Drapeau_europeen_2.jpgL’Europe à deux vitesses existe bel et bien : seize Etats membres de l’Union européenne (UE) sur vingt-huit ont décidé, lundi 3 avril, de coopérer pour créer un parquet européen, spécialisé dans la lutte contre les fraudes aux intérêts financiers de l’UE. La procédure dite de « coopération renforcée » utilisée pour mener à bien ce projet permettra de surmonter l’opposition de certaines capitales. Elle autorise le lancement d’une initiative, si neuf pays au moins adoptent des décisions qui ne s’appliquent qu’à eux. Quitte à ce que d’autres décident de les rejoindre plus tard.
La France figure parmi les pays concernés, avec l’Allemagne, la Belgique, la Bulgarie, la Croatie, Chypre, l’Espagne, la Grèce, la Finlande, la Lituanie, le Luxembourg, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie.