ONZUS_rapport_2009.jpgLa publication du Rapport 2009 de l’Observatoire national des zones urbaines sensibles (ONZUS), le 30 novembre 2009, est passée relativement inaperçue. Il faut dire que les pouvoirs publics communiquent beaucoup moins sur ces indicateurs que sur les statistiques de police… Certes, le ton des discours est assez similaire : on vante « l’action engagée par le Président de la République et le Gouvernement pour réduire les écarts structurels » (Xavier Darcos) et on insiste sur des « résultats prometteurs » (Fadela Amara). La réalité est pourtant très préoccupante et inviterait à davantage de modestie. On rappelle ici trois aspects liés aux problèmes de délinquance juvénile : les difficultés scolaires des enfants, le chômage des jeunes et la pauvreté des familles. En espérant que les commentateurs se souviennent de ces éléments la prochaine fois qu’ils évoqueront tel ou tel problème de délinquance survenu dans le contexte d’un « quartier sensible ».

Lire la suite de cet article