Mediator_150mg.jpgLe 23 septembre, la Cour de cassation a, pour la première fois, validé la responsabilité civile des laboratoires Servier, fabricants du Mediator (prescrit pendant plus de trente ans à cinq millions de personnes en France, cet antidiabétique pourrait être à l’origine de 1 500 à 2 000 décès à long terme), pour avoir maintenu la commercialisation d’un médicament qui « présentait un défaut », faute d’information sur ses risques (lire cet article du monde.fr).
Par ailleurs, une nouvelle information judiciaire a été ouverte en 2014 sur les relations de Servier avec des politiques comme Philippe Douste-Blazy (lire cet article de France 3 Occitanie).
Enfin, il apparaît que le laboratoire Servier continue à entretenir des liens forts avec les organisations de santé influentes en cardiologie, les sociétés savantes en particulier, et ses dirigeants. Il poursuit donc son lobbying ainsi que la création de situation risquant de déboucher sur des conflits d'intérêts (lire un article de La Tribune).
Lire aussi : Alain Braillon "France to prosecute its drug regulator and Servier in scandal over diabetes drug" (BMJ, sept. 2017)