Keyword - Délinquance juvénile

Fil des billets

samedi, mai 18 2013

Les enfants perdus. Une histoire de la jeunesse délinquante de 1945 à nos jours

education_surveillee.jpgQue s’est-il passé entre l’Ordonnance de 1945 qui pose les fondements protecteurs de la Justice des Mineurs et les lois répressives des années 2000 ? Comment expliquer qu’au lendemain de la guerre, la société porte un regard compatissant sur une jeunesse délinquante dont elle se sent responsable alors qu’elle choisit aujourd’hui d’en faire son bouc émissaire ?
Trois experts apportent leurs réponses : Pierre Joxe, avocat pour mineurs ; Jean-Pierre Rosenczveig, juge pour enfants et Laurent Mucchielli, sociologue spécialiste de la délinquance juvénile. Et des anciens mineurs délinquants livrent leur témoignage pour la première fois à la télévision.
Des "voleurs de poules" des années d’après-guerre aux "blousons noirs" des années 60, en passant par les "loubards" des années 70 et 80, les "zoulous" des années 90 et la "racaille" des années 2000, ce film nourri d’archives raconte l’histoire de cette jeunesse face au regard de la société et aux décisions de justice.

Photo : criminocorpus.hypotheses.org

mercredi, avril 20 2011

Les mineurs délinquants menacent-ils la société française ?

Photo_anw.fr_flickr.jpgA l'issue du Conseil des ministres de mercredi dernier, le ministre de la Justice a annoncé qu'il déposait au parlement un « Projet de loi sur la participation des citoyens au fonctionnement de la justice pénale et le jugement des mineurs ». La question des jurés en correctionnelle est beaucoup discutée ces jours-ci. Mais n'oublions pas le second volet : la justice des mineurs. Une fois de plus, cette dernière est sur la sellette et, une fois de plus, un loi entend réformer c'est-à-dire durcir la fameuse Ordonnance de 1945 (qui, à force, ne ressemble plus guère à ce qu'elle était en 1945...).
Le processus est bien rodé : depuis la loi Perben I de 2002, il a fonctionné en moyenne une fois chaque année, sans compter les initiatives parlementaires inabouties (la dernière émane du groupe de la « droite populaire »). Et, à chaque fois, le premier argument est le même : les statistiques policières indiquent que le nombre de mineurs « mis en cause » par les forces de l'ordre ne cesse d'augmenter. Or cette affirmation est une sorte de vraie-fausse information, et à tout le moins une vérité totalement tronquée. Pour trois raisons.

Lire la suite...

jeudi, mars 10 2011

Encore un effort monsieur Bénisti

Photo_bibliotheque_par_bob_august_sur_flickr.jpgIl en est des rapports Bénisti un peu comme des Beaujolais. De bons crus et parfois de la piquette. Le dernier en date publié en février 2011 (à lire ici) vise manifestement à effacer les funestes souvenirs de son prédécesseur de 2004 sur le même thème (à relire ici). De même, il en est des rapports sur la délinquance un peu comme des soldes commerciales. On sait qu’on en a deux par an au moins et parfois d’autres hors saison. Après les rapports Ruetsch (lire ici), Bockel (lire ici), nous avons eu le rapport Reynes (lire là) et donc maintenant le nouveau rapport Bénisti.
A l’évidence ce rapport est beaucoup plus conséquent (130 pages au lieu d’une cinquantaine) et bien plus modéré que le précédent. Mais il est difficile d'en retenir une démonstration quelconque. Alternant les propositions intéressantes puis inquiétantes, les lieux communs et les analyses, il est finalement à l’image des contradictions et du manque de rigueur de son auteur.

mardi, janvier 18 2011

Les lascars, une jeunesse en colère

Image_les_lascars.jpgNous revenons sur ce livre que nous n'avions que signalé précédemment dans la rubrique des actualités bibliographiques. Nourri en grande partie de références philosophiques et littéraires, il peut par moments agacer un peu. Mais la littérature recèle nombre de témoignages éclairants sur les processus sociaux. Et puis l'auteur connaît aussi très bien les travaux sociologiques. Enfin, il a beaucoup rencontré et écouté les jeunes dont il parle, surtout dans les quartiers populaires sur lesquels il travaille depuis de nombreuses années. Une belle écriture et des phrases denses viennent servir des messages de fond essentiels. Un extrait parmi d'autres : « Les concurrences de quartiers et de bandes pour l'honneur se développent dans un contexte mal disposé à l'émergence d'une solution. Une course-poursuite entre les discours politiques et médiatiques face à des gestes transgressifs parfois à peine déviants produit une surenchère de promesses de remise en ordre et surtout de défiance à l'égard de fauteurs de micro-désordres, qui éloigne de la sérénité nécessaire. En matière de délinquance, crier au loup fait pousser des dents de loups à des enfants à peine sortis de l'école primaire. Des discours sécuritaires du Front national à la surenchère de la droite classique, puis de celle-ci au colloque de Villepinte du Parti socialiste en 1997, et jusqu'aux accents martiaux de ministres chargés de la police, on a fait monter la tension auprès d'une jeunesse qui dispose de peu de marge de manoeuvre pour en contrôler les effets ».