Logo_LDH_Toulon.jpg Qui, à Toulon, ne se souvient du slogan de 1995 : « FN tête haute, mains propres » ? Et maintenant, la réalité... La gestion de l’association Jeunesse toulonnaise par l’équipe de Jean-Marie Le Chevallier a laissé en 2001 une ardoise évaluée à 15 millions de francs. L’adjointe chargée de la jeunesse, Cendrine Le Chevallier, avait englouti tout l’argent du service jeunesse dans un projet de maison de vacances – le Vallon du Soleil – au détriment des centres aérés, qui accueillaient les enfants des familles les plus démunies. Les époux Le Chevallier ont été condamnés en appel à 8 mois de prison avec sursis et 15 000 euros d’amende pour détournement de fonds publics et complicité d’abus de confiance. Aujourd’hui le Conseil d’État solde les comptes : selon la Marseillaise, la ville de Toulon devra régler 2,14 millions d’euros assortis de dix années d’intérêts capitalisés au liquidateur de Jeunesse toulonnaise.