Keyword - Football

Fil des billets

vendredi, octobre 17 2014

Le football, objet du délire d’Éric Zemmour

zemmour-football.jpgIl n'est pas démontré que, mieux que tout autre, Éric Zemmour incarnerait l'immixtion des éditorialistes, des intellectuels médiatiques et autres penseurs consacrés par l'époque dans les affaires du football. Mais il fait peu de doutes qu'il a illustré avec une certaine constance l'instrumentalisation de ce dernier à des fins extérieures, l'hystérisation des débats au moindre incident et l'alimentation des nombreux psychodrames nationaux dont il aura été le prétexte depuis une petite vingtaine d'années. Pour lui comme pour la plupart de ses pairs, le football est devenu une obsession, à la fois symptôme de la décadence du pays et moyen de stigmatisation d'une partie de sa population.
Aussi n'y a-t-il pas grande surprise à constater que le football est un des fils rouges de son essai Le Suicide français, faisant l'objet de cinq passages substantiels. Comme annoncé dans l'introduction, l'auteur entend narrer "les quarante années qui ont défait la France", non seulement "président après président, loi après loi, élection après élection, intellectuel après intellectuel, (…)", mais aussi "match de football après match de football".
Le "roman national" d'Éric Zemmour est une fiction paranoïaque, son livre une mise en scène d'obsessions personnelles qu'il partage et a fait partager, grâce à la complaisance de nombreux médias, à une large frange de l'opinion française. La façon qu'il a d'y aborder le football est particulièrement symptomatique de cette France qui pratique la haine de soi.

dimanche, juin 22 2014

Le football, l'Algérie et la propagande raciste de l'extrême droite

Foot_algerie.jpgLe match Algérie-Belgique, remporté par la seconde le 17 juin, n'a pas occasionné de débordements énormes à Paris, spécialement dans le quartier Barbès. Au grand dam de certains. Depuis plusieurs jours en effet, dans les milieux de droite « dure » et d'extrême droite, on pariait sur des troubles à l'issue du match. Voire les appelait de ses voeux.
Ainsi, le Bloc identitaire a été coller des affiches à la station de métro Barbès (quartier du 18e arrondissement de Paris à forte population issue de l'immigration maghrébine), assorti d'un commentaire sur son site : « À chaque match de l'équipe d'Algérie, Barbès est le théâtre de rassemblements haineux, provocateurs et anti-français de milliers de supporters algériens ». Et quelques minutes avant le match, sur les réseaux sociaux, nombreux étaient les militants à promettre, voire espérer, ces troubles. Hélas pour eux, il ne s'est rien produit de notable. Pour certains militants, il était visiblement difficilement acceptable qu'il ne se soit rien passé. Alors ils ont tout simplement maquillé la réalité.

Photo : footafrica365.fr