Un coup de pointAinsi que les sociologues s’efforcent de l’expliquer depuis de nombreuses années, la « violence gratuite » est une expression absurde dans la mesure où nous n’avons jamais vu personne agresser quelqu’un d’autre sans aucun mobile, si léger voire dérisoire soit-il. Dans nos travaux sur les dossiers policiers et judiciaires de violences, nous avons montré que les agressions comportaient de nombreux mobiles différents et que, à l’exception de celles qui accompagnaient des vols, elles survenaient la plupart du temps entre des gens qui se connaissaient déjà et non entre inconnus au hasard de rencontres fortuites. Pourtant, rien n’y fait. Cette expression demeure omniprésente dans certains discours politiques et journalistiques. jusqu'à il y a peu, elle était même consacrée dans les écrits de Alain Bauer et de l'Observatoire national de la délinquance. Un changement vient toutefois de s'opérer.
Lire la suite