Image_raid_toulouse_sgp.jpgLe Raid a-t-il raté Merah ? Cyniquement, on est tenté de répondre non, vu la place occupée par Merah sur une table d'autopsie. Mais la réponse est oui, parce que Merah devrait plutôt être en train de se mettre à table devant un juge d'instruction. Et même si en France, personne ne se hasarde vraiment à pleurer la mort de l'assassin de 7 personnes, des autorités politiques, des personnalités de la police, du renseignement, d'anciennes gloires de l'intervention se posent des questions, légitimes dès lors que quelques chose a foiré.
Est-il normal que Mohamed Merah et des voisins, qui en ont témoigné, aient entendu arriver le Raid mercredi à 3 heures du matin ? Évidemment non, et une partie de l'échec final vient de ce raté initial, qui a installé Merah en maître du jeu.
Est-il normal qu'un ministre, quand il n'était pas penché au-dessus des épaules des policiers du Raid, joue les pigistes pour BFM TV et installe Merah dans la posture qu'il recherche ? Un ministre doit-il se faire le porte-parole du forcené en précisant que ce dernier est tout fier d'avoir « mis la France à genoux » ?