne sont pas des enfants pauvres, mais des enfants de pauvres. Ils vivent au sein de familles qui se sont appauvries, soit du fait de la situation économique, soit parfois suite à une séparation du couple.

vendredi, février 27 2015

La pernicieuse utilisation politique des préoccupations de sécurité

27 02 2015

on_m__aurait_menti.jpgPourtant tout avait si bien commencé après l’élection présidentielle de 2012. Un nouveau sémillant Ministre de l’intérieur prenait place avec pour projet « la fermeté », sans doute pour refouler le vieux complexe de la gauche en matière de gestion des problèmes de sécurité. Pour ce faire, peu de changement à la tête des Institutions Police et Gendarmerie sauf pour les fonctionnaires les plus zélés comme le préfet de police et le directeur général de la police qui, depuis, ont d’ailleurs confirmé leur attachement plus politique que technique à la sécurité. De plus, ceci peut expliquer cela, un célébrissime criminologue de plateau télé réputé proche du Ministre tout en ayant été le conseiller de l’ombre en matière de sécurité du précédent quinquennat, était toujours très présent.

Lire la suite...

mercredi, février 25 2015

Les droits humains en 2014 : un bilan catastrophique

25 02 2015

logo_amnesty.jpg2014 s'est révélée catastrophique pour des millions de personnes en proie aux violences. La réponse de la communauté internationale aux conflits et aux violations commises par des États et des groupes armés est scandaleuse et inopérante. Face à l'intensification des attaques barbares et de la répression subies par les populations, la communauté internationale s'est montrée absente.
La France a annoncé le 16 octobre 2013 qu’elle accueillerait 500 réfugiés de Syrie. Plus d’une année après, toutes ces personnes, parmi les plus vulnérables, ne sont pas encore arrivées. Cette lenteur et l’engagement très faible de la France n’est pas à la hauteur de l’urgence à protéger des personnes parmi les plus vulnérables. Ce n’est pas non plus un signe de réelle solidarité avec les pays voisins de la Syrie qui accueillent plus de 95% des réfugiés Syriens.
Par ailleurs, alors que le Défenseur des droits a traité en 2013 près de 1000 cas d’allégations de violences policières, plusieurs enquêtes sont actuellement en cours. Leur impartialité et exhaustivité restent source de préoccupation.

lundi, février 23 2015

Le blues des forces de sécurité

23 02 2015

blues.jpgCurieuse actualité en ce début d’année 2015 concernant les forces de sécurité Françaises. Pour celles du Ministère de l’Intérieur une partie de la population a acclamé les policiers et les gendarmes pour saluer leur engagement lors des sanglants épisodes terroristes. Évidemment au pays de Guignol qui rosse le gendarme et qui manifeste régulièrement sa fronde et son attachement aux libertés individuelles cela pouvait surprendre. On venait de découvrir que la mission de sécurité intérieure n’était pas qu’exclusivement suspecte de porter atteinte aux libertés mais qu’elle pouvait au contraire participer à préserver ces mêmes libertés et notamment celle d’expression.
Pourtant après les « vivats » chaleureux qui ont à n’en pas douter fait chaud au cœur des fonctionnaires et militaires de la sécurité intérieure, le ministre a fait connaître par voie de presse les termes d’un plan « anti-suicide » pour les policiers et gendarmes.

Lire la suite...

- page 2 de 120 -