Photo_draggin_flickr.jpgSuite des épisodes précédents à consulter ici et ici. Deux nouvelles condamnations des entreprises politiques de MM. Bauer et Villerbu ont été rendues publiques.
D'abord, dans un communiqué du 24 mars, la rédaction de la revue Champ pénal. Nouvelle revue internationale de criminologie exprimait sa « plus vive inquiétude à la lecture de la lettre d'intention diffusée par le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche et signée par MM. Vallar et Villerbu, dernière étape en date d'un processus visant à créer, contre l'opposition de l'immense majorité de la communauté universitaire, une section criminologie étendue à la diplomatie, la polémologie et la stratégie dans les universités françaises ». Le communiqué dénonce « un savoir de gouvernement inféodé à des présupposés doctrinaux au mieux fortement contestables, au pire tout à fait dangereux », précise que « l'aboutissement de ce projet aurait pour effet d'étouffer l'interdisciplinarité sous couvert de la renforcer, autant qu'il refermerait drastiquement l'espace de la réflexion dans les domaines concernés. Il s'agit en effet de favoriser un savoir étroitement utilitaire (quand il n'est pas directement intéressé), préjudiciable à l'indépendance intellectuelle et à la distance critique ».
Ensuite, dans un communiqué du 12 avril, l’Association Française de Science Politique déclare qu'elle « s'oppose au projet lancé par le Ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur relatif à la création d’une nouvelle section du Conseil National des Universités (CNU) consacrée à la criminologie. (...) l’Association appelle surtout l’attention de ses membres sur les risques d’une instrumentalisation politique nocive des savoirs liés au champ des politiques pénales et de la criminologie, mais aussi des relations internationales. L’interdisciplinarité qui constitue aujourd’hui la caractéristique de ce champ scientifique, au croisement du Droit, de la Sociologie, de l’Histoire et de la Science politique et des Sciences médicales et cliniques, en fait un espace de dialogue fructueux à condition qu'il soit mené entre disciplines solidement constituées. Le projet actuel du ministère menace de condamner cette interdisciplinarité à la stérilité scientifique, perspective que l'AFSP ne peut que condamner fermement ».

Illustration : draggin - flickr - licence cc