transfo_clichy.jpgSept ans ! Il aura fallu sept ans pour que la plus haute instance judiciaire du pays déclare qu’il s’est peut être passé quelque chose de répréhensible durant cette soirée du 27 octobre 2005 lorsque deux jeunes, Bouna Traoré, âgé de 15 ans et Zyed Benna, âgé de 17 ans, trouvèrent la mort dans un transformateur d’EDF et qu’un troisième, Muhittin Altun, y fut gravement brûlé.
Ces trois gamins avaient couru à l’arrivée de la police alors qu’ils rejoignaient leur domicile, craignant d’être retardés, leurs familles les attendant pour la rupture du jeûne en plein milieu du ramadan. Ils connaissaient aussi les usages de la police du «93», réputée pour ne pas être tendre avec les «jeunes des banlieues». Il était autour de 18 h, ils revenaient d’une partie de foot qu’ils avaient jouée au stade le Livry-Gargan, passaient près d’un chantier où se seraient introduits d’autres jeunes, événement à l’origine de l’appel du gardien des lieux à la police.
Coursés par les policiers ou effrayés par la course-poursuite contre d’autres jeunes, les trois enfants, sans doute inconscients du danger, escaladèrent la clôture d’un transformateur EDF pour se cacher et ils y furent atteints par les courants électriques de forte puissance. Deux d’entre eux y laissèrent leur vie.

Illustration : europe1.fr