CensuréLa réponse de l’institution militaire est « non », un gendarme n’a pas le droit de dire quoi que ce soit de non-conforme à la doctrine du moment. Le chef d’escadron Jean-Hugues MATELLY est ainsi menacé d’une radiation définitive des cadres. Le motif : avoir exprimé des critiques sur le fonctionnement de son institution, sur la base de travaux qui sont pourtant reconnus sur le plan scientifique et n’ont jamais mis en cause la Gendarmerie nationale (dont il est un des officiers les mieux notés) mais seulement certains aspects de son management par les décideurs politiques (lire le texte incriminé). La sanction qui se profile apparaît ainsi comme totalement disproportionnée.

Un historique du dossier est disponible sur wikipédia ainsi que sur le blog du collectif « Indépendance des chercheurs ».
On lira aussi les articles de Rue89 et Le Monde, ainsi que la tribune de Jean-Yves Fontaine.
La revue indépendante L'essor de la gendarmerie a également pris position contre une sanction disproportionnée.
On lira enfin le communiqué officiel du CESDIP, laboratoire dans lequel J-H Matelly est chercheur associé.