alain_lm_cc_flickr.JPGHier après-midi, puis ce matin, voici que le téléphone s'est mis à sonner. Un(e), puis deux, puis trois, quatre, cinq et finalement une bonne douzaine de journalistes, de radio, télévision et presse écrite nous ont appelés l'un et l'autre. Tous veulent un commentaire de ce fait divers dramatique survenu à la gare RER de Noisy-le Sec et impliquant un groupe de jeunes de Rosny-sous-Bois. Et tous ont exactement les mêmes infos : le contenu d'une dépêche de l'AFP du 3 avril résumant les faits, proposant une hypothèse interprétative à cette agression collective (l'interdiction pour un jeune homme d'une cité de la région parisienne de sortir avec une jeune fille résidant dans une autre cité) et citant quelques verbatims de l'un d'entre nous (Marwan Mohammed, sociologue au CNRS), issus d'un entretien réalisé 15 jours auparavant à propos des affrontements entre bandes à Asnières et Gennevilliers...! Nous voici donc une fois de plus en présence d'un incendie médiatique à l'occasion d'un fait divers. Après forte hésitation (rajouter encore un commentaire dans le flot des commentaires...), nous nous décidons à exprimer ce rapide point de vue pour essayer sans doute naïvement d'appeler à un peu de raison et de retenue.