vendredi, octobre 19 2018

Education : Blanquer, saison 2

19 10 2018

blanquer_0.jpgLe premier épisode de la saison 2 a commencé avec le projet de loi de Finances pour 2019. Il s’agit d’un budget d’austérité. Même si le ministre a cherché à le présenter avec une certaine habileté, de manière positive, il n’en reste pas moins qu’il y a une belle entourloupe. En fait, le budget de l’éducation n’augmente pas (en volume) puisque la hausse est proportionnelle à l’inflation. Et surtout, cela se traduit par des baisses de postes (2 600) dans le secondaire.
L’épisode 2 commence avec une petite loi de rien du tout pour modifier le Code de l’Education et instituer la scolarisation obligatoire à trois ans. Mais Jean-Michel Blanquer utilise la vieille technique du « cavalier législatif » qui consiste à glisser (subrepticement) dans un texte d’autres dispositions importantes et sans rapport direct avec le projet de loi.

jeudi, octobre 18 2018

Légalisation du cannabis récréatif au Canada : une réforme qui vient de loin

18 10 2018

Plantation_de_cannabis_Ontario.jpgVingt ans après avoir autorisé l’usage thérapeutique du cannabis, le Canada en légalise la consommation hédonique. C’est le premier État du G7 à s’engager dans une telle voie, et le second, après l’Uruguay, à abolir sur son territoire national la prohibition du chanvre psychoactif décrétée au XXe siècle par la communauté internationale.
Certes, aux États-Unis, quelques États s’y sont déjà essayé, mais au prix d’une contradiction juridique avec la législation fédérale qui demeure rigoureusement prohibitionniste. Quant aux nombreux gouvernements qui, aux quatre coins du globe, ont assoupli l’interdit pesant sur le cannabis, ils ont tous opté pour des formes variées de dépénalisation, maintenant en principe le caractère illicite de cette plante tout en renonçant, en pratique, à sanctionner ses consommateurs.

Photo : theconversation.com

mercredi, octobre 17 2018

Rapport sur la pauvreté en France

17 10 2018

Rapport_sur_la_pauvrete.pngQuel est le niveau de la pauvreté en France ? Comment évolue-t-il ? Sur ce sujet très sensible, les polémiques sont fréquentes et les points de repère manquent. Ce premier rapport sur la pauvreté réunit les données disponibles pour vous permettre d’y voir plus clair. L’Observatoire des inégalités y présente les principaux chiffres et dresse un état des lieux complet de la pauvreté en France. Nous définissons les contours de la pauvreté monétaire, de la grande pauvreté et des formes non monétaires de la pauvreté. Nous donnons les principales caractéristiques de la population pauvre et sa distribution sur le territoire national. Nous explorons les trajectoires individuelles : comment devient-on pauvre et comment s’en sort-on ?

mardi, octobre 16 2018

La dépression a progressé en France entre 2010 et 2017

16 10 2018

La dépression a progressé en France entre 2010 et 2017, en particulier chez les femmes, les chômeurs, les étudiants, les personnes à faibles revenus et les moins de 45 ans, relève une étude du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH). A partir d’un questionnaire réalisé auprès de 25 319 personnes, le BEH conclut qu’« en 2017, près d’un adulte de 18 à 75 ans sur dix avait déclaré avoir vécu un épisode dépressif caractérisé ayant eu un retentissement sur ses activités habituelles au cours des douze derniers mois ».
L’épisode dépressif caractérisé ou EDC ne correspond en rien à la « déprime » passagère qui peut gagner tout un chacun, il répond à des critères précis, tels qu’une période de quinze jours au moins de tristesse ou de perte d’intérêt associée à au moins trois facteurs secondaires – baisse ou augmentation du poids, difficultés de sommeil, pensées morbides, etc.

lundi, octobre 15 2018

L’histoire de l’immigration va t-elle disparaître des programmes de lycée ?

15 10 2018

Le SNES vient de mettre en ligne l’intégralité des projets de programmes d’histoire du lycée destinés à accompagner la réforme. C’est une régression comme on en avait rarement connue. L’histoire de l’immigration disparaît des programmes scolaires. Je reviendrai ultérieurement sur les modalités d’écriture de ces textes mais je souhaite, dans l’urgence, alerter ici sur l’un des problèmes qui me semble absolument majeur et tellement symptomatique : la disparition pure et simple d’un thème que l’on savait déjà sous le feu de la critique mais dont on avait admis malgré toute la légitimité dans l’histoire à transmettre aux enfants.

dimanche, octobre 14 2018

L'impasse de la punition à l'école

14 10 2018

Punition_a_l__ecole.jpegContrairement à une légende tenace, la « punition » à l’école est fréquente, et ce livre en donne les vrais chiffres, impressionnants. L’inflation punitive entraîne plus de difficultés – voire de violence – qu’elle n’en résout. Il faut d’autres solutions pour une discipline réelle, respectueuse de tous et de toutes dans les écoles, les collèges et les lycées. C’est vrai au niveau de l’établissement, mais aussi de la classe elle-même. Or les enseignants sont particulièrement démunis, manquant totalement de formation à cet égard.
Ce livre présente des solutions alternatives, qui ne se veulent pas modèles universels, mais qui ont été réellement expérimentées sur des terrains parfois difficiles : pédagogie coopérative, discipline positive, approche de Palo Alto, développement des compétences psychosociales, Communication NonViolente, justice restaurative.

vendredi, octobre 12 2018

Réchauffement climatique : la nouvelle alerte du Giec

12 10 2018

GIEC_IPCC.jpgEn théorie, contenir l’emballement climatique qui nous guette est encore possible, mais en pratique? Le monde doit engager des transformations « rapides » et « sans précédent », s’il veut limiter le réchauffement à 1,5°C, une cote d’alerte qui pourrait être atteinte dès 2030, préviennent les experts climat de l’ONU.
Dans un rapport de 400 pages, dont le « résumé à l’intention des décideurs politiques » a été publié lundi, les scientifiques exposent les impacts déjà visibles et la menace d’emballement au-delà d’1,5°C de réchauffement (par rapport aux niveaux pré-industriels): canicules, extinctions d’espèces, déstabilisation des calottes polaires, montée des océans sur le long terme…

Photo : goodplanet.info

mercredi, octobre 10 2018

Les femmes mises en cause pour homicide

10 10 2018

En 2016 et 2017, 321 femmes ont été mises en cause pour homicide par les services de police et les unités de gendarmerie sur l’ensemble du territoire français. Parmi elles, les jeunes femmes sont particulièrement représentées puisque les moins de 36 ans constituent 57 % des femmes mises en cause pour homicide en 2016 et 2017. De même, l’analyse des données permet d’observer qu’une nette majorité des homicides commis par ces femmes survient dans des zones urbaines fortement peuplées, dont 30 % appartiennent à l’unité urbaine de Paris. Par ailleurs, plus de 90% sont de nationalité française et plus de la moitié sont sans emploi.

mardi, octobre 9 2018

Fausse science et vrai racisme

9 10 2018

La_ruee_vers_l__Europe.jpgÀ la sortie de chacun de ses livres, Stephen Smith reçoit les louanges de personnalités politiques et de la grande majorité de la profession journalistique française… avant de s’attirer les foudres du monde académique. Il y a quelques années, dans Négrologie, pourquoi l’Afrique meurt (Paris, Calmann-Lévy, 2002), il écrivait par exemple que l’Afrique est le « paradis de la cruauté » (p. 119) où les gens « se ‘bouffent’ entre eux » (p. 24) ; que les « Africains » refusent « d’entrer dans la modernité autrement qu’en passagers clandestins ou en consommateurs vivant aux crochets du reste du monde » (p. 230) ; ou encore que « si six millions d’Israéliens pouvaient, par un échange standard démographique, prendre la place des Tchadiens, à peine plus nombreux, le Tibesti fleurirait » (p. 49). Des propos absurdes, violents et racistes qui furent néanmoins loués par la presse, et qui valurent à l’auteur le Prix France Télévision du meilleur essai en 2004. Tandis que, avec un écho moindre, de nombreux universitaires s’indignaient.

lundi, octobre 8 2018

La justice pénale accentue les inégalités entre territoires en France

8 10 2018

palais_de_justice_2.jpgCette thèse essaye de comprendre comment le système judiciaire hexagonal réussit à concilier ses exigences d'indivisibilité et d'égalité avec la pluralité des territoires. L'analyse, qualitative et quantitative (exploitation des données des juridictions et du casier judiciaire national) montre que les institutions judiciaires sont productrices d'injustices. Plus ou moins asphyxiés par les flux de délits à réprimer, les tribunaux de grande instance ne condamnent pas uniformément à l'échelle nationale, d'autant plus qu'ils doivent suivre les priorités définies dans la politique pénale des procureurs. Possédant une propension diverse à devenir de véritables acteurs politiques de leur territoire, ces derniers accentuent l'iniquité du système. L'égalité républicaine est abandonnée au profit d'une stigmatisation des territoires les plus défavorisés qui sont plus sévèrement condamnés que ne laisserait attendre la géographie des délits.

dimanche, octobre 7 2018

Le GRECO évalue la France en matière de lutte contre la corruption

7 10 2018

Le GRECO appelle notamment la France à une réforme ambitieuse de la justice pour garantir son indépendance (réforme du CSM, alignement des conditions de nomination des procureurs sur les magistrats du siège). Condition indispensable d’un Etat de droit, et exigence démocratique forte, Transparency avait interpelé les candidats à l’élection présidentielle sur ce sujet pendant la campagne de 2017.
L’essentiel du rapport est toutefois consacré à l’exemplarité du Parlement, sujet auquel l’ONG avait dédié un rapport au printemps 2017. Le GRECO analyse notamment les avancées contenues dans la loi pour la confiance dans la vie publique, et pointe le chemin qu’il reste à parcourir.

samedi, octobre 6 2018

"Safe city" ou la gabegie programmée des "Big Data" à la mode

6 10 2018

Centre_de_videosurveillance.jpgLes objectifs du démonstrateur Safe City sont de mettre en synergie un très grand nombre d’informations (Big Data) afin de prédire et/ou d’alerter le plus rapidement possible les autorités locales de tout événement lié à : la sécurité (dans tous ses aspects), les déplacements, les événements climatiques ou sismiques; événements ou combinaison d’événements jugés par les algorithmes comme étant anormaux.
Le montage opérationnel dont Thalès Security est le chef de file, regroupe 14 entreprises privés de droit français et un établissement public.
Le projet est financé par le contribuable, à travers l’Établissement Public BPIFRANCE, mais aussi, indirectement, à travers les interventions de l’INRIA, établissement public d’État, lui-même très largement financé par l’État et les apports de la ville de Nice. Le projet a obtenu, dans le cadre du « programme d’investissements d’avenir » une subvention de 10,9 millions d’euros opérée par BPIFRANCE.

- A Marseille, "La surveillance policière dopée aux Big Data arrive près de chez vous".
- Jean-Marc Manach "Vidéo-protection : les 500 nouvelles caméras coûteront trois fois plus cher que prévu" (Marsactu).
- Maureen Webb et Catherine Caron "Les nouveaux habits de Big Brother" (Relations, 2015).
- "6 provocations à propos des Big Data" (Internetactu.net).
Photo : laquadrature.net

jeudi, octobre 4 2018

Quitter l'hébergement de l’Aide Sociale à l’Enfance

4 10 2018

En France, 138 000 enfants ou adolescents sont pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance au titre de l’enfance en danger, soit 1,6 % des mineurs. Si les jeunes entrent dans le dispositif à des âges très variés, tous doivent en revanche en sortir à 18 ans (21 ans maximum s’ils obtiennent un contrat jeune majeur). Ils sont alors mis dans l’injonction d’être « autonomes », c’est-à-dire qu’ils doivent subvenir eux-mêmes à leurs besoins et ne peuvent plus dépendre de l’ASE pour se loger. À partir des données de l’enquête ELAP et d’entretiens qualitatifs, cet article explore les modalités et le vécu de la sortie de placement sur le plan résidentiel. Alors que les jeunes ont souffert précocement de la précarité résidentielle, l’expulsion programmée de l’institution inscrit l’insécurité dans l’espace qui était censé constituer pour eux un refuge, ce qui est source de stress et d’angoisse. D’autre part, l’intégration du marché immobilier s’effectue de façon inégale. Ceux qui ont accepté de jouer le jeu de l’institution et ne sont pas sortis du circuit institutionnel réussissent à intégrer les meilleurs hébergements, puis un logement autonome. Au contraire, les jeunes les plus « abîmés », qui ne parviennent pas ou ne souhaitent pas se plier aux contraintes institutionnelles, sont les plus exposés à la précarité résidentielle à la sortie.

mercredi, octobre 3 2018

Les fouilles à nu en prison : une humiliation persistance

3 10 2018

« On nous demande d’écarter les jambes en soulevant notre pénis, certains surveillants se penchent même pour voir, pourtant je n’ai jamais eu de rapport d’incident pour avoir rentré quelque chose d’illicite au parloir. » « Il faut enlever ses vêtements, soulever ses seins et ses pieds, enlever son tampon durant les règles, donner sa culotte pendant que le sang coule. » En prison, des milliers de personnes sont régulièrement contraintes de se déshabiller devant des surveillants. Officiellement, la mesure vise à empêcher l’intrusion d’objets illicites : stupéfiants, armes, téléphones portables ou denrées alimentaires… « Pour les surveillants, c’est routinisé. Mais quand on parle avec eux, beaucoup conviennent que c’est archaïque », explique un ex-détenu. Archaïque, c’est le mot qui s’impose quand on écoute les voix qui racontent la réalité de ces fouilles « à nu », ou « intégrales ». Près de dix ans après la promulgation de la loi pénitentiaire (2009) qui limite et encadre cette mesure, le constat est sans appel : alors qu’elle devrait être l’exception, la pratique des fouilles reste massive.

lundi, octobre 1 2018

La ville anonyme de la finance mondialisée

1 10 2018

Gratte_ciel_a_Montreal.jpgNous connaissions le film Main basse sur la ville de Francesco Rosi qui, en 1963, dénonçait le gigantisme des programmes immobiliers napolitains et l’affairisme local. Désormais, il y aura aussi Main basse sur la ville, film documentaire réalisé en 2017 qui porte sur les logiques du développement immobilier à Montréal. Le contexte est différent, mais les conséquences sont aussi tragiques.
Pour Aubin, les grands capitalistes construisent des bâtiments sans âme et d’une qualité douteuse, dans lesquels ils n’habiteraient bien sûr jamais, et ensuite s’en lavent les mains en invoquant un jeu de l’offre et de la demande qui a bon dos. Sans compter que la « main invisible » du marché a bel et bien besoin des interventions des pouvoirs publics, locaux et nationaux, pour pouvoir opérer.

Photo : metropolitiques.eu

- page 2 de 182 -