Depuis 2007 et l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République, on assiste au retour du débat sur la légitimité scientifique d’une discipline baptisée « criminologie » en France ainsi qu’à la mise en place d’une série d’institutions visant à centraliser et contrôler la production des statistiques et, plus largement, la production de connaissance dans le domaine de la sécurité et de la justice. Ces processus sont mis en œuvre par un réseau d’acteurs qui partagent une conception policière de cette science (la connaissance de la délinquance a pour but l’interpellation des délinquants).