PATROUILLE DE POLICE DANS LE CENTRE VILLE A NOEL LE 20 12 2011Le Conseil National des Villes, durant la mandature 2010/2013, et lors de ses nombreux déplacements dans les villes, des auditions et des forums publics organisés sur le thème des « Violences contemporaines, de la Prévention et du Traitement de la Délinquance, de l’Aide aux Victimes », a eu l’occasion de mesurer combien les habitants des Zones urbaines sensibles (ZUS) et des quartiers paupérisés souffrent au quotidien de pressions, de violences nombreuses, répétitives et parfois graves.
Ces pressions et violences, auxquelles sont particulièrement « surexposés », adultes comme enfants, sont au cœur de leurs préoccupations. Ils expriment chaque fois qu’interrogés une très forte demande – non satisfaite – de tranquillité publique, de prévention, de sécurité et de proximité. Ces habitants se disent délaissés par les autorités publiques, sans protection suffisante. Les mêmes ont bien souvent du mal à accepter leur présence quant elle se traduit par des contraintes peu comprises.
Le CNV a pu mesurer également combien ces préoccupations sont partagées par les professionnels et les institutions publiques qui interviennent dans ces quartiers, soit parce qu’ils sont eux-mêmes victimes, soit parce qu’ils ont à apporter remède aux actes d’incivilités ou de délinquance dans un contexte de difficultés extrêmes.