Keyword - Islam

Fil des billets

jeudi, septembre 14 2017

L’école, la violence, l’islam, Marseille : un livre à côté de la plaque ?

Livre_Ravet.jpgEn cette rentrée des classes, un livre sur l’école a fait le buzz plus que d’autres : le livre témoignage de Bernard Ravet, ancien principal de collège à Marseille, intitulé de façon intriguante Principal de collège ou imam de la République ?. Emmanuel Davidenkoff est mentionné comme celui qui « a permis de réaliser l’aventure éditoriale » en assurant sa « mise en forme ». L’ouvrage avait au moins trois raisons de réussir son entrée sur le marché.
D’abord, l’auteur est un personnage attachant, connu à Marseille et qui a beaucoup d’amis. Le livre raconte sa trajectoire et son vécu. Issu du vieux quartier de la Croix-Rousse à Lyon, Bernard Ravet a été formé comme instituteur dans les années 60-70.

Lire la suite...

mercredi, octobre 12 2011

Banlieues et Islam : deux rapports au destin médiatique très différent

Photo_Marc_Laapage.jpgC'était la Une du journal Le Monde daté du 5 octobre : « Banlieues, Islam : l'enquête qui dérange ». A l'intérieur, on découvre quelques résultats d'une enquête manifestement très sérieuse dirigée par Gilles Kepel (Sciences Po Paris) et financée par l'Institut Montaigne avec de gros moyens. Certes, ce chercheur - spécialiste de l'Islam - constate comme tout le monde « un renforcement du référent religieux » dans les quartiers pauvres, à commencer par le commerce halal et les mariages endogamiques. Mais il explique que « cette revendication identitaire ne doit pas être prise au pied de la lettre ; elle est aussi une manière de demander son intégration dans la société, pas forcément de rompre avec elle ». De plus, à la question « qu'est-ce qui vous frappe le plus à Clichy et Montfermeil ? », l'universitaire répond « d'abord l'ampleur du problème de l'emploi ». Enfin, il termine en insistant avant tout sur l'école et l'éducation. En résumé, il semble que ce rapport (dont seul le résumé est accessible en ligne) rejoigne les constats que nous (les sociologues) faisons depuis des années. Dès lors, on ne comprend pas pourquoi Le Monde a choisi ce titre, on ne comprend pas en quoi cette enquête « dérange ».
Au même moment, à quelques centaines de kilomètres de là, deux autres chercheurs publiaient de leur côté un rapport intitulé Les Marseillais musulmans, qui connaissait, lui, un tout autre traitement médiatique...

Illustration : DR Marc Laapage

jeudi, avril 28 2011

La fin de l'indépendance de la Halde ?

Photo_Julie70_flickr.jpgAlors que la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde) publie vendredi 29 avril 2011 son dernier rapport annuel, un groupe de juristes de cette instance dénonce une récente délibération proposant d'étendre le principe de neutralité aux salariés des services publics gérés par des structures privées, tels que les crèches. Selon eux, cette décision « amorce le déclin de la lutte contre certaines discriminations en France ». Ces juristes travaillant au sein de la Halde critiquent un « recul du droit », un « recul des libertés fondamentales » et un « mélange des rôles (entre la Halde et l'action du gouvernement voire la direction de l'UMP) pour le moins troublant et en rien conforme aux missions de la Halde et à son indépendance ».
De fait, tandis que la Défenseur des enfants (voir ici), la Commission Nationale de Déontologie de la Sécurité (voir ici) et le Médiateur de la République (voir ici) ont tous les trois rendu un dernier rapport assumant de fortes critiques à l'égard du pouvoir politique, la quatrième autorité administrative qui sera fondue dans le nouveau Défenseur des droits n'a pas fait ce baroud d'honneur.

mardi, avril 12 2011

Voile intégral : une enquête pour aller au-delà des préjugés habituels

Photo_superblinkymac_flickr.jpgAu moment où la loi du 11 octobre 2010 « interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public » vient d’entrer en vigueur, l’Open Society Foundations (OSF), basé à Londres, communique les résultats d’une recherche rapide réalisée à l’automne 2010 en France auprès de 32 femmes portant le voile intégral. Certes, 32 femmes, ce n’est pas beaucoup, mais c’est plus qu’on n’en avait jamais interrogé, puisqu’aucune enquête sur ces femmes n’avait été réalisée avant que l’interdiction soit décrétée. Par ailleurs, ce n’est pas mal si l’on tient compte du fait que les femmes en question ne courent pas les rues… Pour pallier autant que possible le petit nombre de l’échantillon, l’enquête a été menée dans des contextes variés : Paris et sa région, Marseille, Lyon, Avignon, Rennes, et quelques petites villes. La démarche de l’OSF commence à être connue : il s’agit de confronter les discours médiatiques ou politiques avec les réalités que vivent ceux et celles dont on parle sans qu’ils aient eux-mêmes voix au chapitre. Donc d’introduire un effet de réalité dans un débat dominé par la méconnaissance et la peur.

Lire la suite...

dimanche, avril 10 2011

Xénophobie : « le musulman a pris la place de l'immigré »

Photo_Claude_Gueant_lemonde.fr.jpg« Il y a eu un glissement. Aujourd'hui, pour dire Français, on dit laïque. C'est une stratégie pour reproduire le manichéisme de Marine Le Pen et sa vision guerrière. Le terme "musulmans" est un euphémisme pour dire immigrés d'origine maghrébine ou d'Afrique en général. Alors qu'il y a des musulmans qui viennent d'Asie. C'est une façon atténuée de parler de l'immigration. Le musulman a pris la place de l'immigré. Pourtant, le musulman n'est pas un envahisseur, il est partie prenante de l'hybridation de la France.
Il ne faut pas se tromper. Les prières dans la rue sont un problème d'ordre public, pas de laïcité. La laïcité n'est pas remise en cause, elle n'est pas menacée par une institution religieuse.
Les phrases de Claude Guéant sont typiques : l'intégration est vue comme une convergence vers nous. C'est vrai, mais cela doit être complété. Les Français doivent se laisser métisser. On ne peut pas vivre de manière pacifiée si la France se pense de façon structurellement chrétienne. Même les catholiques pur jus mutent. Claude Guéant devraient mieux regarder les différents rituels auxquels s'adonnent les Français aujourd'hui ».

mercredi, avril 6 2011

Le pourcentage de « musulmans » a-t-il augmenté par rapport à 1905 ?

Photo_la_priere_par_telomi_sur_flickr.jpgIl y a une quinzaine de jours, le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, déclarait que « Les Français, à force d’immigration incontrôlée, ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux ». Le 4 avril, il ajoutait : « en 1905, il y avait très peu de musulmans en France, aujourd’hui il y en a entre 5 et 6 millions », et il a ajouté que « cet accroissement du nombre de fidèles et un certain nombre de comportements posent problème ». Etonnante méconnaissance de l'histoire de France pour qui s'en pique, comme l'a relevé la LDH de Toulon.
Le recensement du 5 mars 1906 donne pour la population de la France métropolitaine 39,3 millions d'habitants. Mais, à l’époque, l’Algérie c’était la France – elle était constituée de trois départements français : Alger, Oran et Constantine. Pour obtenir la population totale de la France, il faut donc ajouter à la population métropolitaine celle de l’Algérie au même recensement, soit, 5,2 millions d'habitants dont 4,5 millions d'« indigènes musulmans » également « sujets français ». En négligeant le nombre de musulmans vivant en métropole, on arrive donc à 4,5 millions de musulmans sur une population totale (métropole + Algérie) de 44,5 millions d’habitants. Ce qui correspond à une proportion de 10 % dans la France de 1905. Et ce qui est supérieur à l'estimation dans la France actuelle (5 à 6 millions de personnes, soit 8 à 9,5 % de la population totale), en sachant que ce chiffre ne tient aucun compte de la croyance réelle dans l'Islam et encore moins de la pratique. Les musulmans pratiquants seraient en réalité deux fois voire trois fois moins nombreux selon la dernière enquête de l'INED.

Illustration : telomi - flickr - licence cc

mercredi, mars 23 2011

Retour sur le rapport du HCI : « l’intégration à l’école des enfants d’immigrés »

Photo_Black___White_par_Emily__s_mind_sur_flickr.jpgHasards du calendrier politico-médiatique ou volonté délibérée d’alimenter un débat politicien ? Le rapport du Haut Conseil à l’Intégration (HCI) remis en mars 2010 au premier ministre, intitulé « Les défis de l’intégration à l’école », suivi des « Recommandations relatives à l’expression religieuse dans les espaces publics de la République » est rendu public en janvier 2011, au moment où le président de la République, en difficulté politique, a décidé de lancer un débat national sur « la laïcité en France ». On sait que ce débat doit déboucher le 5 avril 2011 sur une convention de l’UMP à propos de « La place de l’islam dans la société française » qui n’est rien d’autre qu’une nouvelle campagne contre l’Islam et les immigrés à visée électoraliste dans la perspective de 2012 afin de rivaliser sur ce terrain avec le Front National. Et si ce rapport n’avait d’autre objet que d’élaborer une « boîte à outils » pour la campagne électorale de N. Sarkozy ? Dans un tel contexte, il n’est pas sans intérêt de se pencher sur l’analyse du HCI et l’examen des « 50 recommandations » qu’il formule à l’intention du gouvernement répondant aux « trois défis à relever : migratoire, social et culturel ».

mercredi, mars 9 2011

Les trois moteurs de la menace Le Pen (au-delà d'un pseudo sondage)

Logo_Le_Monde.jpgDeux précautions valent mieux qu'une. Le sondage qui a défrayé la chronique durant le week-end en plaçant Marine Le Pen, la présidente du Front national, en tête des intentions de vote au premier tour de l'élection présidentielle est contestable. Les modalités de cette enquête, réalisée par l'institut Harris Interactive, prêtent à l'évidence le flanc à la critique, comme cela est parfaitement expliqué par ailleurs. Seconde précaution : on ne répétera jamais assez qu'à quatorze mois d'un scrutin, alors que candidats et programmes ne sont pas encore connus, les sondages d'intention de vote relèvent, pour une bonne part, de la politique virtuelle. Ils évaluent des popularités, esquissent des tendances, explorent des attentes. Mais, comme le démontrent tous les scrutins antérieurs, ils ne sont en aucun cas prédictifs du résultat de 2012.
Ces réserves faites, il n'en serait pas moins imprudent ou naïf de se voiler la face : la présidente du Front national a indéniablement bousculé la scène politique depuis le début de l'année et elle constitue désormais une menace sérieuse, aussi bien pour la droite que pour la gauche.