mardi, novembre 23 2021

La « cinquième vague », nouvel épisode d’un feuilleton qui n'a que trop duré

23 11 2021

Le mauvais feuilleton sanitaire continue. La petite musique d’un nouvel épisode épidémique à venir se fait de nouveau entendre. Ce serait cette fois la « cinquième vague ». Depuis plus d’un an et demi, la population française est soumise à un flot quasi continu de mauvaises nouvelles, qui servent à justifier des mesures aux impacts psychologiques, économiques, sociaux et politiques délétères.

lundi, octobre 25 2021

64 organisations contre la loi « Drone 2 »

25 10 2021

Le gouvernement est de retour pour autoriser les systèmes de surveillance qui, d’abord prévus dans la loi Sécurité globale, avaient été censurés par le Conseil constitutionnel en mai 2021. Cette nouvelle loi « relative à la responsabilité pénale et à la sécurité intérieure », a déjà été adoptée par l’Assemblée nationale le 23 septembre dernier. Le Sénat l’examinera le 18 octobre. Il doit la rejeter : contrairement à ce que prétend le gouvernement, ces systèmes de surveillance nuiront tant à notre liberté qu’à notre sécurité, dès lors qu’ils organisent l’escalade technologique des violences policières.
Les articles 8 et 9 autoriseront la surveillance par drone, hélicoptère et voiture. Depuis plus d’un an, la police déploie illégalement des drones pour nous surveiller, malgré deux interdictions du Conseil d’État, une sanction de la CNIL et une censure du Conseil constitutionnel. Les drones sont inutiles aux actions de médiation, d’apaisement et de dialogue avec la population. Ce sont des outils démultipliant les capacités de surveillance et de contrôle, qui facilitent avant tout les interventions violentes de la police, notamment en manifestation afin de dissuader les militant·es d’exercer leurs libertés de réunion et d’expression politique.

vendredi, octobre 22 2021

Prolongation du passe sanitaire : « Un régime d’exception devenu éternel »

22 10 2021

Ce sera huit mois de plus. Le passe sanitaire en vigueur depuis août devait être levé mi-novembre. Mais l’Assemblée nationale a voté ce 20 octobre, à une très courte majorité, le projet de loi « Vigilance sanitaire ». Le texte doit être encore examiné au Sénat. S’il est définitivement adopté, le gouvernement pourrait prolonger le passe sanitaire à sa guise jusqu’au 31 juillet 2022, donc jusqu’après les présidentielles (en avril) et les législatives (en juin).

jeudi, octobre 21 2021

La Défenseure des droits critique le déremboursement des tests de dépistage du Covid-19

21 10 2021

La Défenseure des droits s’inquiète tout d’abord que soit envisagée la prorogation du régime de sortie de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 31 juillet 2022, proposée par le projet de loi en débat, sans qu’aucun nouveau vote du Parlement ne soit prévu pendant une période aussi longue, ni que soient fixés par le législateur des critères objectifs encadrant la possibilité pour le pouvoir réglementaire de mettre en œuvre des mesures d’exception.
La Défenseure des droits s’inquiète particulièrement du choix de l’exécutif d’instaurer par arrêté le déremboursement des tests de dépistage de la Covid-19, réduisant dans les faits la possibilité de présenter un passe sanitaire soit à un schéma vaccinal complet, soit à un certificat médical de contre-indication à la vaccination, soit à un certificat médical de rétablissement, alors que la loi prévoyait la possibilité de présenter le résultat d’un test de dépistage négatif qui était remboursé par la sécurité sociale à la date où le législateur s’est prononcé. Cette décision pourrait s’apparenter à une obligation vaccinale déguisée.

mercredi, octobre 20 2021

L’état d’urgence sanitaire permanent

20 10 2021

Le Parlement s’apprête à voter la prorogation jusqu’au 31 juillet 2022 de l’ensemble du mille-feuille législatif né de la crise du covid-19. Le temporaire s’incruste dans la durée comme dans nos quotidiens ; l’exceptionnel se banalise.
il est manifeste qu’au 19 octobre le passe sanitaire ne peut plus présenter à court et moyen termes aucune plus-value pour prévenir la diffusion du covid-19, ni en lui-même (il donne un sentiment de sécurité trompeur, dès lors qu’il est possible de contaminer et d’être contaminé dans les lieux dont l’accès est soumis à la présentation du passe), ni en tant qu’il a accéléré la vaccination dès lors que la part de la population ni vaccinée ni immunisée est devenue très résiduelle. Il en va de même, à plus forte raison, pour les autres mesures restrictives ou privatives de liberté autorisées par le « paquet urgence sanitaire » que le Parlement s’apprête à proroger jusqu’au 31 juillet 2022.

dimanche, octobre 17 2021

JO 2024 : la frénésie sécuritaire

17 10 2021

En 2024, Paris organisera les Jeux Olympiques d’été, l’occasion pour le gouvernement français et les industriels de s’allier pour tester, déployer et normaliser leur arsenal de nouveaux dispositifs de surveillance : drones, reconnaissance faciale, analyses de comportements… On revient ici sur ce que l’on sait aujourd’hui de ce projet dystopique, sur ce qui a déjà été testé et sur la résistance qui s’organise.

jeudi, octobre 14 2021

Vaccins génétiques, doutes et propagande: entretien (2) avec Jean-Paul Bourdineaud

14 10 2021

Dans la suite (et fin) de cet entretien, le professeur de toxicologie Jean-Paul Bourdineaud (Université de Bordeaux) montre qu’il convient de vérifier les dires des auto-proclamés « vérificateurs de faits », il explique ses doutes raisonnables quant à la vaccination et au sésame sanitaire, et il réfléchit à des approches vaccinales plus intelligentes et plus sûres.
Censuré à nouveau par Mediapart, cet entretien est republié notamment ici et .

dimanche, octobre 10 2021

Carte d’identité biométrique : sa genèse macronienne

10 10 2021

En pleine mobilisation contre le passe sanitaire, la nouvelle est passée relativement inaperçue. Elle n’est pourtant pas sans lien : depuis le mois d’août 2021, les cartes d’identité délivrées embarquent dorénavant un code en deux dimensions contenant les données d’état civil, l’adresse du domicile, les informations sur la CNIe (numéro, date de délivrance, date de fin de validité), lisible par n’importe qui, et une puce biométrique lisible pour les usages « régaliens ».
Quelques jours plus tard, la multinationale française de l’identité IDEMIA a été retenue par l’Agence nationale des titres sécurisés (ANTS) dans le cadre du programme interministériel France Identité Numérique (le but de ce marché public est de permettre de contrôler l’identité d’une personne à l’aide d’un smartphone et de la nouvelle carte d’identité électronique).

samedi, octobre 9 2021

Pourquoi tant de haine ? (après un article du « Monde » contre nous et la FCPE)

9 10 2021

Le « bashing » continue. Le journal Le Monde a cru devoir en « rajouter une couche » en amplifiant une polémique initiée comme d’habitude sur les réseaux sociaux, au sujet de ma direction du Conseil scientifique de la FCPE. Problème : l’article relaye des bruits de couloir mensongers et il met en difficulté la FCPE à la veille des élections de parents d’élèves. Une véritable honte.

vendredi, octobre 8 2021

Les vaccins génétiques anti-covid sont une forme d’expérimentation médicale

8 10 2021

Au regard du droit européen et du droit international, les vaccins génétiques anti-covid constituent une expérimentation médicale sur les êtres humains. Or, d’un point de vue tant éthique que juridique, nul ne peut être obligé de se soumettre à une forme d’expérimentation médicale en l’absence d’un consentement libre et éclairé.

Censuré par Mediapart, cet article est republié ici

jeudi, octobre 7 2021

L’idéologie de la vaccination intégrale n’est ni de la science ni de la médecine (réponse aux critiques)

7 10 2021

Pour vous répondre directement, je ne suis pas du tout passé sans transition de la délinquance à la pharmacovigilance. Il faut comprendre le cheminement. J’ai commencé dès le mois de mars 2020 une enquête sur la gestion politico-sanitaire de la crise Covid, en publiant les « épisodes » de cette enquête sur le modeste blog que je tiens sur Mediapart depuis 2009. Au bout de quelques temps, j’ai identifié ce que j’appelle « la doxa du Covid », une narration globale de la pandémie dont je conteste globalement le bien-fondé. Cette histoire, qui nous est racontée depuis le début, consiste en quatre affirmations centrales : 1) un virus horrible se répand partout sur la planète et nous risquons tous de mourir, 2) on ne sait pas comment l’arrêter ni comment soigner les gens qui l’attrapent, 3) la seule chose à faire est, sur le modèle chinois, de confiner la totalité de la population et de réduire au maximum les contacts entre les êtres humains, et 4) nous ne pourrons « retrouver une vie normale » que quand nous disposerons d’un vaccin. Le vaccin est donc présenté comme le sauveur de l’humanité depuis le début. Et il est évidemment interdit de critiquer le sauveur de l’humanité. Voilà toute l’affaire.

vendredi, octobre 1 2021

Le nouveau Code de la justice pénale des mineurs

1 10 2021

Le_Code_de_la_justice_pe_nale_des_mineurs.jpgL’ordonnance n°45-174 du 2 février 1945 a été modifiée… quarante fois. Et la 40ème fut la dernière !
C’est par la loi n° 2019-2022 du 23 mars 2019, et un article ajouté à la hâte, que le Gouvernement a été autorisé à réformer la justice pénale des mineurs. En quelques mois, le Code de la justice pénale des mineurs était constitué, le texte ratifié par la loi n° 2021-218 du 26 février 2021 pour une entrée en vigueur le 30 septembre 2021. Cette refonte en profondeur (nouvelle procédure de mise à l’épreuve éducative, délais restreints, place prépondérante du Parquet) se confronte nécessairement au temps éducatif et questionne…
Comment les professionnels vont-ils continuer à exercer leurs missions dans cette organisation totalement rénovée ? A fortiori dans le cadre de la procédure nouvelle dite « d’audience unique » permettant de statuer dans un délai extrêmement bref, principalement pour les mineurs déjà connus ?

jeudi, septembre 30 2021

Crise coronavirale : entretien (1) avec le toxicologue Jean-Paul Bourdineaud

30 09 2021

Dans cet entretien, le toxicologue Jean-Paul Bourdineaud conteste la supposée toxicité de l’hydroxychloroquine et de l’ivermectine, explique la raison de leur bannissement, et développe la notion de controverse scientifique ; il met en lumière le rôle des conflits d’intérêts et le problème de l’évaluation des risques par les agences de régulation, qui ont abouti à l’unique solution vaccinale.

dimanche, septembre 26 2021

Le fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante sauvé d’une disparition programmée

26 09 2021

La gouvernement a fait savoir lundi dernier, le 13 septembre 2021, qu’il suspendait la fusion entre le Fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante (Fiva) et l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux (Oniam). « C’est une grande victoire saluée par l’ensemble du réseau international des victimes de l’amiante, avance Alain Bobbio, de l’Association nationale de défense des victimes de l’amiante (Andeva). Si cela avait eu lieu, cela aurait été un recul historique et un outil puissant de démoralisation et d’invisibilisation des victimes. »

samedi, septembre 25 2021

Les risques de l'intelligence artificielle pour la vie privée exigent une action urgente

25 09 2021

Le Bureau des droits de l'homme des Nations Unies a publié aujourd'hui un rapport qui analyse comment l'IA - y compris le profilage, la prise de décision automatisée et d'autres technologies d'apprentissage automatique - affecte le droit des personnes à la vie privée et à d'autres droits, y compris les droits à la santé, à l'éducation, à la liberté de mouvement, à la liberté de réunion et d'association pacifiques et à la liberté d'expression.
« L'intelligence artificielle atteint désormais presque tous les recoins de notre vie physique et mentale et même nos états émotionnels. Les systèmes d'IA sont utilisés pour déterminer qui obtient les services publics, décider qui a une chance d'être recruté pour un emploi et, bien sûr, ils affectent les informations que les gens voient et peuvent partager en ligne », a déclaré le haut-commissaire.

- page 1 de 221