Immigration, discrimination, racisme

Fil des billets

mardi, novembre 22 2016

Multiplication des actes racistes et islamophobes depuis l'élection de Trump

22 11 2016

USA-ELECTION/PROTEST-LOSANGELESL'élection de Donald Trump aux États-Unis a libéré certaines expressions de haine raciale et d'islamophobie. Durant sa campagne, Trump avait notamment promis de constituer "un fichier tous les musulmans", propos qu'il a récemment réitérés.
Cette haine est exprimée souvent par des jeunes, lycéens et étudiants, mais aussi par certains parents d'élèves et certains enseignants. Plusieurs universités signalent des incidents islamophobes. Dans la rue ou encore au guichet de certaines administrations, les témoignages de personnes "noires", "latinos" ou de femmes voilées se multiplient. Graffitis, insultes et discriminations constituent l'essentiel de cette poussée de racisme, même si on note aussi quelques agressions physiques. Certaines institutions comme le Southern Poverty Law Center tentent de centraliser les témoignages de victimes.
Actualisation : l'Association américaine des professeurs d'université vient également de publier un communiqué en ce sens.
Sources :

Photo : http://time.com/4569129/racist-anti-semitic-incidents-donald-trump/

dimanche, novembre 20 2016

Fausse géopolitique et vraie islamophobie

20 11 2016

peur_de_l__islam.jpg"Géopolitique de la nation France" est un titre alléchant. L’un des cosignataires est de surcroît Yves Lacoste qui, en son temps, a contribué au développement de l'étude de la géopolitique en France et jouit pour cela d’un prestige réel. À la vue des intitulés de chapitre, on est tout de suite plus circonspect : « L’immigration postcoloniale au cœur du trouble » ; « L'islamisme contre la nation » ; « L’immigration, le danger islamiste » ; « Trois objets et critères de détestation : l’Amérique, le sionisme, le néocolonialisme français » ; « La conquête de l'Algérie, un cas très exceptionnel ». La lecture de l'ouvrage ne fait que confirmer le malaise. Il y a une obsession antimusulman, mal cachée derrière une dénonciation de l’islamisme. L’autre cosignataire est Frédéric Encel, lobbyiste pro-israélien bien connu.

Photo : nantes.indymedia.org

vendredi, novembre 18 2016

Ce que pensent les réfugiés : une étude allemande contredit les préjugés

18 11 2016

Un_point_d_accueil_pour_les_demandeurs_d_asile_pres_de_Munich.jpgQui sont les réfugiés arrivés en Allemagne ces trois dernières années ? Comment sont-ils venus ? Avec quels moyens ? Animés de quels espoirs et attachés à quelles valeurs ? A ces questions, une vaste enquête, publiée mardi 14 novembre par l’Institut de recherche sur le marché du travail et les professions de Nuremberg, apporte de nombreuses réponses.
L’une des parties les plus intéressantes de l’enquête – et peut-être celle qui fera le plus réagir, compte tenu de sa tonalité générale qui contredit de façon frontale les discours alarmistes ou anxiogènes sur l’immigration – porte sur les valeurs auxquelles les réfugiés se disent attachés et leur comparaison avec celles des Allemands.

samedi, octobre 22 2016

L’islamophobie en Grande-Bretagne et aux États-Unis

22 10 2016

Jeune_fille_voilee.jpgL’immigration et l’identité nationale sont actuellement au cœur du débat public. Avec les tentatives d’interdiction du burkini en France et la proposition de renforcer les contrôles migratoires en Grande-Bretagne suite au Brexit, la société est divisée. Ces tensions grandissantes sont aussi synonymes, pour les minorités religieuses et ethniques, d’un racisme de plus en plus marqué à leur égard, ressenti dans leur vie quotidienne.
En 2015, l’islamophobie a augmenté de 200 % en Grande-Bretagne, tandis que les attaques anti-musulmanes aux États-Unis ont augmenté de 78 %. L’islamophobie se définit comme « une hostilité injuste envers l’islam ». Cela inclut « la discrimination injuste envers des personnes musulmanes et des communautés » ainsi que l’exclusion des musulmans des affaires politiques et sociales.

lundi, septembre 19 2016

Discrimination à l'embauche : témoignages recueillis par le Défenseur des Droits

19 09 2016

Discrimination_a_l__embauche.jpgLe Défenseur des droits présente les résultats de l’appel à témoignages mené au printemps 2016 sur les discriminations liées à l’origine dans l’accès à l’emploi. Ces résultats illustrent la diversité des difficultés rencontrées par les personnes d’origine étrangère et les conséquences sur leurs parcours professionnels et personnels.
Les situations décrites rendent compte des discriminations multiples auxquelles exposent les caractéristiques pouvant signaler une origine étrangère - nom, couleur de peau, religion - et qui souvent se cumulent. Un tiers des répondants considèrent ainsi avoir été discriminés sur au moins trois motifs liés à leur origine. Les personnes perçues comme arabes témoignent notamment des préjugés attachés à leur supposée religion musulmane, tandis que celles qui rapportent être vues comme noires se déclarent plus souvent discriminées du fait de leur couleur de peau.

Photo : rtl.fr

mercredi, juillet 13 2016

Discriminations : de fortes inégalités persistent dans la fonction publique

13 07 2016

nuage_de_mots_discrimination.jpgLe rapport de Yannick L’Horty remis au Premier ministre le 8 juillet 2016 est sans appel. Il note d’abord une recrudescence des inégalités sociales dans l’accès à l’emploi public. Les enfants d’agents publics sont surreprésentés dans les recrutements. Alors que les enfants de cadres du public représentent 2,6 % des actifs occupés, ils constituent 10 % des cadres de la fonction publique d’État, soit quatre fois plus. Un tiers des agents de la FPE sont des enfants de fonctionnaires et cette proportion s’élève à mesure que l’on monte dans la hiérarchie. Les descendants d’immigrés sont par ailleurs sous-représentés dans la fonction publique. Ils ont 8 % de chances en moins d’occuper un emploi public que les natifs.

mercredi, juin 29 2016

Rétention des étrangers : des pratiques « abusives » et « illégales »

29 06 2016

Centre_de_retention_du_Canet_a_Marseille.jpgEn 2015, près de 48 000 personnes ont séjourné dans les centres et locaux de rétention administrative. «Une privation de liberté banalisée alors que trop souvent l’enfermement est inutile, voire abusif et illégal», estime le rapport rédigé conjointement par cinq associations (Assfam, Forum réfugiés-Cosi, France terre d’asile, la Cimade, Ordre de Malte France). Seules 46% des personnes enfermées ont ensuite fait l’objet d’une mesure d’éloignement dont près de la moitié à destination d’un pays européen.
Globalement, ces cinq dernières années ont été marquées par la stabilité du nombre d’étrangers enfermés, sans que l’alternance politique n’entraîne de modifications majeures.

vendredi, juin 10 2016

Islamophobie, culturalisme et violences envers les femmes

10 06 2016

une-femme-tient-une-pancarte-pendant-une-manifestation-a-cologne-le-5-janvier.jpgAu mois de janvier, l’« affaire de Cologne » a déchaîné la fachosphère et réveillé l’islamophobie ordinaire d’une large partie des élites et de la population, qui suspecte que l’Islam prédispose à la violence envers les femmes. Il s’agit pourtant d’un grossier préjugé ethnocentrique ou d’une forte hypocrisie. D’autres fait divers sont là pour nous le rappeler de façon toute aussi spectaculaire.

Illustration : lexpress.fr

mardi, mai 10 2016

Le Défenseur des droits dénonce le traitement des étrangers en France

10 05 2016

nuage_de_mots_discrimination.jpgDiscriminations, inégalités de traitement, préjugés, méfiance : à l’heure de la crise des réfugiés, le Défenseur des droits Jacques Toubon déplore dans un rapport public de 300 pages (Les droits fondamentaux des étrangers en France) une « logique de suspicion » envers les étrangers, et pointe « l’ensemble des obstacles qui entravent l’accès des étrangers aux droits fondamentaux » comme la scolarisation ou la santé.

mardi, mai 3 2016

Quand le sport jongle avec les nationalités

3 05 2016

Plein_Droit_108.jpgA chaque compétition sportive internationale, hymnes nationaux et drapeaux réveillent les plus forts sentiments nationaux. Dans le même temps, se pose à chaque occasion la question de la composition des sélections nationales, du nombre de sportifs naturalisés quand ce n’est pas la question de la couleur de la peau ou de la religion de ceux qui nous représentent. Dans un cas, l’éthique sportive serait en cause, dans l’autre, il en irait de l’image de la nation.
Y aurait-il une nationalité administrative et une nationalité sportive qui relèveraient de deux ordres juridiques différents? Dans les faits, on constate que chaque fédération sportive élabore ses propres règles, indépendamment du code civil. Et si à chaque compétition sportive, hymnes nationaux et drapeaux réveillent les plus forts sentiments nationaux, il s’agit là d’une fierté qui repose sur une fiction car les véritables règles qui s’appliquent sont liées à la domination d’une nation dans un sport ou à des enjeux financiers.

dimanche, avril 3 2016

Islamophobie ordinaire : le cas de la ministre Laurence Rossignol

3 04 2016

peur_de_l__islam.jpg C’est en partie pour sa capacité à ne pas faire de vagues que Laurence Rossignol a été promue ministre des familles, de l’enfance et des droits des femmes lors du remaniement gouvernemental du 11 février. Ce talent semble envolé.
Invitée sur RMC mercredi 30 mars, elle a suscité un concert de protestations en effectuant un parallèle pour le moins hasardeux entre l’esclavage et le port du voile par les musulmanes, agrémenté de l’emploi du mot « nègre ». Mme Rossignol était interrogée par le journaliste Jean-Jacques Bourdin sur les marques de mode qui investissent le créneau du voile islamique. « Bien sûr qu’il y a des femmes qui choisissent, il y avait aussi des nègres américains qui étaient pour l’esclavage (…), répond alors la ministre. Je crois que ces femmes sont pour beaucoup d’entre elles des militantes de l’islam politique. »

Photo : nantes.indymedia.org

dimanche, mars 13 2016

Cologne ou « le tartuffe féministe »

13 03 2016

peur_de_l__islam.jpgSi, dans le fond, le machisme et le harcèlement sexuel existent partout, alors pourquoi isoler ce phénomène chez les musulmans, au lieu de le combattre sous toutes ses formes ? Parce qu’ils sont musulmans justement. Le Blanc européen ou américain n’est jamais chrétien ou s’il l’est, c’est un simple pécheur égaré que le pasteur va prendre par la main pour le ramener dans le troupeau bêlant de toutes ses clochettes. Le Blanc qui viole n’appartient jamais à une collectivité (sauf le prêtre) : c’est un individu qui a une libido qu’il ne contrôle pas (un «queutard», terme dont la vulgarité vaut presque excuse), un homme qui a des problèmes psychologiques, qui a été violé quand il était petit, qui a trop bu «ce jour-là», ou bien, pour l’étudiant américain, c’est un naïf qui a malheureusement manqué le crash-course organisé la veille par son université sur «pourquoi et comment ne pas violer les filles». Car on peut supposer que, s’il y a des cours de «sexuellement correct», c’est que cela ne fait partie ni de la culture ni de la nature de ces chères têtes blondes. Par contre, on dénie à Ahmed la possibilité (je ne dis pas le droit) d’être un queutard bourré et mal élevé. Lui, il est musulman, et c’est pour ça, comme dirait Molière, que votre fille est muette.

Photo : nantes.indymedia.org

mardi, février 16 2016

Le Conseil de l’Europe s’inquiète des évacuations de Roms sans relogement

16 02 2016

Camp_rom_porte_de_clignancourt.jpgLe commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe s’inquiète des évacuations forcées de Roms, sans solutions de relogement, dans un courrier adressé au ministère de l’intérieur, Bernard Cazeneuve.
Dans cette lettre, dont l’Agence France-Presse a eu copie, Nils Muiznieks déplore que sur les 111 évacuations forcées de Roms effectuées en 2015 en France, seules 29 aient donné lieu à des propositions de relogement. Il constate que ces évacuations forcées « interrompent les parcours scolaires des enfants roms, compromettent le suivi médical et fragilisent le maintien dans l’emploi ». Le commissaire fait également part de son inquiétude devant « le climat d’anti-tsiganisme qui existe de longue date en France et dans lequel ces opérations sont menées ».

jeudi, février 11 2016

Le racisme comme expérience viscérale

11 02 2016

une-colere-noire.jpgÀ partir de son expérience vécue, Ta-Nehisi Coates cherche à expliquer ce que signifie être un homme noir aux États-Unis. Livre à thème politiquement engagé, il appartient à cette tradition littéraire afro-américaine d’auto-analyse offrant des interprétations subversives du monde social. La publication de l’ouvrage a été avancée pour que l’auteur puisse prendre part aux discussions déclenchées par les soulèvements de Baltimore, sa ville natale, en 2015. Le livre est donc paru dans le contexte d’affirmation du mouvement #BlackLivesMatter, cette vaste mobilisation politique contre les violences policières et les inégalités raciales.
L’ouvrage se présente comme le récit d’apprentissage d’un enfant du ghetto s’interrogeant sur la brutalité de la société américaine à son égard et à l’égard des siens. Le cœur de l’ouvrage constitue un témoignage sur l’expérience d’habiter un corps considéré comme noir dans les États-Unis du tournant du XXIe siècle. L’auteur propose ainsi une réflexion polémique sur la nature de l’oppression raciale.

mardi, janvier 26 2016

La diversité en discours et en pratiques

26 01 2016

enigma_of_diversity.jpgSi le discours de la diversité s’est diffusé dans de nombreux pays au cours des vingt dernières années, c’est aux États-Unis qu’il a connu les développements les plus précoces et sophistiqués ; au-delà de sa portée descriptive, il s’y est imposé comme un principe normatif fortement valorisé, notamment auprès de ses élites.
La confrontation des trois cas met en évidence des convergences saisissantes : dans le monde de l’enseignement supérieur, dans celui des politiques urbaines comme dans celui des affaires, la diversité est un discours mobilisé par les élites, majoritairement blanches ; dans ces différents contextes, ce discours contribue à véhiculer une vision « pacifiée et productive de l’ordre racial », euphémisant les inégalités structurelles et déstigmatisant les groupes dominants ; partout, le discours de la diversité sert d’appui à une « inclusion sélective », privilégiant les individus de l’élite, qui incarnent les valeurs de l’ordre néolibéral.

- page 1 de 11