Photo_Mathew_Knott_2_flickr.jpgLes statistiques pénales indiquent sans équivoque que le taux de criminalité, telle que celle-ci est communément comprise et officiellement mesurée, est élevé dans les classes socio-économiques inférieures et bas dans les classes socio-économiques supérieures. Ainsi conçue, la criminalité inclut les violations ordinaires du code pénal, comme les meurtres, les agressions physiques, les cambriolages, les vols simples et qualifiés, les infractions sexuelles, l’ébriété publique.
Mais les individus appartenant aux classes socio-économiques supérieures sont plus puissants politiquement et financièrement, et échappent aux arrestations et aux condamnations à un degré plus important que les personnes qui sont dépourvues d’un tel pouvoir. Les gens aisés peuvent embaucher des avocats expérimentés et peuvent par ailleurs influer sur l’administration judiciaire en leur faveur plus efficacement que ceux qui appartiennent aux classes socio-économiques inférieures. Même des criminels professionnels ayant du pouvoir financier et politique échappent aux arrestations et aux condamnations plus efficacement que des criminels amateurs, occasionnels, qui ont peu de pouvoir financier ou politique.

Illustration : Mathew Knott - flickr - licence cc