Des réunions entre ministres européens avec des bouteilles de Coca-Cola bien en évidence. Des sites web officiels où les symboles de l’Union européenne se mélangent avec les logos de sponsors. Des diplomates baladés en BMW ou en Renault devant les caméras. Inconcevable, mais vrai : depuis quelques années, l’habitude s’est installée de faire sponsoriser la présidence tournante de l’Union européenne par des grandes entreprises. La France, qui s’apprête à prendre cette présidence pour 6 mois en janvier 2022, n’a pas exclu d’avoir recours elle aussi à des mécènes privés. L’Observatoire des multinationales s’associe à une pétition lancée par Foodwatch et Corporate Europe Observatory pour exiger qu’elle y renonce.