Immigration, discrimination, racisme

Fil des billets

mercredi, novembre 26 2014

La nouvelle idéologie culturaliste

26 11 2014

LES_PIEGES.jpgEn période de crise politique, économique et sociale aiguë, un certain nombre d’acteurs du monde politique – aidés par quelques commentateurs hypermédiatiques – semblent s’évertuer à formuler des interprétations douteuses du désarroi populaire. Ils situent le problème dans l’érosion de la « culture nationale », alors que les inquiétudes françaises sont plus logiquement imputables à la montée de la précarité. L’objectif pourrait être de brandir une nouvelle idéologie culturaliste et différentialiste, afin de capter un électorat attiré par l’extrême droite.
Ainsi, depuis quelques années, nous assistons à la montée en puissance d’un message explicatif à la plausibilité douteuse qui, pourtant apparu initialement à l’extrême droite, semble en passe d’envahir une grande part du spectre politique, de la droite à la gauche : les Français auraient une identité culturelle très précisément définie, et celle-ci serait menacée dans son essence ; il faudrait donc la défendre contre la contamination des cultures autres, y compris à l’intérieur du cadre national. Or une telle idée est extrêmement discutable.

mardi, novembre 25 2014

Immigration et délinquance : la fabrique du préjugé

25 11 2014

immigres_et_delinquance.jpgPrenons un préjugé très répandu en France. « Plus il y a d’immigrés, plus il y a de délinquance ». John Paul Lepers, qui en est fermement convaincu, veut vérifier. À l’aide du recensement de l’INSEE et des statistiques du ministère de l’Intérieur, il se rend d’abord dans les communes de France qui comptent le plus d’immigrés : Aubervilliers, Beausoleil, Ferney-Voltaire, Oyonnax. Les écarts de délinquance dans ces quatre communes en tête du hit-parade de l’immigration sont tels qu’il doit changer de méthode. Il compare la délinquance dans deux grosses agglomérations que tout oppose : Montbéliard, à très fort taux d’immigrés et Caen, avec quasiment pas d’immigrés. Les résultats le stupéfient : ce sont les mêmes. Avec l'aide de statisticiens et de spécialistes de la criminalité, il démontre qu’il n’y a aucun lien entre immigration et délinquance.
Dans un second film, John Paul Lepers essaye de comprendre pourquoi lui, comme tant de monde, croit en ce préjugé. Il découvre des mécanismes insidieux qui sont à la racine de toute discrimination. À l’aide de professeurs en psychologie sociale, il réalise des expériences dans des écoles primaires et dans des salles de laboratoire qui révèlent les processus inconscients qui nous poussent à créer des catégories humaines et à apposer des stéréotypes, qui deviennent des préjugés à la base de toute discrimination.

dimanche, octobre 26 2014

L’opinion publique française n’est pas antisémite

26 10 2014

manifestation_halimi.jpgL’année 2014 a connu une hausse spectaculaire d’incidents antisémites, avec un premier pic après l’interdiction des spectacles de l’humoriste Dieudonné et la manifestation Jour de colère en janvier, et un second dans le sillage des manifestations antiisraéliennes suivant l’opération Bordure protectrice à Gaza en juillet. Sur les sept premiers mois de l’année, les actes et menaces recensés par le Service de protection de la communauté juive (SPCJ) ont presque doublé par rapport à l’an dernier. Des synagogues ont été attaquées, des magasins brûlés parce qu’appartenant à des juifs, et dans certains manifestations ont retenti des slogans d’un passé que l’on croyait révolu. Faut-il y voir le « retour » de l’antisémitisme des années 1930, comme le président du CRIF évoquant la Nuit de cristal et les pogroms, ou la montée d’un « nouvel antisémitisme » plus insidieux masqué derrière la critique d’Israël et du sionisme et la défense des opprimés ?
Ces actes, pour inquiétants et inacceptables qu’ils soient, restent le fait de minorités. Ils ne reflètent pas l’état de l’opinion publique française. Les sondages, en particulier l’enquête annuelle sur le racisme réalisée pour la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) montrent au contraire un recul graduel des préjugés envers les juifs, et parmi les préjugés qui résistent le « nouvel antisémitisme » reste marginal.

Photo : lemonde.fr

vendredi, octobre 17 2014

Le football, objet du délire d’Éric Zemmour

17 10 2014

zemmour-football.jpgIl n'est pas démontré que, mieux que tout autre, Éric Zemmour incarnerait l'immixtion des éditorialistes, des intellectuels médiatiques et autres penseurs consacrés par l'époque dans les affaires du football. Mais il fait peu de doutes qu'il a illustré avec une certaine constance l'instrumentalisation de ce dernier à des fins extérieures, l'hystérisation des débats au moindre incident et l'alimentation des nombreux psychodrames nationaux dont il aura été le prétexte depuis une petite vingtaine d'années. Pour lui comme pour la plupart de ses pairs, le football est devenu une obsession, à la fois symptôme de la décadence du pays et moyen de stigmatisation d'une partie de sa population.
Aussi n'y a-t-il pas grande surprise à constater que le football est un des fils rouges de son essai Le Suicide français, faisant l'objet de cinq passages substantiels. Comme annoncé dans l'introduction, l'auteur entend narrer "les quarante années qui ont défait la France", non seulement "président après président, loi après loi, élection après élection, intellectuel après intellectuel, (…)", mais aussi "match de football après match de football".
Le "roman national" d'Éric Zemmour est une fiction paranoïaque, son livre une mise en scène d'obsessions personnelles qu'il partage et a fait partager, grâce à la complaisance de nombreux médias, à une large frange de l'opinion française. La façon qu'il a d'y aborder le football est particulièrement symptomatique de cette France qui pratique la haine de soi.

jeudi, octobre 16 2014

Le business de la migration

16 10 2014

business_migration.pngAlors que médias et pouvoirs publics sont prompts à dénoncer les réseaux de trafiquants et passeurs qui se feraient de l’argent sur le dos des migrants, ils oublient souvent ou taisent sciemment l’économie, bien légale celle-ci, qui s’est organisée autour du contrôle des migrations.
Qu’il s’agisse de surveiller les frontières par des moyens toujours plus sophistiqués, d’instruire les demandes de visas, d’enfermer les étrangers avant leur expulsion, de les accueillir dans les situations d’urgence ou de convoyer les expulsés, on constate une tendance croissante à la sous-traitance à des sociétés privées d’activités qui relèvent en principe des attributions régaliennes de l’État. Et ce au plus grand profit des multinationales de la sécurité, de l’industrie d’armement ou des organisations impliquées dans le business humanitaire qui se sont engouffrées dans ce nouveau marché.
Dans un contexte de marchandisation de la « gestion des flux migratoires », cette sous-traitance a de quoi inquiéter : plus qu’un outil au service d’une politique, elle pourrait bien, sous la pression des groupes qui s’y enrichissent, en devenir le moteur.

vendredi, octobre 10 2014

Eric Zemmour : un "bouffon d'extrême-droite raciste et négationniste" pour le MRAP

10 10 2014

zemmour.jpgDans la nuit du samedi 4 au dimanche 5 octobre, sur France 2, dans le cadre de l’émission « on n’est pas couché », le journaliste d'extrême-droite Eric Zemmour, s'est livré à de nouveaux débordements racistes, anti-musulmans, négationnistes et homophobes à l'occasion d'une campagne de promotion de son dernier livre organisée par la chaîne publique. Théorisant sur l'impossibilité du « mélange » entre « français et arabes », il prophétisait la guerre civile. Il comparait l'immigration avec l'invasion allemande durant la dernière guerre mondiale et s'inscrivait dans les théories du « grand remplacement » de Renaud Camus. Il se faisait ensuite l'avocat du régime de Vichy qui aurait, selon ses termes, sauvé « 100 % » des juifs de France.
De fait Zemmour se voit attribuer le rôle de bouffon d'extrême-droite raciste et négationniste auquel les animateurs et la programmation opposent des intervenants modérés, censés défendre les thèses adverses. Au mépris des lois en vigueur, le racisme n'est alors plus un délit, mais une opinion qui s'oppose à l'opinion adverse.

lundi, octobre 6 2014

Pour les musulmans

6 10 2014

livre_plenel.png"Il y a un problème de l'islam en France", n'hésite pas à proclamer un académicien (A. Finkielkraut), regrettant même "que l'on abandonne ce souci de civilisation au Front national". À cette banalisation intellectuelle d'un discours semblable à celui qui, avant la catastrophe européenne, affirmait l'existence d'un "problème juif" en France, ce livre répond en prenant le parti de nos compatriotes d'origine, de culture ou de croyance musulmanes contre ceux qui les érigent en boucs émissaires de nos inquiétudes et de nos incertitudes. L'enjeu n'est pas seulement de solidarité mais de fidélité. Pour les musulmans donc, comme l'on écrirait pour les juifs, pour les Noirs et pour les Roms, ou, tout simplement, pour la France.
« Si l'antisémitisme resurgit périodiquement, en relation avec les événements du Proche-Orient, s'il mine toujours une partie de notre société, il ne figure plus dans le discours des responsables publics. Et lorsque c'est le cas, on parle de "dérapage". Rien de tel avec l'islamophobie, qu'un éditorialiste très établi pouvait, en 2003, revendiquer comme une légitime "opinion". Et lorsqu'on demande à Manuel Valls, encore ministre de l'Intérieur, quels sont les trois défis des dix prochaines années, il cite "l'immigration, la comptabilité de l'islam avec la démocratie, et le regroupement familial". C'est à dire, à peu de choses près, trois fois l'islam » (Denis Sieffert, Politis, 25/09/2014).

samedi, septembre 6 2014

Faire échec au racisme et à la haine

6 09 2014

FRANCE2012-ELECTIONS-FN-LEPEN-FEATURELes agressions contre Christiane Taubira ont inauguré de façon spectaculaire le retour d’un racisme désinhibé dans le débat politique.
Sa nomination comme ministre de l’Education nationale a littéralement déchaîné, contre Najat Vallaud-Belkacem, un torrent de boue et d’abjections. S’y mêlent, pêle-mêle, le rejet de l’étranger et pire encore, de l’étrangère ou étiquetée telle, la dénonciation de la supposée musulmane, porteuse ou non d’un voile, la haine, enfin, contre la femme de conviction, militante de l’égalité entre femmes et hommes, et aujourd’hui à la direction d’un ministère où sont défendues les valeurs de l’école laïque et républicaine.
Orchestrée par des publications d’extrême droite dont l’éthique est celle du caniveau, cette campagne soulève le cœur de toutes celles et ceux qui ont la démocratie au cœur et partagent une haute idée de la chose publique et du débat qui devrait en être la marque.

jeudi, août 7 2014

Les intox d'Eric Ciotti sur l'immigration

7 08 2014

Eric_ciotti.jpgEt Eric Ciotti lança une nouvelle charge contre l'immigration... Le président UMP du conseil général des Alpes-Maritimes, département qui connaît un afflux d'immigrés clandestins, essentiellement érythréens, venus d'Italie depuis quelques jours, était l'invité de RTL, mardi 5 août. L'occasion pour lui de remonter sur un de ses chevaux de bataille : le laxisme de la gauche en la matière.
Ce qu'il a dit : « Il y a des passeurs qui ont été arrêtés et qu'on ne peut plus poursuivre puisque les socialistes ont supprimé le délit d'aide à l'introduction de clandestins en France. » Pourquoi c'est plutôt faux ?

lundi, juin 30 2014

Carnet des "Gens du voyage" : la France condamnée par l'ONU

30 06 2014

tampon_carnet_de_circulation.jpgLe 28 mars 2014, le Comité des droits de l'homme de l'ONU a condamné la France pour violation de l'article 12 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), considérant qu'elle ne respecte pas le principe de liberté de circulation en imposant aux "Gens du voyage" de faire viser régulièrement leur titre de circulation auprès des forces de l'ordre, sous peine de contravention. Cette condamnation contredit l'avis du Conseil constitutionnel du 5 octobre 2012, qui avait considéré "que l'atteinte portée à la liberté d'aller et venir qui en résulte est justifiée par la nécessité de protéger l'ordre public et est proportionnée à cet objectif."
En fixant un délai de six mois à la France pour rectifier cette violation de la liberté de circuler, l'ONU s'invite dans le calendrier législatif puisqu'une proposition de loi, déposée à l'Assemblée nationale le 5 décembre 2013 par le groupe socialiste, républicain et citoyen (SRC), comporte une mesure d'abrogation de tous les titres de circulation, véritables "passeports à l'intérieur" pour les populations résidant en abri mobile en France.

Photo : leplus.nouvelobs.com

dimanche, juin 22 2014

Le football, l'Algérie et la propagande raciste de l'extrême droite

22 06 2014

Foot_algerie.jpgLe match Algérie-Belgique, remporté par la seconde le 17 juin, n'a pas occasionné de débordements énormes à Paris, spécialement dans le quartier Barbès. Au grand dam de certains. Depuis plusieurs jours en effet, dans les milieux de droite « dure » et d'extrême droite, on pariait sur des troubles à l'issue du match. Voire les appelait de ses voeux.
Ainsi, le Bloc identitaire a été coller des affiches à la station de métro Barbès (quartier du 18e arrondissement de Paris à forte population issue de l'immigration maghrébine), assorti d'un commentaire sur son site : « À chaque match de l'équipe d'Algérie, Barbès est le théâtre de rassemblements haineux, provocateurs et anti-français de milliers de supporters algériens ». Et quelques minutes avant le match, sur les réseaux sociaux, nombreux étaient les militants à promettre, voire espérer, ces troubles. Hélas pour eux, il ne s'est rien produit de notable. Pour certains militants, il était visiblement difficilement acceptable qu'il ne se soit rien passé. Alors ils ont tout simplement maquillé la réalité.

Photo : footafrica365.fr

mardi, avril 29 2014

Aspects objectifs et subjectifs des discriminations

29 04 2014

discrimination_pancho.jpgDans la littérature scientifique consacrée à la mesure des discriminations, plusieurs approches sont développées et s'avèrent complémentaires : l'analyse des résidus discriminatoires associés à une caractéristique étudiée (le plus souvent le sexe ou l'origine) ; les audits par paires (testings) ; la mesure des biais implicites à l'encontre de minorités ; ou encore l'expérience rapportée par les enquêtés. Cet article applique cette dernière approche à partir des données de l'enquête Trajectoires et Origines. Différents indicateurs de discrimination ont été construits - sur les représentations à l'égard des discriminations, sur l'expérience auto-reportée de la discrimination et sur les situations de discriminations dans différents domaines de la vie sociale. Ces indicateurs sont analysés conjointement avec l'expérience répétée d'un renvoi aux origines et le sentiment de ne pas être vu comme Français. L'article montre que les discriminations dites « ethno-raciales » touchent essentiellement les immigrés et descendants d'immigrés d'origines africaine et turque. On observe enfin une incidence significative et autonome de la religion musulmane sur le risque de déclarer des discriminations. Ces résultats plaident en faveur de l'évaluation des discriminations à partir d'une approche combinant les types de mesure.

mercredi, avril 23 2014

Babylon By Bus ? Combattre la ségrégation scolaire en Angleterre

23 04 2014

welcome-to-southall2.jpgSi vous demandez à un(e) sexagénaire blanc(he) de Boston, Cleveland ou Los Angeles ce qu’est le busing, il ou elle vous parlera sans doute des politiques de déségrégation scolaire des années 1970. En posant la même question à Londres, Manchester ou Bristol, on vous évoquera immanquablement le « réseau de transport en commun », ce à quoi renvoie, tout simplement, l’expression busing system dans le dictionnaire. La raison en est que, contrairement aux États-Unis, les initiatives anglaises de busing ont été très limitées à une dizaine de Local Education Authorities (sur un total national de 146), à un moment de l’histoire où le système d’éducation anglais était presque totalement géré au niveau local : Bradford, Huddersfield, Halifax, Blackburn, Ealing (West London, incluant Southall), Slough, West Bromwich, Walsall, Loughborough (Leicester), Luton, Bristol. Toutes ces zones sont des foyers d’immigration caribéenne ou asiatique (indienne, pakistanaise, bangladaise) importants.

Lire la suite...

mardi, avril 22 2014

Babylon By Bus ? Combattre la ségrégation scolaire aux États-Unis

22 04 2014

old_glory.jpgEn 1954, l’arrêt de la Cour Suprême Brown vs. Board of Education déclara inconstitutionnelle la ségrégation scolaire. Or, malgré une certaine historiographie traditionnelle, et sans minorer l’importance de cet arrêt dans le combat historique pour les droits civiques, il est indéniable que de nombreuses situations locales ne furent guère améliorées après 1954, et que, comme à Los Angeles, on assista fréquemment à un enracinement plus profond encore de la ségrégation scolaire.
Pour prendre conscience de l’extrême complexité de cette situation, il faut se défier de la distinction automatique opérée entre ce qui relève de la ségrégation inscrite dans la loi (de jure segregation) et ce qui relève de la ségrégation de fait (de facto segregation), légitimée par des mécanismes qui, croit-on, sont « aveugles à la couleur » (color-blind) : lois de l’offre et de la demande, choix personnels, liberté du marché immobilier, liberté de parents consommateurs qui choisissent l’école de leurs enfants, etc.

Lire la suite...

samedi, avril 19 2014

Maire et immigration : qu’en sera-t-il demain dans les villes dirigées par le FN ?

19 04 2014

le_FN_et_jeanne_d__arc.jpgAinsi donc l’histoire se répète. Le maire d’Orléans entend des voix. Des voix d’électeurs lui criant de bouter hors des murs de la commune l’envahisseur étranger. A ceci près que l’intéressé n’est pas vierge…de précédents (voir ici).
La création d’une délégation donnée à un adjoint chargé de la lutte contre l’immigration clandestine voir ici) ne saurait malheureusement être lue comme une lubie locale et marque un précédent dans lequel d’autres vont s’engouffrer.
Les récents résultats électoraux vont nécessairement aboutir à de telles annonces, en particulier dans les villes frontistes. La mise en œuvre de la préférence nationale dans les villes concernées s’annoncent beaucoup préoccupantes qu’elles ne l’étaient en 1995 à Vitrolles, Orange.... Non pas que leurs élus aient changés sur le fond : c’est surtout leur marge d’initiative qui s’est considérablement étendue.

Lire la suite...

- page 1 de 9