Image_livre_Lagrange.jpg Hugues Lagrange et les éditions du Seuil ont réussi un beau « coup » médiatique. Depuis trois semaines, Le déni des cultures est le livre de sciences sociales dont on parle le plus en France. La quasi totalité des commentaires médiatiques célèbrent « un chercheur qui dérange », qui « enfreint un tabou » ou bien qui « nous sort enfin du politiquement correct ». Presque tous ne retiennent de son livre qu'un seul message : la Science prouverait qu'il y a bien un lien fort entre délinquance et immigration, certains disent même : un lien fort entre délinquance et polygamie.
Ah, la polygamie ! Voilà qui fait fantasmer bien des gens, prêts à en parler sans l'avoir jamais vue. L'affaire du « bidonnage » de l'hebdomadaire Le Point est symptomatique et les chiffres avancés par H. Lagrange sont contestables sur ce point (voir l'article d'Eric Fassin).
Ce livre est riche et mérite d'être lu attentivement. Mais au final, ce coup médiatique nous semble plutôt désastreux. H. Lagrange a beau s'en défendre en disant qu'on le comprend de travers et qu'il voulait surtout critiquer les conditions d'accueil des populations migrantes, le mal est fait. Au demeurant, comme l'a remarqué Thierry Leclère, on trouve un peu tous les arguments dans ses propos, ce qui n'aide pas à comprendre quel est son message fondamental. La revue Sociologie a publié récemment un débat intitulé précisément « Le sociologue dans les médias : diffuser et déformer ? », pour analyser les logiques et les difficultés de l'exercice. A sa lecture, notre collègue y aurait sans doute gagné en professionnalisme.
Sur le fond à présent, nous publions ici une série de réactions de chercheurs qui disent leurs désaccords avec notre collègue Lagrange et invitent à beaucoup plus de modération dans le maniement des « cultures », des « ethnies » et autres catégories déterministes que l'on pensait depuis longtemps dépassées en sciences sociales. Nous y ajoutons enfin d'autres textes permettant de revenir sur ce qui nous apparaît comme les véritables enjeux de fond.