Médias

Fil des billets

lundi, janvier 11 2021

La rédaction de Science et Vie en lutte contre Reworld Media

11 01 2021

Après avoir racheté le magazine Science et Vie en 2019, le groupe Reworld Media fait à nouveau ce qu’il sait faire de mieux : détruire le journalisme. Face au rouleau compresseur d’un groupe spécialisé dans la production industrielle de « contenu » et la marchandisation de l’information, la rédaction de Science et Vie se mobilise.
En septembre 2020, Reworld Media avait débarqué le directeur de la rédaction, Hervé Poirier, qui réclamait au groupe des garanties sur le maintien des effectifs et sur l’indépendance éditoriale des journalistes. La rédaction s’était alors mise en grève sur la base de ces deux revendications, comme l’explique la société des journalistes (SDJ) du magazine.
Les discussions entamées depuis n’ont pas abouti et la situation a même empiré. « L’équipe digitale de Reworld Media a totalement pris le contrôle du site internet, désormais alimenté par des chargés de contenus non-journalistes. Ces derniers ont désormais toute liberté de poster des contenus ou de republier et rééditer des articles du mensuel » explique la SDJ.

mercredi, novembre 18 2020

« Général, nous voilà ! » : les éditocrates avec Pierre de Villiers

18 11 2020

Dans la séquence médiatique réactionnaire ayant suivi l’assassinat de Samuel Paty et l’attentat de Nice, on a assisté à un phénomène édifiant : la promotion médiatique quotidienne de l’ex chef d’état-major des armées, Pierre de Villiers. À la faveur d’un livre publié le 14 octobre, le militaire est invité partout. Les journalistes ont ainsi pris prétexte de cette publication pour solliciter son avis sur les stratégies « guerrières » à mettre en œuvre contre « l’islamisme ». Et pour plébisciter, en fanfare, un potentiel candidat en 2022... L’ancien général serait une incarnation de l’ordre et de l’autorité à la fois perdus et souhaités par « les Français » : c’est ce qu’affirment de concert les chiens de garde. À moins qu’avec cette nouvelle séquence, exemplaire de la construction d’un produit médiatique, ces derniers nous racontent surtout beaucoup d’eux-mêmes.

samedi, mai 16 2020

Les journalistes français ne savent ni lire ni interpréter les études médicales

16 05 2020

La crise du Covid est comme un révélateur ou un miroir grossissant, elle exacerbe les mécanismes préexistants. C’est vrai du fonctionnent du pouvoir politique et de la haute administration dépendant du ministère de la santé. Et ça l’est également de la presse française, qui s’enfonce dans la superficialité et la suffisance. On n’a jamais vu autant de journalistes parler de science, et on n’a jamais vu autant de journalistes dire autant de bêtises. On va ci-dessous montrer une fois de plus que la plupart d’entre eux ne savent pas lire un article scientifique. Pire : on va comprendre qu’ils ne jugent même pas nécessaire d’apprendre à le faire, tellement ils sont pressés de confirmer leurs opinions.

vendredi, mai 8 2020

Comment le Remdesivir a traversé l’Atlantique : un efficace traitement médiatique

8 05 2020

Le 19 mars, Donald Trump présentait en conférence de presse l'hydroxychloroquine (HCQ) comme un traitement pouvant « changer la donne » contre le coronavirus. Son principal conseiller à la santé Anthony Fauci, directeur du National Institute of Allergy (NIAID), affichait toutefois son désaccord quelques jours plus tard en prenant au contraire parti pour le Remdesivir. La nouvelle molécule de Gilead Sciences était déjà testée par le NIAID depuis le 21 février, tandis qu’il aura fallu attendre le 2 avril pour que des essais concernent l’hydroxychloroquine, sur des malades nécessitant une hospitalisation. L’intérêt qui se manifeste ces derniers jours en France pour le Remdesivir n’est pas un hasard. Il débarque des États-Unis, grâce au concours des médias. Décryptage.

mardi, décembre 24 2019

Médias français : qui possède quoi ?

24 12 2019

Les_medias_francais.png























lundi, décembre 9 2019

La grève du 5 décembre à la télévision : quatre jours de propagande

9 12 2019

Macron_reforme_retraite.jpgAprès une observation du 20h de France 2 du 1er au 4 décembre, le bilan est sévère pour le service public. Son traitement de la grève du 5 décembre, qui n’invite à aucune prudence langagière, se résume en un mot : propagande.
Commençons par quelques chiffres : sur les quatre jours ayant précédé la journée de grève du 5 décembre, la rédaction du 20h a consacré 25 sujets à cette journée, pour un total de près de 52 minutes. Sur ces 25 sujets, seuls quatre sont dédiés réellement au fond de la réforme : deux sur les régimes spéciaux, un autre sur le montant des pensions et le quatrième, prétendant « suivre » un syndicaliste. Syndicalistes qui sont, du reste, totalement marginalisés dans les différentes éditions, puisqu’ils ne s’expriment sur le « fond » du sujet que… 1 minute et 8 secondes au total.

mercredi, octobre 30 2019

Islam et laïcité : le bourrage de crânes médiatique

30 10 2019

JDD_Islam_Laicite.jpgIslam et laïcité. Depuis plusieurs semaines, des centaines de sessions de papotage, de tribunes, d’entretiens, de chroniques et d’éditoriaux ont envahi l’espace médiatique et saturé les temps d’antenne, notamment sur les chaînes d’information en continu. Des torrents de débats prétendument démocratiques ont déferlé dans les grands médias, brassant et charriant comme autant d’embarcations naufragées, une flotte de mots souvent privés de sens précis : islam, laïcité, communautarisme, islamisme, terrorisme. Privés de sens précis, mais chargés de parler des musulmans, de la plupart ou de certains d’entre eux. Le tout en prétendant répondre aux « préoccupations des Français », que magnifia le JDD du dimanche 27 octobre, en publiant un sondage éloquent.

dimanche, septembre 29 2019

Une usine classée Seveso brûle et les télés regardent ailleurs

29 09 2019

chirac-rouen2_0.jpg« À 15 kilomètres de Rouen, l’air est irrespirable. Il tombe une pluie aux dépôts noirâtres. On se sent complètement abandonnés. » Sur mon écran, les messages de ce type se multiplient, accompagnés d’effrayantes photos des effets de la pluie d’hydrocarbures. Le drame s’est produit à 11h58, comme l’indique fièrement Louis Laforge, présentateur de Franceinfo, dans un tweet : « Quand, en direct à 11h58, en pleine édition spéciale sur l’incendie de l’usine Lubrizol, on me glisse dans l’oreille “Chirac”… une autre journée commence ! » Une autre journée commence pour les télés. La journée de centaines de milliers de personnes touchées par les retombées de l’incendie, elle, se poursuit, mais plus personne ne s’en soucie. À l’antenne, le présentateur subodore : « On va peut-être parler un peu moins de l’incendie. » En réalité, on ne va plus en parler du tout. Pendant des heures, les chaînes d’info ne consacrent plus un mot, plus une image, même pas un bandeau à une catastrophe écologique majeure.

lundi, août 5 2019

« Malik Oussekine n’a pas reçu de coups de la police » : la fake news d’un directeur du Figaro

5 08 2019

Jean-Christophe Buisson est formel ce 5 août au micro de RTL : si tout le monde considère que Malik Oussekine a été victime de violences policières, « ce n’est factuellement pas le cas ». Et le directeur adjoint du Figaro Magazine de préciser que l’étudiant n’aurait « pas reçu de coups » et qu’il serait « mort avec son problème d’insuline ». Peu importe que l’autopsie réalisée alors concluait « à un décès consécutif à un état de choc », des suites de coups reçus dans les côtes selon l’article du Monde du 9 décembre 1986. Ou que les policiers en cause aient été condamnés par la justice. Sur le plateau de RTL, aucune contradiction... au contraire, le présentateur Vincent Parizot semble acquiescer aux propos de Jean-Christophe Buisson, laissant entendre que les critiques faites à la police à propos de la mort de Steve Maia Caniço sont hâtives.

samedi, avril 6 2019

Débat « Spéciale Européennes » sur France 2 : une mascarade médiatique

6 04 2019

Dans les grands médias, le débat politique se fait à la manière d’un jeu. Toute l’année, c’est un jeu de petits chevaux, consistant, pour les principaux commentateurs, à évaluer les progressions des uns et les retombées des autres dans les sondages. Un jeu de Cluedo aussi, auquel s’adonnent les intervieweurs en cherchant à savoir quelle petite phrase d’un tel aura permis d’ébranler tel autre, et dans quelle coulisse se sera tramée telle guéguerre partisane. Ce journalisme politicien a été tout particulièrement à l’œuvre lors du premier débat des européennes, organisé le 4 avril par France 2 et France Inter.
Dispositifs infantilisants et priorité à l’immigration au menu du premier grand débat sur les européennes.

vendredi, avril 5 2019

Certains éditorialistes ont-ils des problèmes avec les Droits de l'Homme ?

5 04 2019

le-journaliste-jean-michel-apathie.jpgLe 6 mars 2019, la Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH), Michelle Bachelet, rendait public son rapport d’activités 2018. Parmi ses conclusions, il est « demandé urgemment une enquête approfondie sur tous les cas rapportés d’usage excessif de la force », dans le cadre des manifestations des gilets jaunes depuis la mi-novembre. Le jour même et le lendemain, les éditocrates font part de leurs « commentaires » à l’égard de cette décision. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ne l’apprécient guère... et ils le font savoir.

Photo : lexpress.fr

jeudi, avril 4 2019

Antisémitisme : les gilets jaunes convoqués devant le tribunal médiatique

4 04 2019

Evolution_des_actes_antisemites_depuis_2000.jpgEntre le 10 et le 20 février, un certain nombre d’actes antisémites ont été relatés par les médias. Cette séquence s’inscrit dans un contexte particulier, puisque le 11 février, le ministre de l’Intérieur rapportait les statistiques de l’année 2018 sur les actes antisémites, et s’inquiétait de leur augmentation de 74%. Ce chiffre sera par la suite une sorte de leitmotiv avancé par les médias. Mais c’est surtout à partir de l’agression verbale antisémite d’Alain Finkielkraut par des gilets jaunes, le 16 février, qu’une grande partie de la classe politique, des intellectuels médiatiques et des éditocrates ont accusé les gilets jaunes d’être à l’origine de cette « explosion » d’antisémitisme.

mardi, mars 19 2019

L'idéologie ordinaire des journalistes et commentateurs "main stream" de la télévision française

19 03 2019

capture_decran_2019-03-18_a_13.47.52.pngNathalie Saint-Cricq salue une Marine Le Pen “consensuelle”, David Pujadas laisse libre court à Robert Ménard pour soutenir la théorie du grand remplacement, un "expert" de BFMTV estime que les LBD sont trop dangereux pour les employer ailleurs que “dans les banlieues”… Nous sommes en France, en 2019. Bienvenue à la télé.

Photo : telerama.fr

mardi, septembre 19 2017

Quand Le Figaro cherche (une nouvelle fois) à faire peur

19 09 2017

Horizon_la_france_a_peur.jpgLe Figaro titre à la une de son édition du samedi 16/09/2017 : « Les tribunaux débordés par l’afflux de clandestins », les pages 2 et 3 du quotidien sont entièrement consacrées à la question des « clandestins », avec, entre autres, un article spécifique sur les mineurs isolés. Bien entendu, dans le titre n’apparaît jamais « réfugié » ou « demandeur d’asile« , mais tous les mots clef anxiogènes figurent bien dans l’article à la une : débordés, clandestins, afflux, SDF, délinquance, gangs, Europe de l’Est, Afrique du Nord, le tout, bien entendu, sous le chapeau global de « Tribunaux ». A ce tableau dantesque, on juxtapose le cas des mineurs isolés. En matière d’amalgame, c’est un modèle du genre à enseigner en école de journalisme.

Photo : mrmondialisation.org

jeudi, septembre 7 2017

Attentat de Barcelone : naufrages de l’information en temps réel

7 09 2017

Attentat_Barcelone_BFMTV.pngLes séances (rituelles) d’autocritique médiatique (partielle) n’ont pas manqué depuis les attentats de janvier et, plus encore, de novembre 2015. Il serait grand temps de vérifier que les leçons ont été pratiquement tirées, comme l’actualité en a malheureusement donné l’occasion le 17 août dernier, lors des attentats en Espagne. Mais le moins que l’on puisse dire, c’est que rien n’a changé, comme en témoigne le panorama qui suit, fondé sur des observations effectuées au cours des 24 heures suivant l’attentat de Barcelone.

Photo : acrimed.org

- page 1 de 5