Photo_manifation_policiers_annonay_SGP-FO.jpg Le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux était formel le 27 octobre dernier devant les commissions des Lois, des Finances et de la Défense de l'Assemblée nationale (AFP), comme il l'est devant les journalistes et devant les syndicats de police : « je vous le garantis, il y aura au total, en 2011, autant de policiers et de gendarmes opérationnels, c'est-à-dire sur le terrain, qu'en 2010 ». Ajoutant même : « Il y a, aujourd'hui, 243 000 policiers et gendarmes en France », soit « 4 301 policiers et gendarmes en plus qu'il y a 10 ans ».
Pourtant, en février 2010, dans le Troisième bilan de la RGPP, le ministre du budget (Eric Woerth) annonçait fièrement que 100 000 fonctionnaires partis à la retraite n'avaient pas été remplacés. Il faut bien les trouver quelque part, au ministère de l'Intérieur comme ailleurs. Après vérification, il semble que, si il y a bien environ 243 000 policiers et gendarmes en 2010, il y en avait près de 249 000 en 2002, soit une baisse de 2,4 %, qui devrait de surcroît se poursuivre dans les années à venir. Quant au budget de fonctionnement, il est en baisse lui aussi. Quelles en sont les conséquences ?