Entre 2016 et 2018, 2 916 personnes ont été mises en cause pour des infractions liées au terrorisme. Il s’agissait d’infractions concernant l’apologie ou la provocation d’un acte de terrorisme pour 65 % d’entre eux. Les personnes mises en cause sur cette période sont majoritairement des hommes (87 %) et étaient âgées entre 26 et 35 ans au moment des faits pour près d’un tiers d’entre elles.
Les infractions liées au terrorisme pour lesquelles les personnes ont été mises en cause entre 2016 et 2018, ont été commises, pour 40 % d’entre elles, en 2016. La majorité de ces infractions, 78 %, ont eu lieu dans des unités urbaines de plus de 50 000 habitants et dans l’unité urbaine de Paris. La région Provence-Alpes-Côte d’Azur présente le taux de mis en cause pour des infractions liées au terrorisme le plus élevé avec 2,5 pour 100 000 d’habitants.