Photo_Courroye_lemonde.fr.jpgMichel Mercier est content. Le garde des sceaux a trouvé « l’ébauche d’un commencement de compliment » dans le discours traditionnellement sévère du président de l’Union syndicale des magistrats (USM, majoritaire), vendredi 15 octobre, lors du 37e congrès du syndicat à Paris, intitulé « désespoir, des espoirs ». Ce n’est pas faux, et la rondeur bonhomme du ministre a mis un peu de pommade sur les plaies des magistrats, après une année marquée par la mobilisation historique du monde judiciaire lors du drame de Pornic en janvier et les attaques répétées du chef de l’Etat.
Christophe Régnard a consenti au ministre « des efforts encourageants qui mériteraient d’être amplifiés » avant de démolir point par point la politique du gouvernement et d’éreinter Philippe Courroye, le procureur de Nanterre.