Le législateur français, dans un décret daté du 29 décembre 2017 « relatif à l’exercice de certaines activités privées de sécurité avec le port d’une arme », vient de prendre une initiative spectaculaire dans l’indifférence quasi générale, dans la mesure où il a pris le risque que la traditionnelle exception des agents privés armés devienne désormais la règle. Le présent article entend saisir les caractéristiques de ce nouveau dispositif légal en montrant ce qu’il change à la situation normative antérieure ; revenir sur le contexte d’élaboration du texte en sondant les forces et les résistances des publics cibles concernés, qui ont concouru à rendre possible sa promulgation dans le format décrit ; discuter, enfin, du sens et de la portée de cette nouvelle pièce d’un dispositif plus large, et de son inscription dans un mouvement de privatisation de la sécurité globale dans un État fort.