Image_livre_Bronner.jpg Nota bene : un hasard somme toute heureux fait que notre analyse du livre de Luc Bronner, journaliste au Monde, est publiée par la revue Sociologie au moment où se déroule une petite polémique autour du livre de H. Lagrange, lancée par un article du même journaliste.

L. Bronner a accumulé de très nombreux contacts, observations et entretiens avec des élus, des policiers, des habitants, des responsables associatifs et des sociologues. Il a également lu beaucoup de travaux des sociologues (en particulier l’ouvrage important de Didier Lapeyronnie). Dans ce livre, il déclare vouloir « Décrire, montrer, témoigner de la ghettoïsation de certains quartiers. En comprendre les ressorts, les causes et les conséquences. Raconter, ne rien masquer ». Terrain, réalisme et refus du politiquement correct sont les composantes du credo sincère de l’auteur. Nous en décrirons le contenu avant d’en approfondir l’analyse critique car, malgré ses évidentes qualités d’observation et d’analyse, ce livre n’échappe pas à certains travers du regard des journalistes sur la banlieue et aux limites d’une vision « ethnicisée » des problèmes aujourd’hui très partagée parmi les élites françaises.