Le sociologue rappelle ainsi que « Dans certains quartiers le taux de chômage atteint 70%, et même 90% pour les moins de 25 ans. Énormément de handicaps sociaux sont rassemblés au même endroit: violences, illettrisme, chômage… Les jeunes sont inoccupés, ils sont dans des situations de détresse extrême et d'exclusion. Ils ne trouvent pas leur place dans la société. Il n'y a pas de projet social pour intégrer les jeunes, la seule chose qu'on leur propose c'est la mobilité vers la métropole, la Grande-Bretagne ou le Canada ».

Laurent Medea décrit une situation sociale « très, très tendu ». Il précise qu'il existe de surcroît « un problème d'identité réunionnaise et d'intégration dans la société », même si « le problème de la pauvreté - 52 % des Réunionnais vivent sous le seuil de pauvreté - et celui des barrières de classe sociale restent les plus importants ».

Pour aller plus loin :