Photo_marianne2.fr.jpgDans un entretien (Le Monde du 17 avril), Martin Hirsch, l'ancien haut-commissaire aux solidarités actives, "inventeur" du revenu de solidarité active (RSA) - et fossoyeur du revenu minimum d'insertion (RMI) -, dit souhaiter qu'un nouveau gouvernement étende le RSA à l'ensemble des travailleurs pauvres. Nous pensons au contraire que la page de cette malheureuse expérience doit être tournée. Près de trois ans après son entrée en vigueur, les effets négatifs de cette réforme sont patents.
D'une part, avec un montant d'allocation forfaitaire inchangé, le RSA a fait la preuve de son incapacité à répondre à l'exigence constitutionnelle d'apporter "des moyens convenables d'existence" aux personnes privées de revenus d'activité et de ressources (RSA socle). D'autre part, en raison de l'ampleur d'un phénomène de non-recours pourtant prévisible, il a démontré son inefficacité en matière d'attribution du complément de revenus aux travailleurs pauvres (RSA activité), laissant inemployés près de 3 milliards d'euros sur le Fonds national des solidarités actives.

Illustration : marianne2.fr