Evolution_des_actes_antisemites_depuis_2000.jpgEntre le 10 et le 20 février, un certain nombre d’actes antisémites ont été relatés par les médias. Cette séquence s’inscrit dans un contexte particulier, puisque le 11 février, le ministre de l’Intérieur rapportait les statistiques de l’année 2018 sur les actes antisémites, et s’inquiétait de leur augmentation de 74%. Ce chiffre sera par la suite une sorte de leitmotiv avancé par les médias. Mais c’est surtout à partir de l’agression verbale antisémite d’Alain Finkielkraut par des gilets jaunes, le 16 février, qu’une grande partie de la classe politique, des intellectuels médiatiques et des éditocrates ont accusé les gilets jaunes d’être à l’origine de cette « explosion » d’antisémitisme.