Keyword - islamophobie

Fil des billets

jeudi, novembre 4 2010

Prévention de la délinquance : la (bonne vieille) leçon de morale de J-M Bockel

Le_pere_fouettard.png « Le temps est venu de promouvoir une politique nationale de prévention de la délinquance juvénile qui mobilise l’ensemble des acteurs et prenne en compte toutes ses dimensions », annonce fièrement Jean-Marie Bockel. Le Secrétaire d’Etat à la justice, 60 ans, transfuge du PS rallié à Nicolas Sarkozy en 2007, essaye d’exister dans un gouvernement où il n’a jusqu’à présent pas eu son mot à dire. Mais dans l’offensive sécuritaire de l’été 2010, entre autres décisions, le Président lui a confié la rédaction d’un rapport sur la prévention de la délinquance. Sa lecture est affligeante. Loin d’une analyse scientifique des causes de la délinquance et d’une évaluation objective des dispositifs existant, ce rapport est surtout une « leçon de morale républicaine à l’ancienne » (façon père fouettard), tendance légèrement islamophobe comme il convient de nos jours.

jeudi, octobre 14 2010

Fallait-il interdire globalement la "Burqa" ?

Image_burqa.jpgLa Burqa et la polygamie, voilà les nouveaux grands maux du "problème de l'immigration en France", selon certains. S'agit-il de problèmes aussi importants qu'on veut bien le dire ? C'est douteux. Nous avons discuté récemment de la polygamie. Mais disons quelques mots ici sur la "Burqa" (en fait le "niqab"). L'Assemblée nationale a voté le 13 juillet dernier l'interdiction de la « dissimulation du visage » (la droite a voté pour, la gauche s'est abstenue). Mais s'agissait-il d'un problème social nécessitant une loi ? On peut évidemment en douter (un rapport du ministère de l'Intérieur estimait à moins de 400 le nombre de femmes la portant). Mais on peut surtout se demander si cette façon de traiter le problème (même très limité) est la bonne, ou bien si elle n'est pas contre-productive. Les arguments précis et mesurés développés par Cécile Laborde (professeur de théorie politique à l’Université de Londres) sont très intéressants, comme l'ensemble de son travail sur ce qu'elle appelle le "républicanisme critique".

mardi, mars 1 2005

Le scandale des "tournantes". Dérives médiatiques, contre-enquête sociologique

Image_scandale_des_tournantes.jpg En 2001et 2002, un thème a brutalement envahi les médias : les viols collectifs, rebaptisés "tournantes". A l'instar d'autres manifestations de "l'insécurité", qui dominait alors tous les débats, ces comportements ont été présentés comme un phénomène nouveau, en pleine expansion et imputable aux seuls "jeunes issus de l'immigration" habitant les "quartiers sensibles". La dénonciation de ces "nouveaux barbares" a fait alors l'objet d'un consensus médiatico-politique d'autant plus fort que le lien a rapidement été fait avec les thèmes de l'oppression des femmes et de l'Islam.
Au terme d'une contre-enquête mobilisant toutes les données empiriques disponibles, l'auteur fait la lumière sur ces comportements délinquants. Il en conteste la nouveauté autant que l'aggravation et réfute, preuves à l'appui, la liaison fondamentale faite entre viols collectifs, origine maghrébine et religion musulmane. Ce livre est donc autant une contribution à la sociologie de la délinquance qu'une analyse des nouveaux habits de la xénophobie.