sotomayor2-corruption-052709-lg-97030167.jpgDans cette affaire hors-normes, les sénateurs bénéficiaires se comptent désormais par dizaines. Les chèques prodigués par milliers. Les fonds détournés par millions. Seul le nombre d’armoires fortes utilisées par la comptable du groupe UMP tient encore sur les doigts d’une main. C’est là qu’était rangé le plus explosif : les listings servant à établir les chèques, à distribuer à tel ou tel représentant du peuple ce que le peuple n’avait pas prévu de lui donner. Saisis l’an dernier par le juge d’instruction René Cros, ces tableaux nominatifs ont fini par révéler l’ampleur des détournements opérés au sein du groupe UMP (devenu LR) jusqu’en 2014, à partir de fonds publics théoriquement destinés à la rémunération d’assistants.