En France, l'immense majorité des articles de presse et des débats sur les réseaux sociaux demeurent enfermés dans le pseudo-débat consistant au fond à se demander si le professeur Didier Raoult est quelqu'un que l'on peut prendre au sérieux ou non. Or cette très mauvaise question (peu importe sa personnalité, il dirige un institut hospitalo-universitaire qui emploie plusieurs centaines de personnes et qui est à la pointe de la recherche sur les maladies infectieuses) paralyse en réalité le débat. Elle empêche de réfléchir rationnellement à la seule véritable question qui se pose : comment apporter tout de suite des réponses médicales aux malades ? Les autorités médicales françaises sont manifestement incapables de donner une réponse globale et stable à cette question cruciale (où sont les Guidelines ? que fait la Haute Autorité de Santé ? que fait Santé Publique France ? pourquoi le président de la République a-t-il installé un Conseil scientifique puis un Comité analyse recherche et expertise ?). Les médecins libéraux et hospitaliers sont manifestement désemparés (on le verra ci-dessous dans le fil d'actus). Et force est hélas de constater que les médias dominants informent en réalité très peu sur tout ceci.