Si plusieurs enquêtes ont souligné les effets sur les mobilités et sur le peuplement de la politique contemporaine de rénovation urbaine instaurée par la loi « Borloo » de 2003, peu de travaux se sont penchés sur la manière dont elle affecte les pratiques, les représentations et les modes de vie des habitants de ces quartiers. C’est ce point aveugle de la recherche que ce texte propose d’éclairer, à partir d’une enquête conduite pendant six ans (2006-2012) dans le grand ensemble des Minguettes, en banlieue populaire lyonnaise. À partir d’une diversité d’outils d’investigation – entretiens approfondis avec des habitants, avec les agents chargés de mettre en œuvre la rénovation, analyse statistique du peuplement et des mobilités, observations directes et archives –, cette recherche analyse la manière dont la rénovation urbaine affecte les classes populaires des cités HLM.