Logo_Arte.pngLes médias avaient fait tellement de bruit (il faut dire du "buzz" aujourd'hui...) autour de ce film et de la déprogrammation de sa première diffusion, que nous nous sommes sentis obligé de regarder ce film. Et puis c'était sur ARTE, la "chaîne culturelle", la "chaîne des intellos", le must du must. Quelle désillusion ! Quelle nullité ! Quelle supercherie. Le degré zéro du journalisme. Un sujet racoleur, un parti-pris constant qui est le contraire de la neutralité, une démarche moralisatrice et dénonciatrice de bout en bout, un montage facile d'une demi-douzaine de "paumés" des quartiers, certains à moitié illettrés, d'autres à peine pubères, à qui on demande de jouer les hommes, les vrais, et de débiter devant la caméra leurs préjugés ordinaires sur l'ordre des choses et la place des femmes. Le scénario était écrit d'avance, il fallait juste trouver les acteurs et leur faire jouer le rôle.