Logo_Gazette_des_communes.pngLa circulaire 2011 sur le montant et la répartition du Fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD) se fait toujours attendre. Mais, d’ores et déjà, plusieurs fuites inquiètent les élus locaux. Dans un communiqué daté du 14 février, le maire (PS) de Gonesse, Jean-Pierre Blazy, par ailleurs co-président du groupe de travail sur la prévention de la délinquance au Conseil national des villes (CNV), déplore « les décisions budgétaires du gouvernement concernant le financement national de la prévention de la délinquance ». Il dénonce notamment le caractère « disproportionné » des crédits qui seraient prévus pour la vidéosurveillance, au détriment des actions « humaines » de prévention qui ne représenteraient que 14 %.
Selon ses propres informations, les crédits 2011 du FIPD seraient répartis de la façon suivante : « Le FIPD disposerait de 35 millions d’euros, 30 Millions pour la vidéo-protection ; ces crédits seraient gérés directement par le ministère de l’intérieur, non plus par les préfets ; 5 millions pour les actions « humaines » de prévention de la délinquance, soit 14 % du FIPD consacré à la prévention de la délinquance…