Keyword - Statistique de police

Fil des billets

samedi, mai 7 2011

Mesurer l'évolution des cambriolages

Photo_beogles_flickr.jpgMesurer la délinquance est une opération complexe pour laquelle la recherche, après s’être longtemps appuyée sur les seules données produites par les institutions, a cherché à diversifier ses sources. En effet, toute une série d’actes délinquants n’apparaissent pas dans les statistiques d’activité de la police et de la gendarmerie et pour les saisir, les sciences sociales ont conçu des instruments qui lui sont propres : parmi ceux-ci des enquêtes, dites de victimation, interrogent des échantillons de population sur les infractions dont ses membres disent avoir été victimes au cours d’une période donnée. C’est à la confrontation de ces deux sources que nous procédons ici pour observer l’évolution des cambriolages en France depuis le milieu des années 1980. On s’en tiendra plus précisément aux cambriolages de la résidence principale ou de ses annexes.

Illustration : beogles - flickr - licence cc

mercredi, avril 20 2011

Les mineurs délinquants menacent-ils la société française ?

Photo_anw.fr_flickr.jpgA l'issue du Conseil des ministres de mercredi dernier, le ministre de la Justice a annoncé qu'il déposait au parlement un « Projet de loi sur la participation des citoyens au fonctionnement de la justice pénale et le jugement des mineurs ». La question des jurés en correctionnelle est beaucoup discutée ces jours-ci. Mais n'oublions pas le second volet : la justice des mineurs. Une fois de plus, cette dernière est sur la sellette et, une fois de plus, un loi entend réformer c'est-à-dire durcir la fameuse Ordonnance de 1945 (qui, à force, ne ressemble plus guère à ce qu'elle était en 1945...).
Le processus est bien rodé : depuis la loi Perben I de 2002, il a fonctionné en moyenne une fois chaque année, sans compter les initiatives parlementaires inabouties (la dernière émane du groupe de la « droite populaire »). Et, à chaque fois, le premier argument est le même : les statistiques policières indiquent que le nombre de mineurs « mis en cause » par les forces de l'ordre ne cesse d'augmenter. Or cette affirmation est une sorte de vraie-fausse information, et à tout le moins une vérité totalement tronquée. Pour trois raisons.

Lire la suite...