A plusieurs reprises lors des mois d'avril et mai, nous avons tenté d'entrer en discussion avec nos collègues belges, afin de comparer les analyses et les réponses données à la crise du Covid-19. S'intéresser au cas de la Belgique paraissait d'autant plus important que ce pays caracolait en tête du triste classement mondial du taux de mortalité liée au Covid, loin devant tous les autres pays européens (ce n'est plus tout à fait le cas, le Pérou venant de rejoindre la Belgique en tête de ce classement). A notre grande surprise, ils nous ont tous répondu en substance qu'il n'y avait rien à signaler et que les spécialistes travaillaient consensuellement avec les autorités politiques. Une sorte de tabou semblait régner sur la question. Et il est possible que les intenses polémiques qui avaient lieu en France au même moment n'incitaient pas nos voisins à se poser trop de questions. Mais le temps de la sidération et de la soumission est passé. La donne est en train de changer.