Image_GIPN_Lyon_21_octobre_2.jpg Que s'est-il passé exactement à Lyon le 21 octobre, lors de la journée de manifestation sur les retraites ?
On le sait, la journée du 18 avait été le théâtre de scène de pillage par les "casseurs". Le surlendemain (20 octobre), le ministre de l'Intérieur était venu (avec un parterre de journalistes) assurer que force resterait à la loi. Du coup, la manifestation du 21 octobre, a fait l'objet d'un déploiement de forces policières proprement inouï. Sous le regard aérien permanent d'un hélicoptère, des milliers de policiers et de gendarmes, en tenue et en civil, ont été déployés toute la journée, avec moultes gaz et flash-ball, appuyés par des camions "anti-émeutes" équipés de canons à eau. Au milieu d'eux, les manifestants pouvaient même apercevoir les hommes du GIPN cagoulés et armés de fusils à pompe (des unités d'assaut créées pour lutter contre les opérations terroristes type prises d'otages). A quoi rime un tel déploiement de force ? Bien sûr, officiellement il s'agissait de lutter contre les "casseurs". Mais les témoignages s'accumulent pour dire que les forces de de l'ordre ont exercé ce jour là un niveau de répression totalement disproportionné, commettant des entraves graves au droit de manifester. L'épisode le plus connu est la "garde à vue en plein air" de quelques 500 personnes pendant plus de 5 heures. Et il faudrait apparemment ajouter des contrôles sans fondement, un fichage dont on ignore la base légale, des gazages et matraquages non nécessaires, voire des tirs de flash-ball.
Devant ces faits, un collectif s'est créé à Lyon (collectifs69@orange.fr), comprenant 39 partis, syndicats et associations engagés contre la réforme des retraites, ils lancent un appel à témoignage en vu d'une plainte collective en justice et annonce un meeting le 24 novembre.