Après la question des affrontements entre bandes il y a quelques mois (veille d’autres élections), c’est cette semaine la question des armes à feu qui monte « à la une » de l’actualité. Les discours politiques redoublent de fermeté et de promesses, et annoncent naturellement une nouvelle loi. Certains syndicats de police se déchaînent. Quelques faits divers dramatiques tombent à point nommé et se trouvent subitement érigés en faits de société. Pourtant, les indices scientifiques tirés des enquêtes de victimation et des statistiques sur les homicides démentent ces propos alarmistes.
Lire la suite de cet article