Logo_pasde0deconduite.jpgQuelles orientations préconiseriez-vous pour une politique de prévention pour la petite enfance, lorsque les jeunes enfants sont confrontés aux difficultés inhérentes à leur développement et à la condition enfantine, auxquelles s’ajoute l’impact des problèmes que rencontrent les familles dans la société actuelle ?
Aujourd’hui les conditions d’accueil et d’accompagnement de la grossesse et de la naissance se détériorent, la qualité des modes d’accueil de la petite enfance est attaquée, les réseaux d’aide psychologique en école (RASED) sont démantelés, les centres médico-psychologiques (CMP) et CMPP de plus en plus délabrés, la santé scolaire laissée en déshérence et le premier degré toujours privé d’assistantes sociales, la protection maternelle et infantile (PMI) est en grande difficulté dans de nombreux départements, les réseaux d’écoute, d’appui et de soutien aux familles (REAAP) sont de plus en plus réquisitionnés pour évaluer et contrôler la parentalité, les médiations artistiques et culturelles qui n’ont plus à prouver leur utilité ne sont plus soutenues, et les subventions au tissu associatif intervenant en petite enfance sont asséchées.