Recherche - contrôle + identité

jeudi, décembre 19 2019

La Chine réalise le cauchemar orwellien. Qui veut l'imiter ?

Orwell_1984.jpgLa Chine est en train d'accroître sa capacité d'espionner ses quelque 1,4 milliard d'habitants à des niveaux nouveaux et inquiétants, donnant au monde un plan directeur pour la construction d'un État totalitaire numérique. Selon la police et les bases de données privées examinées par le New York Times, les autorités chinoises sont en train de rassembler des technologies anciennes et modernes - scanners téléphoniques, caméras de reconnaissance faciale, bases de données de visages et d'empreintes digitales et bien d'autres - pour en faire des outils de contrôle autoritaire. Une fois combinés et pleinement opérationnels, les outils peuvent aider la police à saisir l'identité des personnes qui se promènent dans la rue, à découvrir qui ils rencontrent et à identifier qui appartient ou non au Parti communiste.
Les mêmes technologies sont produites par les industries de sécurité en Occident (voir ici pour la France) et présentées comme des outils "indispensables à notre sécurité". Et, en France, certains apprentis sorciers ne cherchent-ils pas à nous entraîner dans ce cauchemar orwellien de la surveillance généralisée de la population ?

mardi, juillet 2 2019

La légitime défense. Homicides sécuritaires, crimes racistes et violences policières

Livre_Codaccioni.jpgL'ouvrage de Vanessa Codaccioni (La légitime défense, Homicides sécuritaires, crimes racistes et violences policières, CNRS Éditions, 2018), maitre de conférences en science politique à l'Université de Paris VIII et membre du laboratoire CRESPPA-CSU, est issu d'un mémoire d'habilitation à diriger les recherches en science politique. L'auteure, spécialiste des institutions pénales, propose une socio-histoire de la légitime défense. À cette fin, elle mobilise les travaux scientifiques sur le sujet et exploite plusieurs sources d'archives : celles du magistrat Etienne Bloch conservées par l'IHTP, celles du syndicat de la magistrature et du comité de défense contre la violence remisées aux Archives Nationales. Ce matériau est complété par une analyse de la presse produite entre 1970 et la fin des années 1990.

Lire la suite...

mercredi, avril 3 2019

L'Inde s'apprête à ficher 1,3 milliard de personnes

fichage_generalise_en_Inde.pngLe plus grand système d’identification biométrique au monde, Aadhar, recense la quasi-totalité des habitants de l’Inde. Les domaines d’application de ce programme sont tellement nombreux qu’il représente de multiples dangers pour les libertés publiques.
Historiquement, le contrôle de ces populations s’est effectué par différents dispositifs de pouvoir, que ce soit à l’échelle restreinte de sous-groupes comme les criminels, les pauvres, les patients des hôpitaux, etc., à l’échelle nationale par des activités de police systématique, ou encore par la mise en place progressive de dispositifs d’identification des personnes associés à des fichiers centraux, comme celui des cartes d’identité. Avec l’informatique, une nouvelle configuration s’annonce.

mardi, septembre 18 2018

La police et les indésirables

Policiers_dans_un_quartier.jpgEn décembre 2015, dix-huit adolescents et jeunes adultes du 12e arrondissement de Paris déposaient une plainte pénale collective à l’encontre de onze policiers d’une même brigade : le Groupe de Soutien de Quartier (GSQ), surnommé la « brigade des Tigres » du fait de son écusson. Les plaignants reprochaient aux policiers des violences physiques, des attouchements sexuels, des arrestations arbitraires, des destructions de biens et des injures racistes, à l’occasion de contrôles d’identité.
La plainte a donné lieu à une enquête qui n’a pas seulement porté sur les faits dénoncés mais a également interrogé les pratiques quotidiennes de cette brigade, et les instructions qui lui étaient données. Au delà des faits de violence, l’enquête de la police des polices a révélé une pratique policière jusqu’ici peu connue, que les policiers appellent le « contrôle-éviction ». Il s’agit de contrôles d’identité dont l’objectif est de faire quitter les lieux à des personnes considérées comme « indésirables », même en l’absence d’infraction.

Photo : ladepeche.fr

samedi, février 17 2018

Police : questions sensibles

Police_questions_sensibles.jpgOrdre public, manifestations, banlieues, contrôles d’identité : la police se trouve au cœur de la question sociale. Instrument du pouvoir étatique et institution en quête d’autonomie, elle contribue à la fabrication du politique. Cet ouvrage actualise à la lumière de recherches récentes en sciences sociales le lien entre police, société et politique. Depuis une dizaine d’années, des questionnements originaux ont renouvelé la compréhension des ressorts de l’action policière et de ses liens avec la société civile et le champ politique, en France et ailleurs. Les textes rassemblés dans cet ouvrage reviennent sur la légitimité policière, sur les doctrines du maintien de l’ordre, sur le combat judiciaire autour des contrôles au faciès, sur l’utilisation de la police en banlieue, sur les legs coloniaux ainsi que sur les dimensions genrées de l’action policière. Ce recueil offre ainsi un regard original sur les évolutions des pratiques policières ainsi que sur les enjeux sociétaux et politiques autour de la question policière.

samedi, décembre 2 2017

Des mesures de l’état d’urgence finalement déclarées contraires à la Constitution !

FRANCE-FLEA MARKET-SECURITYC’était devenu l’outil de l’état d’urgence le plus communément employé. Il vient d’être déclaré contraire à la Constitution. Vendredi 1er décembre, le Conseil constitutionnel a censuré l’article de la loi relative à l’état d’urgence qui autorise, dans certains périmètres, les préfets à ordonner des contrôles d’identité, des fouilles de bagages et des visites de véhicules.
Cette décision intervient un mois après que la France est sortie du régime d’exception déclaré au soir des attentats du 13 novembre 2015. Le pouvoir de police administrative relatif aux contrôles d’identité et aux fouilles a été ajouté à la palette des pouvoirs de l’état d’urgence lors de sa quatrième prorogation, votée peu après l’attentat de Nice.

  • Lire [cet article du monde.fr

|http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2017/12/01/les-controles-d-identite-et-les-fouilles-de-l-etat-d-urgence-declares-contraires-a-la-constitution_5223038_1653578.html]

samedi, mars 25 2017

De la nécessité du rapprochement police-population

Patrouille_de_police_liberation.fr.jpgAprès avoir mis en doute la volonté des gouvernants d'œuvrer concrètement à un véritable rapprochement entre la police et la population (dans un précédent article), rapprochement que de nombreuses études estiment nécessaires (voir par exemple le rapport de Terra Nova) et que de nombreux citoyens et policiers appellent de leurs vœux (découvrir l'association Citoyens & Policiers), examinons quelles pourraient être les avantages d'un tel rapprochement et les conditions nécessaires pour y parvenir.

Lire la suite...

jeudi, mars 16 2017

L’art français de la déviance policière

Image_police_LVI.jpg« Négro, bamboula, salope » : la violences des assignations raciales et sexuelles prononcées par les policiers qui ont interpellé Théo, 22 ans, résidant à la Cité des 3000, le 2 février 2017 à la suite d’un contrôle d’identité, s’est accompagnée d’un tabassage à coup de poings, de pieds et de matraque télescopique. Cette dernière a également été utilisée pour provoquer une « grave blessure rectale » constatée par un médecin de l’hôpital Robert-Ballanger à Aulnay. À la violence verbale et physique s’ajoute donc un viol commis avec une arme de service. Sans ambigüité, la force, la soumission et la dégradation se sont substituées au droit.

mercredi, février 15 2017

La persistance des mauvaises relations police-jeunes : jusqu’à quand ?

Adama_Theo_Police.jpgL’affaire « Théo » vient s’ajouter à la longue liste des dérapages, bavures, et autres dérives policières, réelles ou supposées, médiatisées ou non, qui depuis des dizaines d’années font partie de l’image des banlieues dites sensibles. S’y ajoute une ampleur médiatique qui voit se rejouer un scénario maintes fois observé, au moins depuis les Minguettes en 1981 : cela débute par un accident mettant en cause des policiers et certains de ces jeunes, une montée en puissance des tensions, des manifestations de protestations et l’attente de l’émeute qui viendra, a posteriori, montrer que la violence se trouve du côté des jeunes.

Photo : theconversation.com

samedi, octobre 22 2016

L’islamophobie en Grande-Bretagne et aux États-Unis

Jeune_fille_voilee.jpgL’immigration et l’identité nationale sont actuellement au cœur du débat public. Avec les tentatives d’interdiction du burkini en France et la proposition de renforcer les contrôles migratoires en Grande-Bretagne suite au Brexit, la société est divisée. Ces tensions grandissantes sont aussi synonymes, pour les minorités religieuses et ethniques, d’un racisme de plus en plus marqué à leur égard, ressenti dans leur vie quotidienne.
En 2015, l’islamophobie a augmenté de 200 % en Grande-Bretagne, tandis que les attaques anti-musulmanes aux États-Unis ont augmenté de 78 %. L’islamophobie se définit comme « une hostilité injuste envers l’islam ». Cela inclut « la discrimination injuste envers des personnes musulmanes et des communautés » ainsi que l’exclusion des musulmans des affaires politiques et sociales.

dimanche, octobre 2 2016

Les contrôles d’identité et les jeunes Parisiens

PATROUILLE DE POLICE DANS LE CENTRE VILLE A NOEL LE 20 12 2011Les contrôles d’identité sont l’une des modalités d’intervention policière les plus controversées, car la loi laisse au policier une large marge d’appréciation dans leur mise en œuvre. Les forces de l’ordre sont dès lors fréquemment soupçonnées d’utiliser cette disposition à des fins de harcèlement ou sur un mode discriminatoire à l’égard de populations particulières, si bien que de nombreuses propositions se sont fait entendre ces dernières années sur la nécessité et la manière de modifier ces pratiques, et de dissiper ces soupçons. L’étude que nous proposons s’inscrit dans ces débats, puisqu’elle vise à identifier qui sont les personnes contrôlées par la police, par l’exploitation de données collectées au cours de la Journée d’appel à la préparation à la défense.

Photo : La Marseillaise

jeudi, avril 28 2016

Police : la fin de l'état de grâce ?

welcome_to_reality.jpgAprès les attentats de janvier puis de novembre 2015, le capital sympathie des policiers auprès de la population n'avait jamais été aussi élevé. Cependant, deux rapports récents, l'un sur les contrôles d'identité jugés abusifs, l'autre sur les violences policières en France, viennent remettre en cause le travail quotidien des membres des forces de l'ordre. Faut-il y voir un signe de la fin de l'état de grâce dont bénéficiaient les policiers depuis quelques mois ? Comment et pourquoi des associations en viennent-elles à se mêler des questions de sécurité ? Les policiers français sont-ils si mauvais ?

samedi, mai 10 2014

Contrôles d’identité : une attente forte face aux discriminations

REA_171403_015Un sondage sur les contrôles d’identité en France, rendu public aujourd’hui par Graines de France, Human Rights Watch et Open Society Justice Initiative, montre que la pratique des contrôles d’identité en France reste trop souvent discriminatoire, que les Français estiment que le contrôle au faciès est une réalité, et que les mesures prises à ce jour par le gouvernement ne sont pas suffisantes. Ce sondage confirme l’impact négatif des contrôles, perçus comme discriminatoires, sur la confiance dans les forces de l’ordre. Il démontre aussi une attente forte des Français de mesures susceptibles de faire reculer ces contrôles. Pour les trois organisations, les résultats du sondage viennent en appui à la demande faite au gouvernement depuis 2012 pour qu’il engage une profonde réforme des contrôles d’identité en France.

samedi, mars 15 2014

Le problème des contrôles d’identité au métro Robespierre

PATROUILLE DE POLICE DANS LE CENTRE VILLE A NOEL LE 20 12 2011Depuis plusieurs semaines, des contrôles d’identité, fondés sur des réquisitions du procureur de la République selon les fonctionnaires de police, sont opérés aux abords du tribunal administratif de Montreuil-sous-Bois, à la sortie de la station de métro Robespierre. Ces contrôles ont généralement lieu en matinée, aux heures mêmes où se tiennent les audiences du tribunal administratif. Plusieurs témoins ont en outre constaté que seules les personnes de type africain ou maghrébin étaient la cible de ces contrôles.
De nombreuses audiences du tribunal administratif de Montreuil sont dédiées au contentieux des obligations de quitter le territoire français (OQTF). Les audiences sont publiques et il est fortement conseillé aux requérants d’y être présents si bien que de nombreuses personnes, alors en situation irrégulière, s’y présentent quotidiennement, en empruntant notamment le métro. Or, si elles ont fait l’objet d’une OQTF notifiée depuis plus d’un mois, ces personnes peuvent être retenues pour vérification de situation et faire l’objet d’un placement en rétention alors même qu’elles ont formé un recours sur lequel le tribunal doit précisément statuer. Les contrôles aux abords du tribunal les menacent ainsi directement et ne peuvent que les dissuader de se présenter aux audiences où il est pourtant de leur intérêt légitime d’être entendues. Cette pratique constitue une entrave grave et intolérable à l’accès au juge.

Photo : La Marseillaise

mardi, septembre 10 2013

Les sexualités et les femmes dans le monde

atlas_sexualites.jpgAprès les sciences psychologiques, la sociologie et l’histoire, voici que la géographie s’empare à son tour de la question des sexualités. Dans un Atlas mondial des sexualités (Autrement, 2013) deux géographes-cartographes tentent de combler les connaissances très lacunaires sur les normes, les pratiques, les goûts et les marchés du sexe à travers le monde. Une quarantaine de cartes légendées et documentées illustrent des thématiques aussi variées que les législations, les interdits, la contraception, l’avortement, le mariage et les nouvelles formes d’union, la prostitution, la pornographie ou le viol. Dans les sociétés globalisées du début du XXIè siècle, cette géographie montre que les mœurs sexuelles sont loin d’être homogénéisées. Et que les possibles ou les interdits sont à la croisée des valeurs sociétales, des identités culturelles et religieuses tout autant que des niveaux de développement. Plusieurs enseignements – et, partant, plusieurs questionnements – peuvent être en particulier tirés de la première partie de cet ouvrage qui traite des coutumes et des législations.

Lire la suite...

- page 1 de 3