Keyword - Travail social

Fil des billets

vendredi, février 14 2014

Sortir de prison sans y retourner

sortie_de_prison.jpgLa surpopulation carcérale pose de façon aigüe la question de la réinsertion des personnes qui séjournent en prison. Beaucoup d’éducateurs, de visiteurs de prisons, de magistrats, de responsables des collectivités territoriales, d’avocats partagent une conviction : le travail de réinsertion est indispensable si l’on veut éviter que l’univers carcéral devienne un cercle infernal dont on ne sort que pour le retrouver après un bref passage en dehors. Comment se donner les moyens de réussir ce pari ?
Beaucoup d’ouvrages permettent de connaître les processus qui conduisent un individu à être privé de liberté. On connaît moins en revanche les facteurs qui conduisent des personnes situées dans les marges sociales et ayant fréquenté la prison à se réinsérer. Ce livre propose d’éclairer cette dimension en mettant l’accent sur les parcours de réinsertion de personnes ayant connu la prison. Comment s’effectue ce retour à la vie normale ? Comment la perspective d’y parvenir ou, au contraire, l’anticipation de l’échec est-il perçu et pensé par des ex-détenus ou des ex-exclus qui ont entrepris une telle démarche ? Selon eux, quelles sont les conditions pour y parvenir, les appuis nécessaires, les passages obligés, mais aussi les freins, les obstacles ou les limites ?

Photo : blog.epjt.fr

jeudi, mars 10 2011

Encore un effort monsieur Bénisti

Photo_bibliotheque_par_bob_august_sur_flickr.jpgIl en est des rapports Bénisti un peu comme des Beaujolais. De bons crus et parfois de la piquette. Le dernier en date publié en février 2011 (à lire ici) vise manifestement à effacer les funestes souvenirs de son prédécesseur de 2004 sur le même thème (à relire ici). De même, il en est des rapports sur la délinquance un peu comme des soldes commerciales. On sait qu’on en a deux par an au moins et parfois d’autres hors saison. Après les rapports Ruetsch (lire ici), Bockel (lire ici), nous avons eu le rapport Reynes (lire là) et donc maintenant le nouveau rapport Bénisti.
A l’évidence ce rapport est beaucoup plus conséquent (130 pages au lieu d’une cinquantaine) et bien plus modéré que le précédent. Mais il est difficile d'en retenir une démonstration quelconque. Alternant les propositions intéressantes puis inquiétantes, les lieux communs et les analyses, il est finalement à l’image des contradictions et du manque de rigueur de son auteur.