lundi, octobre 6 2014

Pour les musulmans

6 10 2014

livre_plenel.png"Il y a un problème de l'islam en France", n'hésite pas à proclamer un académicien (A. Finkielkraut), regrettant même "que l'on abandonne ce souci de civilisation au Front national". À cette banalisation intellectuelle d'un discours semblable à celui qui, avant la catastrophe européenne, affirmait l'existence d'un "problème juif" en France, ce livre répond en prenant le parti de nos compatriotes d'origine, de culture ou de croyance musulmanes contre ceux qui les érigent en boucs émissaires de nos inquiétudes et de nos incertitudes. L'enjeu n'est pas seulement de solidarité mais de fidélité. Pour les musulmans donc, comme l'on écrirait pour les juifs, pour les Noirs et pour les Roms, ou, tout simplement, pour la France.
« Si l'antisémitisme resurgit périodiquement, en relation avec les événements du Proche-Orient, s'il mine toujours une partie de notre société, il ne figure plus dans le discours des responsables publics. Et lorsque c'est le cas, on parle de "dérapage". Rien de tel avec l'islamophobie, qu'un éditorialiste très établi pouvait, en 2003, revendiquer comme une légitime "opinion". Et lorsqu'on demande à Manuel Valls, encore ministre de l'Intérieur, quels sont les trois défis des dix prochaines années, il cite "l'immigration, la comptabilité de l'islam avec la démocratie, et le regroupement familial". C'est à dire, à peu de choses près, trois fois l'islam » (Denis Sieffert, Politis, 25/09/2014).

dimanche, octobre 5 2014

Une "histoire secrète" du capitalisme français de 1945 à nos jours

5 10 2014

histoire_secrete.pngDes Trente Glorieuses au capitalisme mondialisé d'aujourd'hui, en passant par le choc pétrolier de 1973, les nationalisations de 1981 et les privatisations de 1986 : derrière ces étapes bien connues de l'histoire récente de l'économie française, s'en cache une autre, plus secrète. Celle des hommes qui ont réellement fait le capitalisme français de l'après-guerre. C'est cette histoire que raconte ce livre : le rôle des anciens cadres de Vichy dans la Reconstruction, les liens du patronat avec le monde de la pègre, le financement secret des partis politiques, les dessous du paritarisme, les caisses noires des syndicats patronaux... Il plonge le lecteur dans les arcanes d'un véritable « système » né dans les années 1950 et toujours actif depuis.
Au gré des révélations qui rythment l'ouvrage, le lecteur découvrira des lobbyistes capables de se tailler des réglementations sur mesure au mépris de la santé des citoyens, un patronat qui a su mobiliser médias et intellectuels pour convertir les élites politiques aux « mérites » de la finance dérégulée. Ou le rôle central de personnages aussi puissants que discrets, au coeur de réseaux politiques et économiques méconnus. Enfin, cette somme révèle les vraies origines de nombre de grandes fortunes françaises, d'hier et d'aujourd'hui : subventions extorquées à l'État, entreprises publiques bradées, rachats de sociétés dans des conditions obscures, affaires troubles dans la « Françafric » ou dans l'immobilier, montages financiers aux marges de la légalité, fraude fiscale, espionnage, etc.

samedi, octobre 4 2014

Après-midi ordinaire au Tribunal pour enfants

4 10 2014

Palais de Justice de Paris - le 22 octobre 2010Il se présente devant nous. Debout à la barre, les mains nouées sur son tee-shirt, d'un bleu sale. Tellement nouées qu'elles découvrent son vente sur le haut du pantalon. Puis il n'arrêtera pas de « jouer » avec ses doigts : crispation permanente. Son regard est fixe au-delà du mur, derrière nous, la barbe mal taillée qui lui mange le visage, le cheveu noir, un peu hirsute. Il n'arrive pas à construire ses phrases, des mots articulés souvent inintelligibles, très souvent dans le refus de reconnaître quoi que ce soit. En position de défense, comme il doit l'être trop souvent devant les difficultés d'une vie peu heureuse. Encombré dans son corps il se déplaçait en se déhanchant, cherchant une sorte d'équilibre difficile.
Sa mère internée, dite « schizophrène », son père chez qui il vit et dont la police a fait la description d'un appartement, sorte de « taudis » (sic), malodorant, où les matelas sont posés à même le sol. Il y aurait là une famille avec un adulte et deux ou trois enfants.
Dans une audition il disait « avoir peur de sa mère », compréhensible, à coup sûr. Mais si la mère n'est pas aimante, et que le père est plutôt abonné à la « cloche », que reste-t-il pour les enfants ?

Lire la suite...

vendredi, octobre 3 2014

Étrangers en prison. À l’ombre du droit.

3 10 2014

Rapport_PRISONV2.inddLa prison ne peut être un lieu de non-droit : toute personne détenue a des droits qui doivent être respectés indépendamment de sa nationalité. La loi pénitentiaire et la réforme pénale illustrent la prise de conscience de la nécessité de changer la prison aujourd’hui. Pour autant, ces lois ne s’appliquent pas aux personnes étrangères et rien n’est prévu pour leur prise en charge.
Dans les prisons françaises environ 18% de la population carcérale est de nationalité étrangère. Les personnes étrangères font partie des personnes les plus démunies en prison, les plus isolées. Celles que l’on entend et que l’on voit le moins. En 2014, elles sont encore les victimes de la double peine, malgré la réforme de 2003 qui a simplement créé des catégories complexes et peu lisibles de protection contre cette peine qui ne concerne que les étrangers.
Aux côtés des personnes étrangères incarcérées, les militants de La Cimade constatent au quotidien des dysfonctionnements importants en matière d’accès à l’information, de difficultés liées à la langue et d’accès effectif au droit.

jeudi, octobre 2 2014

Le travail Invisible. Enquête sur une disparition

2 10 2014

travail_invisible.pngVoilà trente ans que l'on nous fait la promesse d'une société où l'on ne travaillerait plus. Une société ludique, des loisirs sans fins, des subventions faciles. L'esprit de rente est l'opium du peuple. Un puissant narcotique pour gouverner une société indolente où des magiciens divertissent les travailleurs et les font disparaître. Le travail est devenu invisible. Pendant ce temps, les nouveaux capitaines du monde ont imposé leur pouvoir grâce à un savoir mystérieux et terriblement efficace, « la finance ».
Ils ont fait croire que l'on pouvait créer de la valeur à partir de rien. Et le piège spéculatif s'est refermé sur nous. Mais la solution se profile déjà . La crise du travail montre que les travailleurs aspirent à être reconnus, à trouver du sens à ce qu'ils font au quotidien, à en voir le résultat concret. Dans la vraie vie, le travail peut être pénible et fatiguant, mais il est aussi stimulant et enrichissant. Dans la vraie vie, le travail est vivant.

mercredi, octobre 1 2014

L'humanité poursuit la destruction accélérée du reste du monde vivant

1 10 2014

tamarin_pinche.jpgLa planète est malade, et sa guérison semble de plus en plus incertaine. La pression exercée par l'humanité sur les écosystèmes est telle qu'il nous faut chaque année l'équivalent d'une Terre et demie pour satisfaire nos besoins en ressources naturelles, tandis que le déclin de la biodiversité est sans précédent. Ce sont les conclusions alarmantes du Fonds pour la nature (WWF), dans la dixième édition de son rapport Planète Vivante, le bilan de santé le plus complet de la Terre.
Ce rapport bisannuel, réalisé avec la société savante Zoological Society of London et les ONG Global Footprint Network et Water Footprint Network, et présenté à l'Unesco mardi 30 septembre, se fonde sur trois indicateurs. Le premier, l'indice planète vivante (IPV), mesure l'évolution de la biodiversité à partir du suivi de 10 380 populations (groupes d'animaux sur un territoire) appartenant à 3 038 espèces vertébrées de mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens et poissons. Résultat : les effectifs de ces espèces sauvages ont décliné de 52 % entre 1970 et 2010. Autrement dit, la taille de ces populations a fondu de moitié en moins de deux générations.

Photo : la-vallee-des-singes.fr

mardi, septembre 30 2014

La CNCDH critique le projet de loi sur la lutte antiterrorisme

30 09 2014

logo_cncdh.pngLa CNCDH recommande aux pouvoirs publics de ne pas prendre, au nom de la lutte contre le terrorisme, n’importe quelle mesure jugée par eux appropriée, dès lors qu’elle conduirait à fragiliser voire saper l’État de droit au motif de le défendre. Elle rappelle que la lutte contre le terrorisme n’autorise pas tout et que la plus grande victoire du terrorisme serait de mettre en péril l’État de droit.
La CNCDH recommande le plus strict respect des dispositions de l’article 8 de la loi organique du 15 avril 2009 imposant, avant toute modification de la législation, une évaluation complète et rigoureuse du droit en vigueur, afin que soit dressé un bilan de la pertinence et de l’efficacité des mesures existantes. Un tel bilan a pour avantage d’éviter un empilement de réformes segmentées et disparates, loin d’une politique pénale réfléchie, cohérente, stable et lisible.
La CNCDH recommande d’améliorer la rédaction de l’article L.224-1 du code de la sécurité intérieure par une définition claire et précise de critères objectifs justifiant l’interdiction de sortie du territoire. Elle estime que le prononcé d’une telle mesure, portant gravement atteinte à la liberté d’aller et de venir, ne peut être fondé sur des appréciations exclusivement subjectives des services dépendant du ministère de l’intérieur.

lundi, septembre 29 2014

L'exécution des peines en milieu ouvert

29 09 2014

hors_les_murs.jpgPrévention de la récidive et lutte contre la surpopulation carcérale sont devenues les maîtres-mots des politiques pénales. Dans l’ombre de la prison, dont l’échec n’en finit plus d’être dénoncé, le paysage de l’exécution des peines s’est progressivement transformé pour répondre à ces impératifs de gestion des risques et de gestion des flux. L’essor silencieux des peines de probation en constitue l’évolution la plus remarquable : du travail d’intérêt général à la contrainte pénale, du bracelet électronique au sursis avec mise à l’épreuve, elles concernent aujourd’hui trois fois plus de condamnés que la prison.
À partir d’une longue immersion dans deux services pénitentiaires d’insertion et de probation, ce livre interroge les conditions d’exécution de ces sanctions en milieu ouvert. En analysant les effets de la rationalisation administrative et des recompositions professionnelles sur les méthodes de prise en charge, l’auteur souligne les illusions managériales et criminologiques des réformes actuelles : à trop se focaliser sur des modes d’évaluation quantifiables et décontextualisés, ces orientations privilégient le classement des profils et des dossiers à l’ambition de reclassement social des condamnés.

dimanche, septembre 28 2014

Zonards, « punks à chien », jeunes en errance : qui sont-ils vraiment ?

28 09 2014

zonards.jpgSur fond d’insécurité sociale, des jeunes à l’allure étrange envahissent les espaces publics des centres-villes. Qui sont-ils ? Des délinquants ? Des drogués ? Des vagabonds ? Des hippies ?
Ils sont nommés « punks à chien » par tout un chacun, défraient la chronique, génèrent autant de peur et de rejet que de compassion, mais surtout imposent une interrogation : pourquoi des jeunes vivent-ils dans la rue ? Pourquoi revêtent-ils une présentation de soi si marginale ?
Cet ouvrage est le fruit de la plongée d’une chercheuse dans un univers qui lui était étranger, son cheminement ethnographique dans la Zone, la communauté des zonards, dans une famille de rue, la Family. Ensemble, la scientifique et ces jeunes ont tenté d’éclairer les trajectoires biographiques zonardes ainsi que leur mode de vie en juxtaposant deux types de savoirs : l’un sociologique, l’autre expérientiel. L’image d’un parcours miséreux type laisse place à quatre façons d’être zonard, quatre rapports à la Zone et à la société conforme. Les zonards ne sont pas tous squatteurs, certains vivent en camion, en appartement. Ils sont adeptes des Free parties, de musique punk, soutiennent des pensées anarchistes, prônent l’anti-consommation, le retour à la forme tribale, à la nature pour certains.

samedi, septembre 27 2014

La prévention spécialisée invitée à participer davantage aux CLSPD

27 09 2014

logo_CLNAPS.png"Dans le cadre de la nouvelle stratégie nationale de prévention de la délinquance, la priorité étant donnée à des approches de suivi individualisé en direction des jeunes les plus exposés à la délinquance, il apparaît utile et pertinent de s’appuyer sur les équipes de prévention spécialisée", estime le Secrétariat général du Comité interministériel de prévention de la délinquance (SG-CIPD).
Le CNLAPS a participé activement au groupe de travail interministériel qui a rédigé ce document et s'en félicite. Néanmoins il recommande d’être particulièrement vigilant aux changements en cours et à la mise en œuvre de la charte : en effet ces groupes du CLSPD « pourront solliciter un travailleur social pour mener une action et pourront aspirer à un droit de regard » : ceci est un changement car des instances n’ont pas pour objet central l’action sociale. Le secret professionnel reste la règle et la condition d’exercice auprès des jeunes en rupture ; de même que l’intérêt supérieur de l’enfant reste le cœur de l'intervention en protection de l’enfance.

vendredi, septembre 26 2014

Financement de l’action sociale : les départements dans l’impasse

26 09 2014

logo_odas.pngSi plus personne n’ignore que le système de protection sociale est confronté à de graves difficultés financières, celles rencontrées par les Départements pour financer l’action sociale sont moins connues.
Les Départements sont dorénavant confrontés à une véritable impasse budgétaire due principalement aux incidences financières du RSA. Leur avenir est donc doublement menacé par la réforme territoriale et l’inadéquation des concours de l’État pour compenser les charges afférentes au RSA.
Il a fallu près de 30 ans aux Départements pour bâtir une administration faite de proximité teintée d’éloignement, ce qui est souhaitable dès qu’il s’agit d’accompagner l’humain. Et ces 30 années se caractérisent par le développement d’une offre médico-sociale diversifiée, une relation au public personnalisée, une forte capacité d’évaluation pour réorienter l’action sociale vers le développement social. Sans oublier que durant cette période, les inégalités entre Départements se sont amoindries quant aux services offerts à la population.

jeudi, septembre 25 2014

Horizon 2020 : 0,4 milliard d’euros pour la sécurité intérieure et les industries du secteur

25 09 2014

pluie_d__euros.jpg0, 4 milliard d’euros pour la période 2014-2015. C'est ce que prévoit le programme Horizon 2020 en faveur de la sécurité.
Horizon 2020, doté d'une enveloppe globale de 77 milliards d'euros, est un programme financier couvrant la période 2014-2020. Il prend la relève du 7e Programme Cadre de recherche. Le volet "sécurité" de ce programme, dont le programme de travail 2014-2015 est disponible, s'inscrit en complémentarité du Fonds européen pour la sécurité intérieure.
L’un des volets de ce programme est donc destiné à financer les actions réalisées dans le cadre de la recherche et de l'innovation en matière de sécurité. Il vise plus précisément à soutenir les politiques de l'Union en matière de sécurité intérieure et extérieure ainsi que dans le domaine de la cybersécurité.

mercredi, septembre 24 2014

La parole aux enfants et aux adolescents

24 09 2014

enfants_discutent.jpgQu’est-ce que les enfants et les adolescents ont à nous dire de leur vie de tous les jours, chez eux avec leur famille, dans leur ville ou leur quartier avec leurs amis, à l’école, dans les clubs où ils exercent des activités et, de façon plus générale, dans les différentes sphères publiques où ils peuvent s’exprimer ? Pour le savoir, l’UNICEF France a, comme l’année dernière, lancé une grande consultation nationale. Cette expérience avait été jugée en 2013 à la fois innovante et satisfaisante et méritait de ce fait d’être renouvelée. Cette initiative vise à combler un vide en matière de connaissance. Les informations disponibles à un niveau national sur l’opinion des enfants et des adolescents sur tout ce qui peut concerner leur vie quotidienne sont très rares.
En tout, 11 232 enfants et adolescents ont répondu (dont 62 % pour les 12-18 ans). Cette consultation d’ampleur a remporté un vif succès. Le défi de la significativité statistique a été relevé.

mardi, septembre 23 2014

Clientélisme et corruption en France : état des lieux

23 09 2014

une-ravi-121-250.jpgVous terminez un livre sur le clientélisme à Marseille. Quel en est le fil rouge ?

Je m’intéresse depuis longtemps à la notion de gouvernance. D’autant qu’elle est aujourd’hui très à la mode et qu’on a tendance à la vider de son sens puisqu’on la dépolitise. Or, par essence, gouverner, c’est choisir. Notamment de donner à certains et pas à d’autres. Je me suis donc intéressé à la manière dont on gouverne une ville - en l’occurrence, Marseille - à travers la redistribution de ressources : les logements, les emplois, les subventions... Et donc, à comment une élite politique, à travers le pouvoir discrétionnaire dont elle dispose pour répondre à la demande sociale, établit une hiérarchie entre différents groupes sociaux.


lundi, septembre 22 2014

La fraude aux cotisations sociales est l'équivalent du « trou de la sécu »

22 09 2014

fraude_cotisations_sociales.jpgSus aux patrons indélicats ! Après avoir régulièrement dénoncé la fraude aux prestations sociales, la Cour des comptes a decidé de sonner l'alarme à la fraude aux cotisations. Selon son rapport annuel sur la Sécurité sociale, qui doit être publié mercredi 17 septembre, le niveau des « irrégularités » et des « fraudes », toutes branches confondues, s'est établi à un niveau record en 2012 avec un montant estimé entre 20,1 et 24,9 milliards d'euros.
Ces nouvelles estimations sont beaucoup plus élevées que celles qui circulaient jusqu'ici. En 2011, un rapport parlementaire avait évalué entre 8 et 15 milliards le niveau de la fraude au prélèvement – principalement le travail au noir – contre 2 à 3 milliards seulement pour la fraude aux prestations. Il faut rappeler que le « trou » de la Sécu devrait être de 13,4 milliards d'euros en 2014. Résoudre la fraude aux prélèvements permettrait donc de résorber immédiatement le déficit.

Photo : sudouest.fr

- page 2 de 111 -