Keyword - délinquance

Fil des billets

jeudi, février 21 2013

"La France orange mécanique", le lobby sécuritaire et la lepénisation des esprits

orange_mecanique.jpgFaut-il parler de tous les livres paraissant sur nos sujets, même les plus mauvais ? Non bien sûr. Mais voilà un livre (Laurent Obertone, La France orange mécanique) qui, paraît-il, est en tête des meilleurs ventes des livres d'actualité sur Internet. Le "plan médias" de son éditeur (un certain "Ring") fonctionne en effet à merveille. Certes, on n'est pas étonné de trouver des chroniques élogieuses dans Minute, sur le site Atlantico, ainsi que sur Boulevard Voltaire, ni d'entendre le livre recommandé sur Radio Courtoisie ou encore dans l'émission de télévision de MM. Zemmour et Nauleau sur Paris Première. Tout cela participe d'un univers politique bien précis. L'on n'est pas non plus surpris lorsque l'on entend Marine Le Pen faire la promotion directe de ce livre : « vous devez absolument le lire et le faire lire », s'écrie la présidente du FN dans une vidéo spécifiquement consacrée au livre, et mise à la Une du site de son parti (voir ici). Le thème central du livre est en effet « l'ensauvagement d'une nation ». Sur la toile, la "fachosphère" exulte (voyez les éloges de fdesouche, Riposte laïque, etc.). Et M. Obertone bénéficie d'un juste retour d'ascenseur, lui qui avait fait un éloge assumé de la nouvelle présidente du FN, empreint d'une nostalgie certaine pour le "vieux lion" Jean-Marie Le Pen (voir ici).

Lire la suite...

vendredi, octobre 22 2010

Les viols jugés aux assises : typologie et variations géographiques

Image_femme_solitaire.jpgVoilà la première publication résumant un travail de recherche mené par une petite équipe du CESDIP pendant 2 ans. Nous avons dépouillé 425 dossiers de viols jugés aux assises dans 3 juridictions (Paris, Versailles et Nîmes), impliquant au total 488 auteurs et 566 victimes. La recherche permet de proposer une typologie générale des viols, distinguant les viols intrafamiliaux, les viols conjugaux, les autres viols de forte interconnaissance, les viols collectifs et les viols de faible connaissance. Elle montre aussi les variations selon les territoires. Elle apporte de nombreux éléments d'information sur les profils des auteurs et des victimes ainsi que leurs relations puisque, comme les homicides, les viols sont des crimes de proximité, commis très majoritairement dans le cadre de l'interconnaissance.

samedi, octobre 16 2010

Nîmes, nouveau "Chicago" français ? TF1 a encore frappé ! (décryptage)

Logo_TF1.jpg Notre intention n'est pas de revenir sur la polémique lancée fin septembre par le député socialiste Arnaud Montebourg à propos de la chaîne de télévision TF1, mais quoi qu'on en pense un fait est là : une certaine télévision - pas exclusivement celle dont on va parler ici - continue à distiller la peur dans la population. L'actualité de cette deuxième semaine d'octobre nous oblige à y revenir, preuves en main.
Le 12 octobre, la chaîne TF1 diffusait un nouveau numéro de l'émission Appel d'urgence intitulé « Nîmes : Flics sous tension contre jeunes délinquants prêts à tout ». Cette émission « propose, à travers des documents exclusifs, de suivre sur le terrain et sur le vif, des professionnels des urgences durant leurs interventions au quotidien ». Bref : on fait du spectaculaire. Le ton est évidemment plus qu'alarmiste. La présentatrice affirme en ouverture : « Depuis le début des années 2000, Nîmes partage avec Cannes, la première, et peu enviable, place au hit parade du plus haut taux de délinquance. Une délinquance qui sévit dans les quartiers sensibles mais qui touche aussi désormais le centre-ville et les petites communes périphériques, jusqu'ici relativement épargnés. Agressions, vols, cambriolages, trafics de drogue et de voitures volées… Chaque jour, les 400 fonctionnaires du commissariat de la cité gardoise sont sur la brèche pour tenter de combattre le sentiment d'insécurité qui s'est parfois installé dans la population ». Elle précise aussi que « les équipes d'Appels d'urgence ont suivi, pendant quatre mois, le travail des policiers nîmois ». Un temps très long pour une « enquête » aussi partiale, reposant sur un incroyable amateurisme en matière statistique.

mercredi, octobre 6 2010

Déni des cultures ou retour du vieux culturalisme ? (dossier)

Image_livre_Lagrange.jpg Hugues Lagrange et les éditions du Seuil ont réussi un beau « coup » médiatique. Depuis trois semaines, Le déni des cultures est le livre de sciences sociales dont on parle le plus en France. La quasi totalité des commentaires médiatiques célèbrent « un chercheur qui dérange », qui « enfreint un tabou » ou bien qui « nous sort enfin du politiquement correct ». Presque tous ne retiennent de son livre qu'un seul message : la Science prouverait qu'il y a bien un lien fort entre délinquance et immigration, certains disent même : un lien fort entre délinquance et polygamie.
Ah, la polygamie ! Voilà qui fait fantasmer bien des gens, prêts à en parler sans l'avoir jamais vue. L'affaire du « bidonnage » de l'hebdomadaire Le Point est symptomatique et les chiffres avancés par H. Lagrange sont contestables sur ce point (voir l'article d'Eric Fassin).
Ce livre est riche et mérite d'être lu attentivement. Mais au final, ce coup médiatique nous semble plutôt désastreux. H. Lagrange a beau s'en défendre en disant qu'on le comprend de travers et qu'il voulait surtout critiquer les conditions d'accueil des populations migrantes, le mal est fait. Au demeurant, comme l'a remarqué Thierry Leclère, on trouve un peu tous les arguments dans ses propos, ce qui n'aide pas à comprendre quel est son message fondamental. La revue Sociologie a publié récemment un débat intitulé précisément « Le sociologue dans les médias : diffuser et déformer ? », pour analyser les logiques et les difficultés de l'exercice. A sa lecture, notre collègue y aurait sans doute gagné en professionnalisme.
Sur le fond à présent, nous publions ici une série de réactions de chercheurs qui disent leurs désaccords avec notre collègue Lagrange et invitent à beaucoup plus de modération dans le maniement des « cultures », des « ethnies » et autres catégories déterministes que l'on pensait depuis longtemps dépassées en sciences sociales. Nous y ajoutons enfin d'autres textes permettant de revenir sur ce qui nous apparaît comme les véritables enjeux de fond.

Lire la suite...

mardi, octobre 5 2010

"Les filles sont devenues plus violentes !" (et autres fantasmes récurrents)

Image_pistolet.gifL’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) et son Président Alain Bauer sont des grands communicants. Une étude mise en ligne ce mardi 5 octobre le montrerait : la délinquance des filles exploserait. « Exploser », c’était le verbe fétiche de la campagne présidentielle 2001-2002 et son thème obsédant de « l’insécurité ». Il revient donc. Ce matin, même le site Internet du Monde en fait carrément son titre en cinq mots : « la délinquance des filles explose ». Or les choses sont beaucoup moins simples, et rien ne prouve que la délinquance (ou la violence) des filles est réellement en augmentation.

lundi, décembre 1 2008

Recadrage statistique sur la délinquance des mineurs

Notre propos (et notre compétence professionnelle) n’est pas ici de discourir sur la philosophie du droit, ni sur le contenu juridique de l’Ordonnance de 1945 et sur celui de la réforme envisagée. Il est en revanche de soumettre à quelques vérifications le diagnostic qui prétend justifier ces réformes, en regardant d’un peu plus près les données statistiques officielles, celles-là même que produisent les services de l’Etat, dont se réclame le gouvernement et que chacun peut consulter sur Internet. On constatera avec un certain effarement l'écart qui existe entre ces données et les discours politiques actuels.

Lire la suite