video_strasbourg.jpgAvec une caméra pour un peu moins de 1 400 habitants, Strasbourg est la troisième ville de France la plus vidéosurveillée après Nice et Avignon. Une anomalie, pour une ville de gauche où le débat sur ce sujet n’a jamais été abordé sereinement. Retour sur un mandat durant lequel Strasbourg est passé de la vidéosurveillance à la « vidéoprotection » sans faire de vague.
Sous certaines caméras des quelque 330 que compte la CUS, des panonceaux indiquent un numéro à appeler pour « faire valoir son droit d’accès » aux images prises par le dispositif de surveillance vidéo : c’est le 03 88 43 66 10. On essaie, pour voir : « Allô ? - Bonjour, je suis strasbourgeois et j’aimerais accéder aux images de surveillance vidéo qui ont été faites de moi lundi vers 10h du matin. - Ah… ? c’est compliqué… ».