Keyword - Ecole

Fil des billets

mercredi, mars 23 2011

Retour sur le rapport du HCI : « l’intégration à l’école des enfants d’immigrés »

Photo_Black___White_par_Emily__s_mind_sur_flickr.jpgHasards du calendrier politico-médiatique ou volonté délibérée d’alimenter un débat politicien ? Le rapport du Haut Conseil à l’Intégration (HCI) remis en mars 2010 au premier ministre, intitulé « Les défis de l’intégration à l’école », suivi des « Recommandations relatives à l’expression religieuse dans les espaces publics de la République » est rendu public en janvier 2011, au moment où le président de la République, en difficulté politique, a décidé de lancer un débat national sur « la laïcité en France ». On sait que ce débat doit déboucher le 5 avril 2011 sur une convention de l’UMP à propos de « La place de l’islam dans la société française » qui n’est rien d’autre qu’une nouvelle campagne contre l’Islam et les immigrés à visée électoraliste dans la perspective de 2012 afin de rivaliser sur ce terrain avec le Front National. Et si ce rapport n’avait d’autre objet que d’élaborer une « boîte à outils » pour la campagne électorale de N. Sarkozy ? Dans un tel contexte, il n’est pas sans intérêt de se pencher sur l’analyse du HCI et l’examen des « 50 recommandations » qu’il formule à l’intention du gouvernement répondant aux « trois défis à relever : migratoire, social et culturel ».

dimanche, février 20 2011

L'école buissonnière : pour penser autrement l'absentéisme

Image_livre_Etienne_Douat.gifQui sont ces élèves « absentéistes » que l’on rencontre pourtant si souvent dans leurs collèges ? Pendant près de trois ans, Étienne Douat a suivi ces collégiens qui font l’école buissonnière : ni décrochés ni accrochés tout à fait. Ses investigations restituent et analysent l’oscillation de leurs pratiques et leur ambivalence face à l’institution scolaire, faites d’expériences socialisatrices contradictoires par rapport aux impératifs scolaires, aussi bien dans les familles ou les groupes de pairs, que dans les collèges eux-mêmes.
En nommant « absentéistes » des élèves qui sont en réalité encore très présents, en se polarisant sur la surveillance, le comptage et la répression de ces jeunes et de leurs familles, supposées défaillantes, l’institution s’interdit de penser la complexité du phénomène, tout en déployant des dispositifs souvent contre-productifs. À l’opposé d’une pensée qui « déscolarise » la question, ce livre propose au contraire de mettre la focale sur ce qui se joue au coeur de l’école elle-même.
Les acteurs éducatifs mobilisés autour de la question de l’absentéisme pourront ainsi s’appuyer sur l’analyse des relations avec les familles et les élèves, ainsi que de la manière dont on confronte ces derniers aux apprentissages, à un certain emploi du temps et du corps et aux verdicts scolaires.