Sapin_de_noel_devant_l__eglise.jpgLe gouvernement dit réfléchir à l'« actualisation » de la loi de 1905 sur la séparation des églises et de l’État.
L’auteur de la présente note revient sur ce principe suprême de laïcité et l’obligation de neutralité incombant avant tout aux pouvoirs publics. Il rappelle que c’est bien parce que l’État n’a pas de religion qu’il reconnait à tous la liberté de religion. Il aborde la question du financement des lieux de cultes et des imperfections de la loi de 1905 à cet égard. Les religions qui se sont développées après 1905 s’avèrent particulièrement lésées. Il s’attarde également sur les nombreuses exceptions à l’interdiction des subventions posée par la loi ou sur les associations à vocation cultuelle que les pouvoirs publics contrôlent déjà en dépit des polémiques à ce sujet.

Photo : ledevoir.com