Image_logement_intolerable.jpgDepuis le début du XXIe siècle, l’envolée des prix sur le marché immobilier des grandes villes françaises rend difficile l’accès à un logement de qualité pour une partie importante de la population. À Paris, de nombreuses personnes vivent dans des conditions qualifiées d’« intolérables », aux effets sanitaires et sociaux désastreux, que l’on a pourtant laissé perdurer. Dans le but de mettre fin à cette situation, une politique volontariste de résorption du logement dégradé a été mise en place par la Société immobilière d’économie mixte de la ville de Paris en 2002.
De l’expérience vécue par les mal logés à la façon dont les institutions tentent d’enrayer le phénomène, en passant par sa dynamique propre, cet ouvrage répond aux questions essentielles concernant la dégradation du logement. Quels mécanismes aboutissent à la relégation dans les marges les plus insalubres du marché immobilier ? Face à la pénurie de logements sociaux, comment les acteurs institutionnels sélectionnent-ils les candidats au relogement ? Comment les mal logés réagissent-ils face à ces choix ? Comment s’effectue enfin l’accession à de meilleures conditions de logement, parfois dans des quartiers aisés de la capitale ?
L’auteur livre ici le fruit de ses recherches au sein de la SIEMP : un travail ethnographique de fond et une enquête auprès d’un échantillon de plus de 500 mal logés, permettant de mieux appréhender la complexité du phénomène de dégradation du logement.