Photo_Petit_louis_sur_flickr.jpgPlus d’un Francilien sur dix réside dans l’une des 157 zones urbaines sensibles (ZUS) que compte la région, soit 1 278 300 personnes au total. Ces quartiers prioritaires sont localisés dans des zones particulièrement touchées par la précarité sociale et la pauvreté. Ainsi, près d’un Francilien résidant en ZUS sur quatre habite en Seine-Saint-Denis. C’est également dans ce département que la part de la population résidant en ZUS est la plus importante.
Bien qu’elles soient toutes confrontées à une forte précarité, les ZUS franciliennes présentent une grande diversité de situations. Elles peuvent être réparties en cinq groupes. Le groupe A est composé des ZUS les plus en difficulté. Elles sont majoritairement en Seine-Saint-Denis. Les habitants y sont plus souvent en situation de précarité sociale. 36 % des habitants ont de bas revenus et 19 % des 25-64 ans sont au chômage. La moitié des ménages ont un revenu annuel par unité de consommation inférieur à 7 800 €. Les bénéficiaires de la Couverture Maladie Universelle complémentaire (CMU-C) sont plus nombreux. Ce groupe est celui où la population compte le plus de jeunes : 30 % de ses habitants ont moins de 18 ans. Parmi les ménages résidant dans les ZUS de ce groupe, 16 % comprennent au moins 6 personnes et 85 % travaillent comme employé ou ouvrier.

Illustration : Petit_louis - flickr - licence cc