Photo_site_Champ_penal.jpgLes contributions réunies dans ce dossier de Champ pénal se proposent d’examiner la tendance à la « pénalisation » du contrôle de l’immigration, en adoptant une double perspective. Il s’agit d’abord de la saisir à partir des institutions et des acteurs – fonctionnaires, militants associatifs, migrants – qu’elle implique. Il s’agit, ensuite, d’appréhender cette évolution pénale du contrôle de l’immigration comme une tension dynamique née non seulement des dispositions législatives mais aussi des pratiques développées par les acteurs du contrôle, et travaillant à la fois les directions traditionnellement chargées du contrôle administratif des migrants – des préfectures aux services de la main-d’œuvre – et les institutions pénales. Si ces deux ensembles d’institutions et d’acteurs paraissent impliquer des fonctionnaires, des publics et des pratiques différents, les textes réunis dans ce dossier font en effet le constat empirique d’une interpénétration croissante entre les logiques de fonctionnement propres aux gestionnaires de l’immigration et les logiques propres aux acteurs du monde pénal.