Immigration, discrimination, racisme

Fil des billets

jeudi, août 7 2014

Les intox d'Eric Ciotti sur l'immigration

7 08 2014

Eric_ciotti.jpgEt Eric Ciotti lança une nouvelle charge contre l'immigration... Le président UMP du conseil général des Alpes-Maritimes, département qui connaît un afflux d'immigrés clandestins, essentiellement érythréens, venus d'Italie depuis quelques jours, était l'invité de RTL, mardi 5 août. L'occasion pour lui de remonter sur un de ses chevaux de bataille : le laxisme de la gauche en la matière.
Ce qu'il a dit : « Il y a des passeurs qui ont été arrêtés et qu'on ne peut plus poursuivre puisque les socialistes ont supprimé le délit d'aide à l'introduction de clandestins en France. » Pourquoi c'est plutôt faux ?

lundi, juin 30 2014

Carnet des "Gens du voyage" : la France condamnée par l'ONU

30 06 2014

tampon_carnet_de_circulation.jpgLe 28 mars 2014, le Comité des droits de l'homme de l'ONU a condamné la France pour violation de l'article 12 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), considérant qu'elle ne respecte pas le principe de liberté de circulation en imposant aux "Gens du voyage" de faire viser régulièrement leur titre de circulation auprès des forces de l'ordre, sous peine de contravention. Cette condamnation contredit l'avis du Conseil constitutionnel du 5 octobre 2012, qui avait considéré "que l'atteinte portée à la liberté d'aller et venir qui en résulte est justifiée par la nécessité de protéger l'ordre public et est proportionnée à cet objectif."
En fixant un délai de six mois à la France pour rectifier cette violation de la liberté de circuler, l'ONU s'invite dans le calendrier législatif puisqu'une proposition de loi, déposée à l'Assemblée nationale le 5 décembre 2013 par le groupe socialiste, républicain et citoyen (SRC), comporte une mesure d'abrogation de tous les titres de circulation, véritables "passeports à l'intérieur" pour les populations résidant en abri mobile en France.

Photo : leplus.nouvelobs.com

dimanche, juin 22 2014

Le football, l'Algérie et la propagande raciste de l'extrême droite

22 06 2014

Foot_algerie.jpgLe match Algérie-Belgique, remporté par la seconde le 17 juin, n'a pas occasionné de débordements énormes à Paris, spécialement dans le quartier Barbès. Au grand dam de certains. Depuis plusieurs jours en effet, dans les milieux de droite « dure » et d'extrême droite, on pariait sur des troubles à l'issue du match. Voire les appelait de ses voeux.
Ainsi, le Bloc identitaire a été coller des affiches à la station de métro Barbès (quartier du 18e arrondissement de Paris à forte population issue de l'immigration maghrébine), assorti d'un commentaire sur son site : « À chaque match de l'équipe d'Algérie, Barbès est le théâtre de rassemblements haineux, provocateurs et anti-français de milliers de supporters algériens ». Et quelques minutes avant le match, sur les réseaux sociaux, nombreux étaient les militants à promettre, voire espérer, ces troubles. Hélas pour eux, il ne s'est rien produit de notable. Pour certains militants, il était visiblement difficilement acceptable qu'il ne se soit rien passé. Alors ils ont tout simplement maquillé la réalité.

Photo : footafrica365.fr

mardi, avril 29 2014

Aspects objectifs et subjectifs des discriminations

29 04 2014

discrimination_pancho.jpgDans la littérature scientifique consacrée à la mesure des discriminations, plusieurs approches sont développées et s'avèrent complémentaires : l'analyse des résidus discriminatoires associés à une caractéristique étudiée (le plus souvent le sexe ou l'origine) ; les audits par paires (testings) ; la mesure des biais implicites à l'encontre de minorités ; ou encore l'expérience rapportée par les enquêtés. Cet article applique cette dernière approche à partir des données de l'enquête Trajectoires et Origines. Différents indicateurs de discrimination ont été construits - sur les représentations à l'égard des discriminations, sur l'expérience auto-reportée de la discrimination et sur les situations de discriminations dans différents domaines de la vie sociale. Ces indicateurs sont analysés conjointement avec l'expérience répétée d'un renvoi aux origines et le sentiment de ne pas être vu comme Français. L'article montre que les discriminations dites « ethno-raciales » touchent essentiellement les immigrés et descendants d'immigrés d'origines africaine et turque. On observe enfin une incidence significative et autonome de la religion musulmane sur le risque de déclarer des discriminations. Ces résultats plaident en faveur de l'évaluation des discriminations à partir d'une approche combinant les types de mesure.

mercredi, avril 23 2014

Babylon By Bus ? Combattre la ségrégation scolaire en Angleterre

23 04 2014

welcome-to-southall2.jpgSi vous demandez à un(e) sexagénaire blanc(he) de Boston, Cleveland ou Los Angeles ce qu’est le busing, il ou elle vous parlera sans doute des politiques de déségrégation scolaire des années 1970. En posant la même question à Londres, Manchester ou Bristol, on vous évoquera immanquablement le « réseau de transport en commun », ce à quoi renvoie, tout simplement, l’expression busing system dans le dictionnaire. La raison en est que, contrairement aux États-Unis, les initiatives anglaises de busing ont été très limitées à une dizaine de Local Education Authorities (sur un total national de 146), à un moment de l’histoire où le système d’éducation anglais était presque totalement géré au niveau local : Bradford, Huddersfield, Halifax, Blackburn, Ealing (West London, incluant Southall), Slough, West Bromwich, Walsall, Loughborough (Leicester), Luton, Bristol. Toutes ces zones sont des foyers d’immigration caribéenne ou asiatique (indienne, pakistanaise, bangladaise) importants.

Lire la suite...

mardi, avril 22 2014

Babylon By Bus ? Combattre la ségrégation scolaire aux États-Unis

22 04 2014

old_glory.jpgEn 1954, l’arrêt de la Cour Suprême Brown vs. Board of Education déclara inconstitutionnelle la ségrégation scolaire. Or, malgré une certaine historiographie traditionnelle, et sans minorer l’importance de cet arrêt dans le combat historique pour les droits civiques, il est indéniable que de nombreuses situations locales ne furent guère améliorées après 1954, et que, comme à Los Angeles, on assista fréquemment à un enracinement plus profond encore de la ségrégation scolaire.
Pour prendre conscience de l’extrême complexité de cette situation, il faut se défier de la distinction automatique opérée entre ce qui relève de la ségrégation inscrite dans la loi (de jure segregation) et ce qui relève de la ségrégation de fait (de facto segregation), légitimée par des mécanismes qui, croit-on, sont « aveugles à la couleur » (color-blind) : lois de l’offre et de la demande, choix personnels, liberté du marché immobilier, liberté de parents consommateurs qui choisissent l’école de leurs enfants, etc.

Lire la suite...

samedi, avril 19 2014

Maire et immigration : qu’en sera-t-il demain dans les villes dirigées par le FN ?

19 04 2014

le_FN_et_jeanne_d__arc.jpgAinsi donc l’histoire se répète. Le maire d’Orléans entend des voix. Des voix d’électeurs lui criant de bouter hors des murs de la commune l’envahisseur étranger. A ceci près que l’intéressé n’est pas vierge…de précédents (voir ici).
La création d’une délégation donnée à un adjoint chargé de la lutte contre l’immigration clandestine voir ici) ne saurait malheureusement être lue comme une lubie locale et marque un précédent dans lequel d’autres vont s’engouffrer.
Les récents résultats électoraux vont nécessairement aboutir à de telles annonces, en particulier dans les villes frontistes. La mise en œuvre de la préférence nationale dans les villes concernées s’annoncent beaucoup préoccupantes qu’elles ne l’étaient en 1995 à Vitrolles, Orange.... Non pas que leurs élus aient changés sur le fond : c’est surtout leur marge d’initiative qui s’est considérablement étendue.

Lire la suite...

mardi, avril 15 2014

Les Roms, boucs-émissaires d'une Europe où le racisme progresse

15 04 2014

rapport_amnesty_roms.jpgEntre 10 et 12 millions de Roms vivent aujourd’hui en Europe. Beaucoup sont sous la menace quotidienne d’une expulsion forcée, du harcèlement de la police et d'agressions violentes.
Les conditions dans lesquelles de nombreux Roms sont contraints de vivre constituent un réquisitoire accablant contre la négligence et la discrimination dont font preuve les autorités à leur égard depuis des années. Cependant, loin de reconnaître que cette situation résulte du manque de protection qu'ils accordent aux droits fondamentaux des Roms, certains dirigeants européens préfèrent en rejeter la responsabilité sur les Roms eux-mêmes, les accusant de « ne pas s'intégrer ».
De son côté, la Commission européenne estime que "Des efforts sont faits en matière d’intégration des Roms, mais les progrès sur le terrain restent très lents", dans sa communication sur les avancées réalisées dans la mise en œuvre des stratégies nationales d’intégration des Roms. Ces stratégies ont fait l’objet d’une évaluation par ses soins. Il en ressort que des progrès ont été accomplis, notamment par la France. Cependant, des efforts restent à faire et c’est la raison pour laquelle, la Commission présente une série de mesures en ce sens.

jeudi, avril 10 2014

Le rapport 2013 de la CNCDH sur la lutte contre le racisme

10 04 2014

contre_le_racisme.jpgLa montée des périls économiques trouve, hélas, un écho dans la sphère politique et intellectuelle, et au sentiment d’instabilité économique s’arrime alors un sentiment d’insécurité qui provoque une perte de repères, loin de l’esprit fraternel, de ce bien-vivre ensemble, de cet universel qui transcende nos différences. Émerge alors une peur d’être envahi, d’être dissous dans cet Autre que l’on ne veut pas connaître. En 2013 s’est étalée dans les médias une curieuse « libération de la parole », ce racisme « décomplexé », comme si l’idéologie raciste, antisémite et xénophobe était toujours là, habitant trop de Français, mais qu’elle avait enfin pu s’exprimer, se désenfouir. Curieuse terminologie : les termes de libération comme de décomplexion portent une connotation positive, la marque d’un progrès, qui témoigne d’une souffrance d’avoir gardé ces idées par devers soi.
Les travaux des chercheurs apportent des éléments essentiels pour rendre compte de la réalité des phénomènes racistes. Ils révèlent un climat préoccupant en raison d’un refus croissant de l’autre différent ; ce climat préoccupant se traduit par un recul persistant de la tolérance depuis 2009. Malgré cela, la France demeure tout de même – à rebours des effets grossissants des médias et des réseaux sociaux – une terre d’accueil au sein de laquelle les manifestations et le sentiment racistes restent globalement stables, les unions mixtes toujours plus nombreuses, le dialogue interculturel s’instaure ou mieux s’ancre ici et là. Dans les écoles, les enfants s’enrichissent de leurs différences et prouvent que la France sait rester fidèle à ses valeurs.

Illustration : un.org

jeudi, avril 3 2014

Refonder les politiques d’immigration et d’intégration en France

3 04 2014

Image_LVI.jpgEn février 2013, le gouvernement de J.-M. Ayrault a décidé de « refonder » la politique d’intégration. La commission créée à cet effet réunissait des chercheurs en sciences sociales, des « intellectuels », des hauts fonctionnaires, des élus, des militants et des activistes de la société civile. Le rapport qu’elle produisit détonnait à la fois sur la forme et sur le fond avec toute une série de rapports publiés au cours des dernières décennies 1 et rompait aussi plus fondamentalement avec la rhétorique de plus en plus conservatrice du Haut Conseil à l’Intégration (Lochak, 2011). Quelle que soit la pertinence de ce rapport et des recommandations spécifiques qu’il a formulées, force est de constater qu’il a été graduellement désavoué par le gouvernement lors d’une série de déclarations politiques, désaveu qui s’est d’ailleurs traduit en actes lors de l’annonce des dernières mesures gouvernementales pour l’intégration le 11 février 2014 2. Les mesures rendues publiques ne semblent en effet avoir retenu des recommandations de ce rapport qu’une vague volonté de réconcilier les politiques d’immigration et les politiques de lutte contre les discriminations. Là n’est pas le problème puisqu’il est assez commun que les rapports politiques soient enterrés dans les tiroirs de l’État et les précédents en matière d’immigration sont bien nombreux. Cet épisode est plus fondamentalement révélateur d’une impasse politique sur ces questions.

lundi, mars 17 2014

Alain Soral, Eric Zemmour : deux néoconservateurs xénophobes décryptés

17 03 2014

la_haine.jpgXénophobie, antisémitisme, islamophobie, racisme anti-noir, machisme, homophobie... cette idéologie néoconservatrice a deux principaux pôles émetteurs : l’un au cœur du paysage médiatique, habitué à caricaturer musulmans et Noirs, l’autre dans l’underground très actif d’internet, préférant s’en prendre au « suprématisme juif » (selon l’expression d’Alain Soral dans son ouvrage avec Éric Naulleau, Dialogues désaccordés, Blanche/Hugo & Cie, 2013). Le héraut du premier pôle est Zemmour, le héros du second Soral.
Par-delà les divergences réelles entre les deux pôles, on repère un bricolage de thèmes communs. Et puis ils ont hérité de leur bouc émissaire préféré, BHL, quelques traits contribuant à la désintellectualisation en cours du débat public : l’enfilage de lieux communs plutôt que l’enquête au plus près des complications du réel, le marketing des idées vagues plutôt que le patient travail des concepts, l’arrogance rhétorique plutôt que l’argumentation raisonnée. Les marionnettes de l’anticonformisme ressemblent, dans leur absence de rigueur et leur goût pour la mise en spectacle, aux marionnettes du conformisme qu’elles dénoncent.

dimanche, mars 16 2014

Observations sur la « question rom » à Tourcoing

16 03 2014

SOS_Marliere.jpgLa situation locale dans la ville de Tourcoing confirme à de multiples niveaux l’analyse qui est proposée du « ras-le-bol », de « l’indignation » de « riverains excédés » dans le livre Roms et riverains, une politique municipale de la race publié ces derniers jours (voir ici). Le premier point commun est l’amalgame complètement banalisé entre « gens du voyage » et « Roms », que l’on peut voir comme une conséquence locale des déclarations de M. Sarkozy à l’occasion de son discours de Grenoble (30 juillet 2010), et indirectement des déclarations de M. Valls sur France-Inter (24 septembre 2013). La constitution au printemps 2012 de l’association « SOS-Marlière », du nom de ce quartier qui jouxte la frontière belge, en fournit une assez bonne illustration.
Le 12 mars 2012, le maire socialiste de la ville, Michel-François Delannoy, envoyait un courrier aux habitants du quartier. Il y présentait la nécessité pour sa ville de se mettre en conformité avec la législation sur les aires d’accueil pour gens du voyage : « En l’état actuel de ses réflexions, la majorité municipale imagine que des terrains proches de chez vous pourraient convenir à la réalisation, dans plusieurs années, de petites aires d'accueil appelées terrains familiaux. De taille limitée, ils ne reçoivent qu’environ 6 caravanes ». Le ton était rassurant, parlant « d’hypothèses de travail », de « délai nécessaire » laissant « amplement le temps de construire avec les riverains, particuliers et entreprises, un projet de qualité ». Or, dès les premières réunions de quartier, la mobilisation fut massive et spontanée.

Lire la suite...

vendredi, février 28 2014

Les logiques du racisme culturel

28 02 2014

livre_meyran_rasplus.jpgAlors qu’en France le mot « race » vient d’être supprimé de la législation, le racisme s’est déplacé du plan biologique vers le plan culturel. Désormais, on exclut l’autre au nom de l’« identité culturelle ».
Ainsi, l’extrême droite en est venue à se réclamer de l’anthropologie pour défendre une conception de la culture dans laquelle l’Autre est exclu en raison de sa différence « culturelle ». Cette nouvelle « vision du monde » s’infiltre peu à peu dans tout l’échiquier politique, de la droite dite « décomplexée » à la gauche « populaire », en faisant émerger l’idée d’une menace sur l’identité française.
Pour autant, qu’est-ce qu’une culture et comment se sont construites historiquement les logiques de racisme culturel ? C’est l’enquête que propose de mener ce livre, tant du point de vue de l’histoire des sciences sociales en Allemagne, aux États-Unis et en France, que de celui de la pensée politique, car la « culture » est devenue dans notre pays un enjeu essentiel.

mercredi, février 26 2014

Discrimination à l’embauche : l’apport des études économiques

26 02 2014

discrimination_pancho.jpgD’après un sondage IFOP mené en octobre 2013 à la demande du Défenseur des droits, quatre demandeurs d’emploi sur dix se déclarent victimes de discrimination à l’embauche. Cette perception fait écho à une réalité profonde, qui explique l’importance qu’a pris ce sujet dans le débat public au cours des dernières années : en Europe comme en Amérique du nord, le fonctionnement du marché du travail produit des inégalités très fortes entre groupes de population, en fonction de leur origine ethnique et de leur genre, notamment. Aux États-Unis, de nombreux travaux ont montré que les individus d’origine afro-américaine ou d’origine hispanique sont systématiquement défavorisés dans l’accès au marché du travail. En France, une étude récente de l’INSEE souligne que le taux d’emploi des Français dont les deux parents sont nés en France est supérieur de plus d’un tiers à celui des Français dont au moins l’un des deux parents est issu de l’immigration (Aeberhardt, Coudin et Rathelot, 2010). À ces constats s’ajoutent des différences de genre largement documentées en termes de disparités salariales et d’accès à l’emploi.

mardi, janvier 21 2014

Protéger les enfants des bidonvilles comme les autres

21 01 2014

enfant_village_d__accueil.jpgEn France, on estime entre 8 000 et 12 000 le nombre d’enfants vivant en bidonvilles ou en squats. Principalement originaires d’Europe de l’Est (de Roumanie, de Bulgarie ou de pays d’ex-Yougoslavie), 5 000 à 7 000 de ces enfants atteindront l’âge de 16 ans sans avoir été scolarisés, ou après avoir connu une scolarisation chaotique. Cet état de fait pose évidemment la question du devenir de ces enfants à l’adolescence, moment crucial du développement des personnes. Le déficit de scolarisation favorise, en effet, l’errance des adolescents, qui peut alors s’accompagner d’activités délictuelles plus ou moins graves, parfois réalisées sous la contrainte.
Si l’errance d’adolescents et la délinquance qui peut l’accompagner ne sont pas propres aux jeunes Roms d’Europe de l’Est, la particularité des conditions de vie d’une partie d’entre eux, à savoir le fait de vivre en bidonville, rend leur situation spécifique. En effet, le déficit de scolarisation qui les conduit dans la rue est directement lié à la vie en bidonville.

- page 1 de 8